Sa k gen nan lòj ?

Depuis déjà trop longtemps les Haïtiens s’interrogent sur ce qui se fait dans les loges. Pour apaiser la curiosité des profanes, le Grand Orient d’Haïti de 1824, membre de la Confédération interaméricaine des Grandes loges régulières, ouvre à deux battants les portes des 50 loges de l’obédience pour exhiber ce qui se passe à l’intérieur des temples maçonniques. Le Sérénissime Grand Maître Yves Benoit Jean-Marie en profite pour livrer le secret de la force des frères maçons.

Publié le 2018-10-05 | lenouvelliste.com

Dans les loges il n’y a pas de cannibales qui mangent de la chair humaine, qui se nourrissent du cœur des frères après leurs morts, mais des hommes libres et de bonnes mœurs qui pratiquent la vertu. Il n’y a rien de satanique ni de diabolique dans les loges, a lancé Yves Benoit Jean-Marie, le Sérénissime Grand Maître du Grand Orient d’Haïti de 1824.

Grand Maître Jean-Marie a fait savoir que tout ce qui se fait dans les loges est strictement consacré à la pratique de la vertu. Les francs-maçons viennent dans les temples pour vaincre leurs passions, soumettre leur volonté à leurs devoirs tout en apportant la prospérité et le bon accueil à tous leurs frères. « Tout ce que nous faisons aux temples doit s’orienter dans le sens de combattre nos vices », a-t-il dit.

Selon le Sérénissime Grand Maître, les francs-maçons travaillent pour construire le temple de l’humanité. « Nos prédécesseurs, les bâtisseurs de cathédrale qui faisaient de la franc-maçonnerie opérative, ont construit le temple physique. Nous autres de la franc-maçonnerie spéculative, nous devons construire le temple intérieur; telle est notre mission », a-t-il poursuivi.

La franc-maçonnerie étant une société discrète, il est normal, selon le Grand Maître, que la curiosité des profanes nourrisse leur perception sur ce qu’ils croient être diaboliques à l’institution. Bien que, reconnaît le Sérénissime Grand Maître, quelque écart de comportement de certains frères maçons peut alimenter ces perceptions. Aussi le responsable du Grand Orient exhorte-t-il ces bien-aimés frères à toujours rester sur la ligne d’Ariane comprise entre l’innocence et la justice.

Toujours est-il qu’il n’y a rien de maléfique qui se fait dans les loges, assure le Sérénissime Grand Maître du Grand Orient de 1824, qui met quiconque au défi de lui présenter un livre sur la Franc-maçonnerie universelle qui enseigne comment faire un travail mystique. Le défi est aussi lancé aux frères qui font éloge de leur prétendue capacité mystique, a-t-il précisé.

Ce ne sont pas dans les travaux mystiques que proviennent la force des francs-maçons. « À côté du mot de pouvoir lié au grade, titre et qualité d’un frère, la véritable source de notre force est dans l’application des valeurs dans notre vie. Des valeurs qui sont le travail, le respect, la hiérarchie, le sens de la liberté, le sens de la parole donnée, l’humilité, la lucidité, la fidélité, la tolérance, la compassion et, par-dessus tout, la fraternité », explique le responsable du Grand Orient.

Pour ce qui est de l’absence des femmes dans les 50 loges de l’Obédience, Grand Maître Jean-Marie a brandi le 4e des 8 principes de régularité d’une Grande loge, établis par la Grande loge unie d’Angleterre qui détient la paternité des Grandes loges régulières. Ledit principe stipule que les membres de la Grande loge et des loges individuelles soient exclusivement des hommes, et qu’aucune Grande loge ne doit avoir quelque relation maçonnique que ce soit avec des loges mixtes ou des obédiences qui acceptent des femmes parmi leurs membres.

Selon le Sérénissime Grand Maître, ce n’est pas une exclusion faite aux femmes, c’est une pratique héritée de la Franc-maçonnerie opérative. « Quand les ouvriers de métier se réunissaient pour partager leur expérience, ils ne pouvaient pas partager ces secrets de métier avec les femmes alors qu’elles préparaient, en ces temps-là, les banquets », explique-t-il. Toutefois, la femme est représentée par son mari dans l’ordre de la Franc-maçonnerie, déclare le Grand Maître.

Par ailleurs, le Sérénissime Grand Maître du Grand Orient annonce aux potentiels intéressés que l’institution ne fait pas de recrutement. Les conditions pour intégrer l’ordre maçonnique sont indiquées dans l’article 97 du règlement intérieur du Grand Orient d’Haïti de 1824. Pour être admis aux épreuves d’initiation, le profane doit être âgé de 21 ans au moins et jouir de ses droits civils et politiques. Exception faite des fils de maçons qui peuvent être initiés à l’âge de 18 ans. Le concerné doit soumettre une demande d’admission manuscrite et signée, six (6) photos d’identité de date récente, un certificat de bonne vie et mœurs ou un extrait de casier judiciaire, délivré par les autorités compétentes de sa résidence, un curriculum vitae en trois exemplaires et un certificat de naissance ou extrait des archives. Le profane doit remplir un formulaire à signer par deux Maîtres maçons réguliers de la loge où la demande a été produite, qui se porte garant de la moralité du postulant.

La franc-maçonnerie, n’étant pas dogmatique, reçoit des hommes d’horizons divers. C’est la seule institution n’étant pas une religion qui permette de réunir des adeptes de toutes les confessions de foi. Que vous soyez catholique, baptiste, pentecôtiste, adventiste, bouddhiste, vous pouvez être franc-maçon, affirme le Sérénissime Grand Maître Yves Benoit Jean-Marie.

Jean Junior Remus CELESTIN celestinjunior30@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article