Exposition Boston

«Material Consequences» de l’artiste-peintre Rénold Laurent à la galerie Mary L. Fifield

Publié le 2018-08-07 | Le Nouvelliste

Culture -

L’artiste-peintre haïtien Renold Laurent a ouvert une exposition audacieuse sur une thématique pertinente, «Material Consequences», au Bunker Hill Community College (BHCC), à Boston. Des matériaux de provenance diverse- marc de café, peinture à l’huile, acrylique, etc.- mis ensemble pour montrer une autre image de l’art haïtien. L’artiste plasticien Renold Laurent a exhibé ses recherches en art à l’expo. Sur ce plan, il explique : «Mon travail aujourd’hui est une continuité de la recherche plastique constamment liée à mon quotidien. Dès 1999, je commence à expérimenter de nouveaux matériaux, pour la plupart recyclés ou récupérés.» Il a, par exemple, remplacé le charbon de bois par le fusain, les morceaux de vêtement pour l’adhérer au vernis avec du pétrole pour la fixation des matériaux ; ensuite, il a étudié longuement le processus d’adhésion des matières, l’odeur et le séchage. «Ces travaux, nous fait-il comprendre, sont ainsi montrés au public qui peut apprécier le résultat de toutes les actions mises en œuvre, de tout ce qui n’a pas marché dans le processus, l’expérience de ce qui s’est mis en travers, et qu’il a surmonté. »

Pour rendre le travail intéressant aux yeux du regardeur, l’artiste a prononcé des conférences en vue d’accueillir les visiteurs. Il a présenté, à l’ouverture du show, l'historique de ses travaux de recherche ; ensuite, le 20 juin, à la galerie Mary L. Fifield, le rôle de son art dans le sentiment d’appartenance à une minorité (le cas d’Haïti). Le créateur d’un nouveau style de peinture s’est servi de deux tableaux pour illustrer son travail : «La liberté guide le peuple.» Il nous en explique la genèse : «Au moment où j’ai commencé cette toile, je n’ai fait aucune allusion à la liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix célébrant la révolution de 1830 qui a occasionné la chute de Charles X et l’arrivée au pouvoir de Louis-Philippe.» Quelqu’un qui m’observe m’a décrit une image centrale m’associant à Delacroix. Je me joins aussi à cette description qui me paraît très intéressante.

Ainsi, j’ai mis mes dernières touches de lumière, tout en m’accrochant à cette nouvelle donnée. J’ai choisi à peu près les mêmes couleurs dominantes, le bleu, le blanc et le rouge, avec une lumière frontale … Ainsi donc, dans un contexte antérieur (1804), je tente d’apporter une attention particulière à la Révolution haïtienne, et son impact extraterritorial comme un discours universel à travers son concept de liberté. Ensuite, cette autre toile : «Le déploiement» (The Unfurling). Dans ce tableau, il donne une autre forme à la réalité – à la liberté. L’œuvre naît d’un certain automatisme du geste, des procédés, de la matière, combinant aplats et gestuels. L’artiste conserve la source de ses émotions. Il tombe dans l’abstraction formelle, à la Hervé Télémaque. Il pousse son imaginaire, son sens de l’abstract en improvisation organisée sur la toile en un langage, sans référence directe au réel. Une autre forme du surréalisme, en plein XXIe siècle !

Rénold Laurent a apporté une autre conception dans l’usage de la matière. Par exemple, il a poussé le marc de café au-delà de tout contrôle. Chez Sébastien Jean, cette source tirée de l’usage du café au quotidien sert de plateforme à l’œuvre d’art. Hervé Télémaque en a fait un autre emploi. Le marc de café compense les manques créés par l’usage des couleurs. Il traduit un sentiment ou une couleur en plus. Pour l’artiste Renold Laurent, c’est un point de départ pour la recherche. Dans la culture haïtienne, le marc de café (séché au soleil d’Haïti) traduit un sentiment de repli sur soi. Soit pour bondir, soit pour traduire l’inacceptable. De plus, l’artiste travaille le noir et le blanc. Signes de la profondeur. Quels sentiments inassouvis recèle l’œuvre de l’artiste ?

Une soirée à City Night Reading animée par des poètes, des écrivains et des artistes de passage a clôturé la soirée du 22 juin. Soirée, rappelons-le, animée par Jean-Dany Joachim, fondateur et producteur de City Nights Reading Series.

L’exposition se clôturera ce vendredi 27 juillet 2018 sous le signe de l’art et de la culture haïtienne. Soulignons enfin que le Bunker Hill Community College a accueilli ladite exposition depuis le 22 mai, avec la participation de la galerie.

Wébert Lahens webblahens@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".