Réginald Boulos

Publié le 2005-07-01 | Le Nouvelliste

Réginald Boulos dans la ligne de mire des activistes armés lavalas Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti ( CCIH), Réginald Boulos, a dénoncé jeudi un complot contre sa personne et d'autres membres du secteur des affaires qui serait ourdi par des partisans de l'ancien régime dont Naoume Marcélus. Le docteur Boulos déclare qu'il ne se laissera pas intimider par ces menaces et renouvelle sa détermination à prendre position contre l'insécurité dans le pays. Le responsable de la CCIH appelle les autorités haïtiennes à adopter des mesures drastiques en vue d'empêcher que de telles actions soient mises à exécution. En outre, Réginald Boulos a révélé que des partisans de l'ancien régime dont René Civil et Paul Raymond planifieraient des attaques pour destabiliser le pays à partir de la République Dominicaine. Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti dénonce du même coup la passivité des autorités dominicaines qui, selon lui, tardent à prendre les mesures nécessaires. Il fait remarquer que l'intensification des actes de violence en Haïti est de nature à troubler les échanges commerciaux entre les deux pays. Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti dénonce un projet d'assassinat contre sa personne et celle de plusieurs autres personnalités Posté le jeudi 30 juin 2005 Par Radio Kiskeya Le président de la Chambre de Commerce et d'Industrie d'Haïti (CCIH), le Dr Réginald Boulos, a fait état jeudi d'un complot ourdi pour l'assassiner, de même que des responsables politiques, des membres de la société civile, dont deux principaux responsables du Groupe des 184 (regroupement d'associations patronales et d'organisations de divers secteur s de la vie nationale qui a joué un rôle important dans le départ de Jean Bertrand Aristide), MM. André Apaid Jr. et Charles Henry Baker. Le Dr Boulos a fait référence à des sources diplomatiques pour attester du fondement des informations dont il dit disposer. Selon celles-ci, une réunion à laquelle ont pris part deux ex-députés contestés lavalas, Nahoum Marcellus et Simpson Libérus, s'est récemment tenue quelque part à Cité Soleil au cours de laquelle les principales dispositions concernant ce projet criminel de grande envergure ont été arrêtées. Le président de la CCIH appelle la police et les autorités judiciaires à assumer leurs responsabilités. Citant encore des sources diplomatiques, il souligne que deux ex-puissants chefs d'Organisations Populaires lavalas (base du parti du président dechu), MM. René Civil et Paul Raymond qui s'étaient réfugiés en territoire voisin, sont impliqués dans les violences ayant cours actuellement dans le pays. Opinant sur la dernière résolution de l'ONU qui renforce le mandat de la MINUSTAH dans le sens d'un plus grand contrôle de celle-ci sur la police nationale, Réginald Boulos estime que la responsabilité en incombe au gouvernement haïtien qui n'a pas su, bien avant l'ONU, procédé à l'indispensable épuration de l'institution policière. Il souhaite cependant que l'ONU fera en sorte d'agir dans le respect des normes et des principes, sans porter atteinte à l'image de la police nationale. Précisions de l'ambassade US sur la réduction de son personnel Posté le mercredi 29 juin 2005 Par Radio Kiskeya Dans un communiqué en date du 28 juin, l'Ambassade des Etats-Unis à Port-au-Prince apporte des précisions sur sa décision de réduire son personnel en raison de la situation volatile de sécurité prévalant à Port-au-Prince. Les sections de visa d'immigrant et de non immigrant sont désormais fermées ; les services limités de visa demeureront disponibles uniquement pour des personnes qui nécessitent un traitement médical d'urgence aux Etats-Unis ; pour des étudiants et des personnes participant à des programmes de visite d'échanges ; et pour ceux ayant en leur possession une pétition approuvée par le Département de la Sécurité du Territoire (DHS, I-129). La SOGEBANK (une banque commerciale de la place) qui programme les rendez-vous pour les demandes de visas, a été instruite par l'ambassade de surseoir à cette activité jusqu'à ce que le personnel du Consulat revienne à un niveau normal. La section consulaire continuera à fournir des services aux citoyens américains, bien que la capacité de servir peut être restreinte ou inexistante dans plusieurs zones de Port-au-Prince et quelques régions du pays, précise le communiqué. Le département d'Etat ordonne une réduction supplémentaire du personnel et des services de l'ambassade américaine en Haïti Gamme de mesures préventives et incitatives à l'intention des ressortissants américains après l'assassinat d'un employé de l'ambassade ; restrictions dans la délivrance des visas Posté le mardi 28 juin 2005 Par Radio Kiskeya L'ambassade américaine à Port-au-Prince a annoncé dimanche que, conformément aux instructions du département d'Etat, elle a décidé une réduction supplémentaire de son personnel et de ses services, notamment consulaires, en raison de la situation sécuritaire volatile régnant dans la capitale haïtienne. Dans une notice adressée aux ressortissants américains établis en Haïti dont radio Kiskeya a pu obtenir copie, la mission diplomatique américaine qui a enregistré jeudi l'assassinat d'un personnel haïtien, a renforcé des mesures similaires déjà communiquées le 26 mai dernier à la suite d'un grave incident au cours duquel un véhicule transportant des diplomates américains avait essuyé des tirs de bandits armés, dans le quartier de Cité Militaire (nord de la capitale). Cette fois, un électricien attaché à l'administration de l'ambassade a été tué par balles au Bel-Air tandis qu'il rendait visite à son père qui habite dans ce quartier à hauts risques de Port-au-Prince, contrôlé par des bandes armées favorables à Jean-Bertrand Aristide. La note qui ne mentionne pas l'incident du Bel-Air, indique qu'une réduction substantielle de la présence du personnel non essentiel et des familles de tous les membres du personnel américain a été décidée. Elle précise en outre que la section consulaire de l'ambassade, de nouveau ouverte au public mardi après la journée fériée de lundi, offrira comme à l'accoutumée, tous les services aux ressortissants américains mais, ne recevra que les demandes de visa jugées urgentes, de la part des étrangers. La capacité de la mission diplomatique américaine à fournir des services à Port-au-Prince et dans d'autres régions du pays peut être, selon l'évolution de la situation, réduite au strict minimum ou tout simplement gelée. D'autre part, le département d'Etat et l'ambassade pressent les citoyens américains présents en Haïti de laisser le pays de leur propre initiative, s'ils peuvent le faire en toute sécurité. Ils sont aussi prévenus des risques d'apparitions spontanées de foules, de confrontations violentes entre groupes armés, d'érections de barrages routiers par des gangs ou par la police, des possibilités d'actions violentes et criminelles incluant meurtres, enlèvements, vols de véhicule ou assauts. La chancellerie américaine conseille tant aux visiteurs qu'aux résidents détenteurs d'un passeport américain d'être vigilants, en raison de "l'absence de forces de sécurité adéquates en Haïti". De plus, les Etats-Unis soulignent à l'attention de leurs ressortissants l'existence d'une liste de quartiers de Port-au-Prince où le personnel de l'ambassade ne pourra s'aventurer pour quelque raison que ce soit, à cause de l'insécurité qui y règne : Cité Soleil, Cité Militaire (nord de la capitale), Bel-Air (centre), Carrefour (banlieue sud) et la route Américaine (vers le nord). L'ambassade américaine rappelle aussi qu'un couvre-feu est imposé à son personnel qui, par conséquent, ne sera pas en mesure de répondre aux demandes d'intervention urgentes des citoyens américains sans tenir compte de l'heure. Aussi, il leur est demandé de penser à assurer leur sécurité personnelle et à décider du moment le plus opportun pour quitter Haïti. La notice de la représentation diplomatique américaine fait remarquer que ce dernier ordre de rapatriement est conforme aux responsabilités de Washington vis-à-vis de ses employés et devrait être considéré comme un puissant signal par les américains dont la présence en Haïti est liée à des activités privées. Dans la foulée, le département d'Etat s'est engagé à continuer à observer de près l'évolution des conditions de sécurité dans le pays et à communiquer avec célérité, à travers son programme d'information consulaire, tout élément d'information susceptible d'affecter la sécurité des ressortissants américains se trouvant en Haïti. Dans l'immédiat, un site internet et des numéros de téléphone sont réservés à tous ceux qui souhaiteraient avoir des données complémentaires. Les Etats-Unis comptent en Haïti une importante communauté de plusieurs milliers de personnes, composée d'américains de souche mais aussi et surtout, d'haïtiens nés sur le sol américain ou ayant obtenu la nationalité américaine par naturalisation. A l'origine de deux interventions militaires récentes, 1994 et 2004, Washington qui est le premier partenaire politique d'Haïti, vient d'accuser formellement l'ex-Président Jean-Bertrand Aristide d'être le principal fer de lance de la violence meurtrière qui s'abat sur le pays depuis plusieurs mois. Un homme d'affaires haïtien craint pour sa vie Posté le jeudi 30 juin 2005 P-au-P., 30 juin 05 [AlterPresse] --- Le président de la Chambre de commerce et d'industrie d'Haïti (CCIH), Réginald Boulos, dénonce un plan d'assassinat contre sa personne. Selon le docteur Boulos, deux anciens parlementaires du parti du président déchu Jean Bertrand Aristide, Nahoum Marcellus et Simpson Libérus, auraient participé à des réunions ces dernières semaines à Cité Soleil en vue de planifier son élimination physique et celle de plusieurs autres personnalités du secteur des affaires et de la classe politique. Réginald Boulos dit avoir été prévenu de ce complot par des sources diplomatiques et des gens vivant à Cité Soleil. L'homme d'affaires haïtien demande aux autorités de la République Dominicaine - partageant avec Haïti l'île Hispaniola - de contrôler les mouvements sur leur territoire d' individus qui planifient des actes de déstabilisation d'Haïti. D'après Réginald Boulos, Nahoum Marcellus et Simpson Libérus figureraient parmi d'anciens activistes et responsables du parti Famille Lavalas qui font la navette entre Haïti et la République Dominicaine à des fins subversives. Boulos affirme qu'il ne se laissera pas intimider et que ces menaces ne feront que renforcer sa détermination à oeuvrer pour un changement réel en Haïti. Le numéro 1 de la CCIH demande toutefois aux instances compétentes de prendre des dispositions en vue de garantir sa sécurité et celle des autres personnalités visées par ce complot. AlterPresse n'a pas pu obtenir la réaction des deux anciens responsables lavalas cités nommément par Réginald Boulos. Les violences à Port-au-Prince ont fait un millier de morts depuis mars 2004, selon un rapport publié le 15 juin par le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) - ci-devant NCHR. Un diplomate américain de haut rang a accusé le 23 juin l'ancien président Jean Bertrand Aristide d'alimenter la violence en Haïti et a fait savoir que Washington a fait part de son inquiétude à l'Afrique du Sud, terre d'exil du leader lavalas. « Nous savons que ses partisans reçoivent des instructions directement de sa voix et indirectement à travers ses acolytes qui communiquent avec lui personnellement en Afrique du Sud, a déclaré Roger Noriéga, assistant secrétaire d'Etat pour les affaires hémisphériques "La République Dominicaine set coupable de laisser son territoire servir de base d'opération et de subversion des partisans de Jean Bertrand Aristide et tout particulièrement des chefs d'OP tels que René Civil et Paul Raymond qui y ont pris refuge qui planifient des actes de subversion comme l'assissinat de membres de la société civile et de chefs de partis politiques'. Ce sont là les déclarations du Dr Réginald Boulos qui dénoncé hier au Montana un plan d'assinat contre sa personne. "La Dominicanie est sinon tolérante mais du moins elle reste passive face à l'utilisation de son territoire par des éléments criminels, recherchés par les autorités et qui montent leur plan de destabilisation d'Haïti à partir de la République Dominicaine" Réginald Boulos a exhorté les dirigants de la République dominicaine à reviser leur politique car la destabilisation haïtienne n'est pas à leur avantage. "Ils se tirent dans les pattes s'ils en favorisant un climat d'instabilité poloitique en Haïti car les produits qu'ils exportent en Haiti auront du mal à s'écouler" Le président de la chanmbre de commerce invite l'exécutif à predre toutes les dispositions afin de contrecarrer ce plan macabre et d'installer un climat de sécurité pour préserver les vies et les biens. Haïti : une jeune fan du Brésil décède d'un arrêt cardiaque Posté le 1 juillet 2005 Une jeune fanatique de la sélection brésilienne de football, victorieuse mercredi de son homologue argentine en finale de la septième édition de la Coupe des confédérations, est décédée aux Gonaïves, victime d'un arrêt cardiaque. La jeune fille, âgé de 16 ans, est morte alors qu'elle participait mercredi à une marche triomphale organisée par les nombreux fans du Brésil peu de temps après la victoire 4 à 1 de leur équipe sur la rivale continentale, l'Argentine. L'adolescente a succombé à un arrêt cardiaque alors que des fanatiques de l'Argentine, vaincue, lançaient des pierres sur la foule en liesse. Mercredi, les Haïtiens étaient descendus spontanément dans la rue à Port-au-Prince et dans plusieurs villes de province pour célébrer la victoire du Brésil. Avec l'Argentine, l'autre géant sud-américain, la sélection auriverde se partage le plus grand nombre de fanatiques dans le pays caraïbe. L'Argentine et le Brésil font également partie de la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti, dirigée depuis juin 2004 par les Brésiliens. HPN L'Ambassade des Etats-Unis réduit son personnel Posté le 28 juin 2005 En raison de la situation volatile de sécurité à Port-au-Prince, l'Ambassade des Etats-Unis a procédé à une réduction supplémentaire de son personnel. Les services de visa sont disponibles uniquement en cas d'urgences médicales ou universitaires. Les sections de visa d'immigrant et de non-immigrant sont désormais fermées; les services limités de visa demeureront disponibles uniquement pour des personnes qui nécessitent un traitement médical d'urgence aux Etats-Unis; pour des étudiants et des personnes participant à des programmes de visite d'échanges; et pour ceux ayant en leur possession une pétition approuvée par le Département de la Sécurité du Territoire. Les postulants ayant obtenu un rendez-vous préalablement devraient se présenter à la Sogebank et payer un frais de 55 gourdes afin d'obtenir un rendez-vous à une date ultérieure, indique un communiqué de l'ambassade. "Jusqu'à ce que le personnel du Consulat revienne à un niveau normal, il a été demandé à la Sogebank de ne pas programmer de nouveaux rendez-vous et de ne pas accepter de nouveaux honoraires", poursuit le texte. La section consulaire continuera à fournir des services aux citoyens américains, bien que la capacité de servir peut être restreinte ou inexistante dans plusieurs zones de Port-au-Prince et quelques régions du pays, tente toutefois de rassurer l'ambassade. Les intéressés désirant obtenir de plus amples informations sont priés de contacter la section consulaire de l'Ambassade des Etats-Unis au : 223-7011/ 223-7008. HPN
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".