Quand le directeur général de la PNH a vendu la mèche

Publié le 2018-08-02 | Le Nouvelliste

Editorial -

En compagnie des membres du haut-état major de la Police nationale d’Haïti, le directeur général Michel-Ange Gédéon n'a pas fait dans la dentelle, à l’occasion de son audition au Sénat de la République, le 24 juillet 2018, deux semaines après les émeutes des 6, 7 et 8 juillet derniers. Reconnaissant que la hiérarchie de l’institution a été prise à défaut à l’occasion de ces événements, Michel-Ange Gédéon assume la responsabilité morale de la gravité des actes survenus en la circonstance. Sans langue de bois, le numéro un de l’institution policière, qui a fait carrière au sein de ce corps, a énuméré une série de manquements des autorités gouvernementales vis-à-vis de la PNH qui auraient contribué à l’amélioration des conditions de travail des policiers. Au nombre de ces écarts, figure le plan triennal soumis au gouvernement haïtien et à la communauté internationale.

Alors que l’Etat devait contribuer à 65% et la communauté internationale à hauteur de 35%, les bailleurs n’avaient pas tardé à fournir la totalité de leur quote-part, tandis que les autorités haïtiennes n’ont fourni que 10% du montant de leur contribution. Ce cas d’espèce soulevé par le directeur général montre le niveau d’insouciance du gouvernement haïtien à l’endroit de l’unique institution chargée du maintien de l’ordre sur l’ensemble du territoire national. Etant donné que cette audition était retransmise en direct à la télévision, le directeur général s’est gardé, semble-t-il, de révéler d’autres clichés plus accablants. Considérée comme une institution qui assure au nom de l’Etat la mission de maintien d'ordre et la protection des vies et des biens, la police ne devrait pas être traitée de cette façon au point d’être placée sous coupe réglée de la communauté internationale.

C’est dans ce contexte d’affaiblissement de l’Etat que les dirigeants du pays avaient laissé le soin aux bailleurs de fonds de financer l’organisation des élections de 2005 à 2015. L’arrivée de Jocelerme Privert à la présidence provisoire du pays a mis fin à l’ingérence flagrante de la communauté internationale dans l’organisation des élections en Haïti, dont le financement a été assuré par le Trésor public.

Comment un directeur général de la PNH peut-il s’arroger le droit de soumettre directement à la communauté internationale le projet de budget de l’institution ? Quel rôle joue le Conseil supérieur de la police nationale (CSPN) dans le budget de l’institution ? Ah, tout porte à croire que Michel-Ange Gédéon suit les traces de ses prédécesseurs. Dans ce cas, pourquoi le Premier ministre est-il le président du Conseil supérieur de la police nationale ? Pourquoi la PNH est-elle sous la tutelle du ministère de la Justice ? S’il faut mettre fin à cette coopération de la direction générale de la PNH avec les ambassades étrangères établies à Port-au-Prince, le gouvernement doit assumer ses responsabilités de pourvoir aux besoins de l’institution policière sans considération aucune. A ce moment, ce ne sera pas le service de presse d’une ambassade étrangère qui invitera la presse haïtienne aux activités de la police communautaire, à l’inauguration d’un commissariat de police. Les crédits budgétaires accordés à la plupart d'institutions étatiques sans justification doivent être ajoutés au budget de l’institution policière pour qu’elle ne soit plus à la merci des ambassades étrangères établies à Port-au-Prince. Ce sera un deuxième acquis sur le chemin de recouvrer notre souveraineté.

Lemoine Bonneau

lbonneau@lenouvelliste.com

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".