Un bouquet d’amour pour la famille et les mamans

PUBLIÉ 2018-05-30
Jilma gospel, Mark Edmond, CAD, Claire Calixte et le Triolet de Limbé se sont produits dimanche soir à l’Eglise Baptiste évangelique. Ce concert qui a réuni la grande foule a été le principal rendez-vous de la communauté protestante à Pétion-Ville pour la fête des mères.


5h pile, l’Eglise baptiste évangelique de Pétion-Ville est déjà remplie. Le public a fait massivement le déplacement pour assiter au concert de clôture de la semaine de conférence de famille de l’EBEP. Comme chaque année, le comité d’organisation offre à la fin un bouquet d’amour. C’est le pinacle d’une semaine consacrée à la famille et au pilier de celles-ci, les mamans, qui fêtaient également en ce jour.

La surprise de la soirée est dévoilée d’entrée. La chanteuse Claire Calixte ouvre le spectacle en offrant au public son cover du tube de Brooklyn tabernacle choir, « Lord I believe in you ». Elle reviendra pour chanter « Rele m », la chanson qui a révélé l’artiste au grand public. La justesse de sa voix et sa simplicité ont permis à Claire de faire la difference durant ses deux prestations.

La chorale Jimla gospel était attendue et a offert une prestation qui marquera longtemps le public. Avec seulement 11 choristes et un band très réduit, la chorale a conquis toute l’assemblée et confirme tous les biens qu’on dit de la bande au maestro Marco.

Malgré des heures de préparation, la sonorisation assurée par la firme de Gospel Kreyòl n’est pas de qualité. Beaucoup d’artistes se plaignent du fait qu’ils n’avaient pas de retour et n’arrivaient pas à écouter les musiciens. Ça s’est même empiré durant les prestations du Triolet de Limbé.

Le groupe qui a fait le déplacement dans la capitale pour l’occasion a toutefois tiré son épingle du jeu en livrant au public deux beaux morceaux. Le Triolet de Limbé rappelle étrangement le Gaither vocal band en allant puiser dans les classiques du southern gospel. Ils sont les seuls à le faire aujourd’hui en Haïti et promettent énormément.

Mark Edmond, avec son album fraîchement sorti, était comme l’attraction de la soirée. Lui aussi n’a pas été épargné par la mauvaise qualité de l’audio. L’interprète d’Impossible n’est pas chrétien a passé en revue plusieurs titres figurant sur son album dont Socionautes et Lapriyè. Il a notamment compté sur un duo hors norme avec Barbara Cassamajor pour emballer le public de l’EBEP.

Le groupe CAD, égal à lui-même, a fait bouger tout le monde dans son registre rétro. On retiendra notamment la performance de Johnny dans Femme samaritaine et surtout le passage de Jean Elie Brutus. Sacré animateur qui a mis tout le monde « sou konpa ». CAD a clôturé de fort belle manière cette soirée qui visiblement a comblé l’attente des centaines de personnes ayant fait le déplacement.



Réagir à cet article