Personnalité honorée par le MENFP

Jacques Denis, ancien haut gradé des Forces armées d’Haïti, honoré pour sa carrière éducative

Pendant que son corps était au service de l’armée, son esprit se mouvait dans l’éducation. Jacques Denis a toujours joué sur deux tableaux. Cantonné au Palais national, il exerçait son métier d’armes et enseignait. Dans le souci d’aider ses frères soldats qui voulaient continuer leurs études, il avait même ouvert au Palais national un centre éducatif. Depuis lors, il a pris le goût de l’enseignement. En mai dernier, cet enseignant a été honoré par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) pour ses 32 ans de carrière. Jacques Denis veut consacrer le restant de sa vie à sa passion.

Publié le 2018-07-04 | Le Nouvelliste

Jacques Denis croit dur comme fer que l’avenir du pays dépend en grande partie de la politique éducative mise en place par l’État. Dans le cas d’Haïti, il souligne que la politique éducative, « s’il en a une d’ailleurs », est mal définie par l’État et mal comprise aussi par tous les secteurs de la vie nationale. Selon lui, il n’existe pas d’harmonisation entre les secteurs public et privé. Quand chacun de son côté fait de son mieux ou ne fait rien du tout à quoi cela rime-t-il ? « Il en résulte un dysfonctionnement chronique du système qui nous a conduits là où nous en sommes actuellement. Pour comble de malheur, le secteur public est pris en otage par un petit groupe d’enseignants (syndicalistes et activistes) qui abandonnent de temps en temps les salles de classe pour entrer en grève », a-t-il expliqué, ajoutant que le plus souvent les élèves sont manipulés pour gagner les rues de façon répétée au cours de l’année académique. Que réclament-ils ? Le pain de l’instruction.

En dépit des difficultés rencontrées dans le secteur, le colonel a exprimé sa pleine satisfaction après ses 32 ans de carrière. « Le fait de se sentir utile joint à l’appréciation affirmée de mes élèves et étudiants sont des motifs d’encouragement. Je suis donc satisfait de mes années de carrière dans l’éducation et je veux bien continuer, dans la mesure de mes capacités physiques », a déclaré Jacques Denis. Par ailleurs, il a confié qu’il est soutenu par son épouse ; elle aussi est une passionnée de l’éducation, une passionnée de l’enseignement.

Né à Jacmel le 9 mars 1955, le colonel Denis a fait ses études primaires chez les Frères de l’instruction chrétienne (F.I.C) de cette ville et ses études secondaires au lycée François Duvalier de Pétion-Ville, dirigé à cette époque par le directeur Max K. Cantave. C’est dans ce centre d’enseignement et plus tard dans la bibliothèque de l’Institut français en Haïti qu’il a fait ses premiers pas dans l’encadrement des jeunes. Admis à la Faculté d’odontologie en 1977, il a dû provisoirement, à en croire ses propos, fermer son dossier pour intégrer la classe des cadets de la promotion 1978-1981 de l’Académie militaire d’Haïti. « C’est dans cette institution militaire que j’ai attrapé le virus de l’enseignement. Les autorités du pays d’alors avaient décidé de faire de ma promotion une classe spéciale d’officiers capables de jouer un rôle actif dans le développement du pays », a avoué le père de trois enfants dont deux filles. Signalons qu’il avait occupé le poste de coordonnateur général du Bureau des militaires démobilisés à la fin de l’année 2004.

L’homme avoue qu’il a vécu une expérience enrichissante au Palais national. Il a cheminé avec les soldats qui ne pouvaient pas s’inscrire régulièrement à un établissement scolaire faute de temps disponible. Il était encore là pour leur enseigner la biologie, le civisme et le français pendant plusieurs années à l’école des casernes Dessalines. Outre ces engagements pour l’épanouissement intellectuel de ses pairs, il trouvait du temps pour enseigner dans plusieurs établissements scolaires et facultés de l’Université d’État d’Haïti (UEH). Actuellement, il enseigne le français au lycée Fritz Pierre-Louis, ce depuis 1990.

Manifestement, Jacques Denis a l’étoffe de l’enseignant. Il a plusieurs cordes à son arc. À part l’enseignement à l’école classique, il est présent à l’université. Chirurgien-dentiste de son état, il joue le rôle de vice-doyen à la recherche à la Faculté d’odontologie de l’UEH depuis tantôt 20 ans.

Il a fondé et cofondé plusieurs institutions, entre autres, le Collège Classique Joden de Lalue, l’Institut Gazouillis de Cayes-Jacmel et une école pour les marchands analphabètes du quartier de Montchil de Jacmel. Par ailleurs, Jacques Denis en a profité pour faire un plaidoyer pour les professeurs déjà disparus qui ont marqué à leur manière leur époque. Le plus grand honneur que la nation puisse leur rendre, sollicite le haut gradé, serait de donner leur nom aux nouvelles écoles publiques que le ministère compte ériger. Il cite : Camille Gouin, Chrisostome Laventure, Gérad André, Leclerc Tertullien, Anthonio Occil, Gabriel Ancion, Max Penette, Pradel Pompilus, Alfred Ford, madame Saint Armand, madame Rtheard, Franck Versailles, Remy Zamor, Rockfeller Jean-Baptiste, Luc Buteau et Max K. Cantave. Un chapelet d’enseignants qu’il souhaite que le MENFP immortalise.

L’homme est bien outillé sur le plan de la formation. Il est diplômé de plusieurs facultés de l’UEH : Faculté de droit et des sciences économiques, Faculté d’odontologie, Faculté des sciences humaines. À l’étranger, il a fréquenté plusieurs lieux de savoir : collèges et universités (Fu Hsing Kang Collège de Taipei, The Defense language et The Hebrew University of Israël).

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".