Mark Edmond, nouvelle sensation du secteur évangélique

PUBLIÉ 2018-04-25
Février 2017, Concept Event Master présente Falling in love with Jesus. Certains prennent plaisir à apprécier les têtes connues de l’affiche, d’autres découvrent un jeune homme au physique avantageux et au look osé mais captivant. Son nom de scène ? Mark Edmond. À la veille de la sortie de son premier album, Ticket a été à la rencontre de la nouvelle tête qui s’impose dans la chanson évangélique.


Une enfance choyée et heureuse

Il s’appelle Pierre Markens Edmond. Il est né le 14 janvier 1988 à Port-au-Prince. Elevé dans une famille monoparentale, Markens a été choyé par deux femmes : sa mère et sa grand-mère à qui il voue un amour inconditionnel. Enfant, il était turbulent, si bien qu’il a même eu certains accidents qui ont fait une peur bleue à sa mère même s’il s’en remettait assez vite. Toute sa vie, il a été entouré de femmes avec qui il partage une histoire d’amour exceptionnelle : sa mère, sa grand-mère et sa petite sœur.

Un début musical précoce

À l’adolescence, Mark Edmond se convertit au christianisme. Dès son entrée à l’église à l’âge de 14 ans, il intègre un groupe de jeunes garçons en tant que pianiste. De pianiste, il est devenu le lead du groupe tant ses idées sur le plan vocal étaient pertinentes. Et depuis, il s’est accaparé du micro qu’il ne quitte plus.

L’apprentissage musical

Après ses études classiques au Collège Roger Anglade, Markens émigre en République dominicaine pour des études en sciences informatiques. Faisant la tournée des bars, il y découvre le jazz et le bossa nova, style musical qu'il va s’approprier et avec lequel il va construire son identité. Il sort en 2016 son premier single « My miracle » destiné aux amants de la musique évangélique. Durant la même année, il présente « Tanpri tounen », une ballade romantique racontant les peines d’un amoureux éconduit qui réclame à nouveau les faveurs de sa dulcinée. Ses deux productions successives traduisent l’indécision de Mark qui n’arrive pas encore à choisir s’il veut évoluer dans le secteur évangélique ou faire carrière dans le monde séculier.

Se laissant convaincre par son cousin et manager, Berwin Sydney, Mark décide d’utiliser sa voix pour adorer Dieu. Il est pris en charge par l’équipe de Concept Event Master (CEM) qui lui permet de travailler avec des musiciens talentueux à qui il témoigne le plus profond respect. Sous la houlette du guitariste Eudes St-Vil, Mark se perfectionne, s’améliore, progresse et multiplie les prestations. Musicalement, il devient plus mature. En août 2017, le jeune artiste participe à la troisième édition de Musiquality où sa prestation est fortement appréciée. Petit à petit, il commence à se faire un nom dans le paysage musical évangélique.

Et… Impossible n’est pas chrétien

Après Musiquality en 2017, son équipe lance une grande campagne promotionnelle autour de son single titré « Impossible n’est pas chrétien ». Chante a fè « hit » même avant sa sortie. Et lorsque le single est présenté le 17 octobre, la chanson est téléchargée plus de 5000 fois sur différentes plateformes au cours de la même soirée. Et depuis, le morceau gagne du terrain. Le slogan marche, il est utilisé, repris. Mark crée son fan-club et ses fans deviennent impatients de découvrir son album.

En février 2018, une grande campagne de promotion est lancée autour de la sortie de l’album. T-shirts, excursions, flyers, tout y est pour que la vente-signature prévue pour le 29 avril soit un succès. « Nouveau concept, nouveau son, le même Dieu », tel est le message publicitaire sur lequel mise l’équipe du chanteur.

Mark Edmond, un chanteur controversé ?

Avec son physique digne d’un chanteur de Hollywood, Mark Edmond fait palpiter les cœurs féminins et grincer les dents masculines. Son charme mis sans cesse en avant par ses fans a soulevé beaucoup de polémiques au sein même du secteur dans lequel il évolue. Certains le qualifient de chanteur de charme mais lui met en avant sa mission qui est d’adorer Dieu. En dépit des controverses, Mark croit que le plus important est de garder les yeux fixés sur Jésus et de faire sa volonté. Un beau message évangélique porté dans un beau vase, n’est-ce pas, les filles ?

En dehors de la musique…

Lorsqu’il n’est pas derrière le micro, Mark est derrière son ordinateur, car monsieur est analyste-programmeur. Il développe des logiciels informatiques, des applications sur demande. C’est aussi un entrepreneur et un passionné de la mode. Son look suscite bien des questions et attire l’attention. Il ne le cache pas. Il est un passionné du fashion.

Les projets ?

Bien sûr, la sortie de l’album le 29 avril. Ensuite, une tournée en vue de faire la promotion de son opus. L’international est visé mais pour l’instant aucune précision n’est donnée encore par l’artiste et son équipe. L’interprète de My miracle promet les dernières informations en temps et en heure. Un autre single sortira après la tournée. Mark Edmond en a d’ailleurs déjà dévoilé le titre : « Cet effet-là ». Sinon, pour l’instant, le chanteur invite les mélomanes chrétiens à venir se procurer l’album « Impossible n’est pas chrétien » le 29 avril….

Oh, et pour celles qui seraient intéressées, monsieur n’est plus un cœur à prendre... Pardon de vous laisser sur ces mots.

Les préférences de Mark

- Couleur préférée : Noir

- Plat préféré : Pommes de terre sautées avec du brocoli, blanc de poulet sauté, et une sauce réduite de vin rouge

- Marque de voiture préférée : Audi

- Passe-temps : Discuter avec sa mère et sa sœur

- Artistes préférés : Kirk Franklin, Henry Salvador, Beethova Obas, Smokie Norful, Lalah Hathaway

- Sport préféré: Basket

- Joueur préféré : Stephen Curry

Vanessa Dalzon



Réagir à cet article