Le Réseau Haïtien des Journalistes en Santé a 5 ans

PUBLIÉ 2018-09-10
En dépit de l’intrusion de dame pluie, le Réseau Haïtien des Journalistes en Santé (RHJS) a réussi à célébrer son cinquième anniversaire dans les locaux de Radio Galaxie, à Delmas, le 9 septembre 2018. Le souhait formulé par les jubilaires à l’occasion de ces cinq ans est de pouvoir mobiliser les décideurs à munir chaque Haïtien(ne) d’une couverture d’assurance santé universelle.


Après une pluie torrentielle qui a retardé les événements, notre collaborateur au Nouvelliste Claude Bernard Sérant animateur de la party a ouvert la cérémonie. Sous un ciel pas tout à fait dégagé, des prestations d’artistes dont un crooner acoustique du nom de Charles Grey Toussaint et un chanteur à la guitare du nom de Freedoo One ont émoustillé les convives.

Gina Delatour, de SHOPS Plus, dans ses propos de circonstance, a renouvelé au nom de son institution son engagement auprès du RHJS dont elle est partenaire depuis plusieurs années.

Un des discours les plus mémorables demeure celui d’Odilet Lespérance, secrétaire général du RHJS. L’obstétricien-gynécologue a rappelé que le réseau a été créé le 2 septembre 2013 au constat d’une carence d'informations utiles en ce qui concerne la santé à la disposition du grand public. « Le RHJS est une plateforme de 40 journalistes qui font partie de plusieurs médias de la capitale et des régions », a-t-on prélevé de son discours. Le responsable a continué en informant que le ministère de la Santé publique et de la Population a porté ce projet sur les fonts baptismaux. « A ce jour, le réseau peut se targuer de ses formations dispensées à l’endroit des travailleurs de la presse. Il a permis à 8 d’entre eux de participer à une formation à Washington D.C aux USA », a-t-il dit. M. Lespérance a aussi confié que le RHJS compte à son actif plusieurs capsules, des émissions disponibles pour former le grand public. Un concours de reportage sur le choléra a fait tache d'huile également, a-t-il indiqué.

La plus grande ambition du réseau selon son secrétaire général c’est de mettre en branle un plaidoyer en faveur d’une couverture universelle en santé. « Il faut que l’Etat permette à chaque citoyen de ne pas s’appauvrir quand il s’agit de faire face à une maladie », conseille-t-il. Cette mobilisation doit pouvoir permettre, selon lui, de sensibiliser l’Exécutif, le Parlement et la société civile pour concrétiser cet objectif. Le médecin a profité pour dénoncer le fait que le budget alloué à la santé va decrescendo. « On est passé de 20 % en 1991 à 4,2 % aujourd’hui », regrette Odilet Lespérance.

Après son discours qui a ému l’assistance, le public a été invité à se servir sur la table bien garnie. Un DJ s’est occupé à faire danser les convive sur la mélodie des tubes du moment.



Réagir à cet article