Le gouvernement va faire le retrait du budget

Publié le 2018-07-11 | Le Nouvelliste

National -

Les événements du week-end écoulé auront des conséquences sur le projet de budget 2018-2019. Le conseiller du président de la République Guichard Doré a annoncé que le gouvernement va faire le retrait du budget déposé le 29 juin dernier au Parlement pour tenir compte des nouvelles appréhensions. Le gouvernement avait prévu de collecter 19 milliards à partir du réajustement des produits pétroliers pour financer le budget évalué à 175 milliards de gourdes. « L’équilibre est le principe même du budget. Les dépenses doivent correspondre aux rentrées », explique le conseiller du chef de l’État. Il informe que de nouvelles priorités vont être fixées pour tenir compte de ce qui s’est passé.

Les événements du week-end écoulé ont porté le gouvernement à revoir sa stratégie. Au-delà des actions structurelles déjà entreprises par le gouvernement, il y a des programmes sociaux qu’il faut mettre en œuvre de façon intensive dans les quartiers les plus défavorisés, selon Guichard Doré.

« Il va y avoir des coupes budgétaires dans les services de l’État, pour qu’on puisse financer ces programmes », annonce-t-il. Le gouvernement va revoir le budget, surtout dans les services de l’État pour les « frais non essentiels ». Cette pratique qui aurait déjà commencé au palais va s’étendre à toute l’administration centrale pour pouvoir organiser les programmes sociaux dans les quartiers, les activités de création d’emplois qui pourront permettre à la population de trouver un second souffle, selon M. Doré.

Guichard Doré fait remarquer que le gouvernement n’avait pas d’autres sources de revenus pour financer les actions qu’il avait déjà entreprises. « Le financement social de l’économie n’est pas assurée depuis quelque temps. La Minustah, la majorité des ONG installées dans le pays après le 12 janvier 2010 et le PetroCaribe qui favorisaient une plus grande circulation monétaire et participaient dans la création d’emplois ne sont plus là», relate Guichard Doré. Aujourd’hui, il ne reste plus que l’État haïtien à travers la DGI et la douane et la diaspora qui continue d’envoyer de l’argent en Haïti, mentionne le conseiller du chef de l’État qui semble avoir oublié le secteur privé.

Le conseiller du chef de l’État qui annonce aussi qu’il y aura des changements au niveau de l’administration n’a cependant pas de date précise pour le retrait du budget. « Je pense que le gouvernement va écrire au Parlement avant la fin de l’exercice fiscal »,a-t-il indiqué. Mais, par-dessus tout, il pense que les parlementaires témoins de la situation ont tout compris.

Réagir à cet article