ONU - ABUS SEXUEL - MINUSTAH

Un peu d’espoir pour les femmes et les enfants abandonnés par les Casques bleus

Le Bureau des avocats internationaux (BAI) a rencontré Jane Connors, défenseure des droits des victimes pour les Nations unies, le mardi 24 avril 2018, en présence des 11 mères qui disent avoir 14 enfants nés d’union libre avec des soldats des Nations unies durant leur passage dans le pays entre 2004 et 2017. Au cours de cette rencontre, les mères accompagnées de leurs enfants de couleur différente, aux cheveux soyeux ont pu s’entretenir avec la défenseure des droits des victimes d’abus sexuel pour les Nations unies.

Ricardo Lambert
Par Ricardo Lambert
25 avr. 2018 | Lecture : 2 min.

Jeannine* a deux enfants nés de ces rapports avec un soldat du contingent uruguayen qui était déployé en Haïti dans le cadre de la MINUSTAH. L’un d’entre eux a un handicap physique. Elle doit non seulement les élever seule, mais sans aucune assistance du père ou des Nations unies qui n’a jamais désavoué la filiation. Son plus grand souci reste que ses enfants ne connaissent pas leur père. Cette mère désabusée a sauté sur l’occasion pour rencontrer l’émissaire et défenseure des personnes victimes d’exploitation et des atteintes sexuelles. Nom

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.