Maman Colonelle : une 2e projection dans le cadre de la 3e édition du festival Nègès Mawon

Publié le 2018-09-25 | lenouvelliste.com

Toujours dans le cadre de la 3e édition du festival Nègès Mawon, et pour continuer avec la série de projections, le mardi 18 septembre 2018, le public a visualisé « Maman Colonelle ». Un film qui aborde la question de la violence faite aux femmes et aux enfants en République démocratique du Congo (RDC). Suivie d’une discussion avec la féministe Yolette Étienne et le commissaire principal et responsable de la brigade de la protection des mineur (e)s Jean Eddy Lahens, cette deuxième projection a été chaleureusement sanctionnée par l’assistance.

17 heures : la majorité des sièges de la salle de l’Unesco de la FOKAL était déjà prise. Tous, les yeux fixés sur le grand écran, ils étaient prêts à accueillir « Maman Colonelle ». La colonelle Honorine travaille au sein de la police congolaise où elle est chargée de la protection des enfants et de la lutte contre les violences sexuelles. Alors qu’elle travaille à BUKAVU, à l’est de la RDC, elle apprend qu’elle est mutée à KISANGANI. Effroi, désespoir, tristesse, voilà les sentiments qui se lisaient sur le visage des femmes en voyant partir leur sauveur. Ce que Yolette Étienne a qualifié de « manque de leadership collectif ». « Après tout ce temps passé à leur côté, le départ de la colonelle ne devrait pas tant leur causer du tort », explique-t-elle.

Sur place (à KISANGANI), elle se trouve face à de nouveaux enjeux : (femmes violées, enfants maltraités, abandonnés par leurs parents…). À travers ce film, le réalisateur Dieudo Hamadi campe une colonelle Honorine tenace, prête à tout pour sauver ces enfants et apporter son soutien aux femmes. Avec l’appui et la confiance des habitants de la zone, elle arrivera à mener à bien sa mission.

Ici en Haïti, les choses ne sont pas différentes, si on en croit les dires du commissaire. « On rencontre souvent des cas où les enfants se font sérieusement maltraités par leurs parents », raconte-t-il.

Un débat animé, voilà le ton sur lequel a pris fin cette 2e projection. Rendez-vous mardi prochain pour la toute dernière.



Réagir à cet article