Examens du bac

Coup d’œil sur le processus de correction

Publié le 2018-07-04 | lenouvelliste.com

Le processus de correction des copies du bac a démarré dans les 10 départements du pays. 2 300 correcteurs sont mobilisés pour une telle tâche, ont annoncé des responsables du MENFP, ce mercredi 4 juillet au lycée du Cent-cinquantenaire.

Renan Michel, le directeur du Bureau national des examens d'État (Bunexe), a fait savoir que le processus de correction va se dérouler dans de meilleures conditions cette année. « Les correcteurs sont les meilleurs. Ils sont au nombre 2 300. Ce sont des enseignants en classe terminale », a rassuré Renan Michel.

Divisés en deux jurys, les correcteurs doivent fournir plus de huit heures de travail par jour et doivent corriger entre 90 et 100 copies. À en croire les responsables, il n’y aura pas de place à l’erreur et les copies seront minutieusement corrigées. Cela peut être une bonne nouvelle pour les 144 760 candidats qui viennent de subir les épreuves du baccalauréat 2017-2018 dans tout le pays.

Pour sa part, le directeur départemental d'éducation de l'Ouest, M. Louis Fritz Dorminvil, parle de transparence dans le processus de correction. « Il y a des gens qui utilisent le secteur pour faire de la politique. Ils vont dire n’importe quoi autour du processus de correction. La liste des correcteurs sera affichée dans différents centres de correction », a déclaré M. Dorminvil, soulignant que l'Ouest représente de loin le département qui a reçu le plus grand nombre de candidats avec plus de 60 % des effectifs.

Questionné sur les 5 000 cas spéciaux enregistrés aux examens du bac de cette année, Renan Michel a avoué qu’ils ont déjà traité 3 020 cas, et seulement 262 d’entre eux sont valides. En d’autres termes, moins de 10 % des 5 000 cas de candidats accueillis dans les centres spéciaux peuvent être validés.

.



Réagir à cet article