Personnalité honorée par le MENFP

Janice Régis, une éducatrice de carrière

« Ma passion est d’enseigner et de transmettre mon savoir aux enfants d’Haïti », telle est la déclaration de Janice Régis, directrice de l’Institution Nouvelle Source (INS), après avoir été honorée par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) pour ses 36 ans de carrière éducative. Bien qu’elle ait des préoccupations sur l’avenir de l’éducation en Haïti, elle ne cache pas sa fierté d’être une enseignante engagée.

Publié le 2018-06-22 | lenouvelliste.com

Née en 1958 et mariée au Dr Jean Joseph Régis, Janice Régis, mère de trois enfants, dit avoir consacré toute sa vie à l’éducation des jeunes. Ses débuts dans l’enseignement remontent aux années 1982 au Collège Adventiste de Diquini où elle enseignait la chimie et les sciences naturelles jusqu’en 1990. Elle avait aussi bossé pour plusieurs autres établissements scolaires de la capitale, notamment le Nouveau Collège Bird où elle avait joué d’ailleurs le rôle de conseillère pédagogique et le lycée Marie Jeanne (1998- 2015), comme professeure de chimie.

Détentrice d’une maîtrise en éducation, Mme Régis est également formée en administration scolaire, en docimologie et en gestion du personnel. Elle a aussi décroché une licence en technologie médicale à la faculté de médecine et de pharmacie, de 1981 à 1984. Cette normalienne a travaillé comme technologiste médical à l’hôpital de l’Université d’État d’Haïti de 1985 à 1994. Après sa licence en sciences de l’éducation à l’Université adventiste d’Haïti, Janice Régis a décroché un diplôme de l’École normale supérieure avec option sciences naturelles et chimie.

Janice Régis se dit dévouée à la formation intégrale des enfants du pays. Cela devient pour elle, à en croire ses propos, sa vocation. « J’ai pris à cœur la formation des enfants en âge de scolarisation pour qu’ils deviennent académiquement compétitifs, honnêtes, altruistes, responsables et agents de changement », a martelé cette enseignante de carrière qui se fait déjà un nom important dans le secteur éducatif.

La fondatrice de l’Institution Nouvelle Source (INS), qui a été malheureusement détruite par le séisme du 12 janvier 2010, parle d’un endroit où elle se sent confortable et aimée. Selon elle, il y a très peu d'endroits agréables comme une salle de classe. « Ma passion est d’enseigner. J’aime transmettre mon savoir, et ce, dans plusieurs domaines. Je me sens bien dans une salle de classe où le contact avec les enfants ne fait qu’enrichir. En plus d’être enseignante, on est un guide, un encadreur et un conseiller pour eux. C’est la meilleure chose qui puisse arriver dans la vie d’un individu. Je suis donc fière d’être enseignante », a avoué Janice Régis qui compte y rester pendant longtemps.

Selon Janice Régis, le plus grand problème du secteur est la méconnaissance du type de citoyen que l’éducation haïtienne doit former. «Cette réalité est ma plus grande préoccupation. Et cela entraîne une éducation à plusieurs vitesses et une disparité énorme entre les écoles. Malheureusement, notre ministère de tutelle ne se soucie pas trop de la formation des maîtres », a-t-elle regretté avant d’évoquer un moment douloureux de sa vie éducative. À son avis, il s’agit des séquelles laissées par le passage du séisme dévastateur du 12 janvier 2010. « Le seul souvenir regrettable qui m’a profondément marquée dans le secteur est la destruction de l’Institution La Source à Turgeau le 12 janvier avec perte en vies humaines », a-t-elle indiqué tristement.

Par ailleurs, l’Institution Nouvelle Source (INS) est son œuvre éducative. Elle l’avait fondée en 1995 et la dirige jusqu’à nos jours. Mme Janice Régis fait partie des Haïtiens qui refusent de quitter le pays, afin de servir sa communauté.



Réagir à cet article