L'immigration haïtienne au Chili a augmenté de 114% en 2017

Des statistiques communiquées par la police d’investigation chilienne (PDI –Policía de Investigaciones) indiquent qu’un total de 104 782 Haïtiens sont entrés au Chili en 2017, soit 114% de plus qu’en 2016 quand 48 783 Haïtiens se sont installés sur le territoire chilien.

Publié le 2018-01-16 | Le Nouvelliste

D’après cette information, largement diffusée dans les principaux médias chiliens et internationaux, sur les 104 782 Haïtiens qui sont arrivés au Chili l'année dernière, 4 669 sont repartis, soit 362 de plus qu’en 2016 quand ils étaient 4 307 à le faire.

En revanche, il y a eu une diminution significative du nombre d'Haïtiens qui ont été renvoyés dans leur pays après leur arrivée pour avoir été incapables de prouver leur statut de touristes. Ainsi, 312 compatriotes ont été renvoyés du Chili l'année dernière contre 718 en 2016.

Bernardino Cárdenas, chef de la préfecture de police à l'aéroport international principal du pays, a expliqué au journal El Mercurio que chaque Haïtien arrivant doit répondre à plusieurs questions « On lui demande combien d'argent il apporte, combien de temps il compte rester, s'il dispose d’un billet de retour ou s’il a un parent au Chili... »

Pour se faire une idée plus ou moins précise de cet exode, jusqu'au mois de juillet de l’année dernière, les services d’immigration chiliens dénombraient l’arrivée de 44 289 citoyens haïtiens. Au 15 décembre dernier, c’est-à-dire en l’espace de 5 mois seulement, plus de 60 000 arrivées de compatriotes ont été recensées.

Cette augmentation exponentielle des arrivées des migrants haïtiens au Chili est sans précédent. En 2013, selon un rapport de la Police d'investigation chilienne (PDI), ils étaient 2 428 Haïtiens à avoir foulé le sol chilien. Au cours des six premiers mois de l’année 2016, ils avaient déjà atteint 20 196. Au total, entre 2013 et 2016, 41 065 Haïtiens sont entrés au Chili, rapporte le quotidien chilien El Mercurio.

Une étude élaborée par l'Institut des politiques publiques sur les droits de l'homme (IPPDH) du MERCOSUR (Marché commun de l’Amérique du Sud) et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a révélé que plus de 80% de la migration haïtienne au Chili concerne une population comprise entre 15 et 44 ans et est principalement masculine. Et l'entrée de ces migrants haïtiens au Chili se fait principalement par voie aérienne.

De nouvelles dispositions pour faciliter ces départs massifs

Depuis le vendredi 5 janvier 2018, les passagers à destination du Chili ne voyagent plus à partir de l’aéroport international Toussaint Louverture de Port-au-Prince. Suite à une décision de l’Autorité aéroportuaire nationale (AAN), ils sont désormais accueillis à l’aérogare Guy Malary où toutes les dispositions requises pour assurer un vol international (service de l’immigration, sécurité, etc.) sont respectées.

Une visite des lieux réalisée par le journal, peu après l’annonce de cette mesure par l’AAN, a permis de constater comment les conditions dans lesquelles les voyageurs embarquent pour le Chili se sont nettement améliorées. L’enregistrement des passagers ainsi que de leurs bagages se fait à l’extérieur. Ensuite, ils n’ont qu’à longer la grande salle climatisée, faisant office de salle d’embarquement, et qui comporte trois guichets des services de l’immigration ainsi que le service de sécurité.

La piste de l’aérogare étant trop petite, car destinée pour les vols locaux, un autobus emmène les passagers sur le tarmac de l’aéroport international Toussaint Louverture afin qu’ils attrapent leur vol en partance pour le Chili. Plusieurs sources à Guy Malary, superviseurs et officiers d’immigration, ont confié au journal que le souci premier de l’AAN était de décongestionner l’aéroport international.

« L’accueil à Toussaint Louverture était mauvais. Les passagers en partance pour le Chili étaient nombreux […] Air Canada et les passagers pour Cuba faisaient l’enregistrement dans presque dans le même espace […] C’était vraiment irrespirable », a expliqué un des bagagistes de Sunrise Airlines, sur le point de terminer sa journée, attendant que les bagages de passagers partent pour la soute de l’appareil qui ne décolle pas avant 6h du soir.

Les passagers, en majorité des jeunes des deux sexes, dont la grande majorité prend l’avion pour la première fois, n’ont pas caché leur satisfaction sur la qualité de l’accueil et ont explosé de joie de pouvoir quitter Haïti enfin. Le pays est en train de se vider, quotidiennement mais sûrement, de sa force vive, sous le regard impassible, indifférent des douaniers et des agents de sécurité de l’aérogare en cette fin d’après-midi.

Ils étaient plus d’une centaine dans la salle d’embarquement ce jour-là à ronger leur frein en comptant les heures avant de pouvoir rejoindre leurs proches au Chili. Une dizaine d’autres passagers, moins chanceux ceux-là, n’ont pas pu se faire enregistrer. Résignés, ils faisaient les cent pas sur la cour de l’aérogare avant de repartir chez eux, sans pester, avec la ferme intention de revenir tenter leur chance le lendemain.

Désormais, ces passagers infortunés n’auront plus ce loisir car dans une note de presse en date du mardi 16 janvier 2018 qui est parvenue au journal l’AAN annonce avoir pris des mesures en ce sens. « En vue de décongestionner l’entrée de l’aérogare Guy Malary et de renforcer les conditions sécuritaires au départ des personnes se rendant au Chili, aucun passager dont le vol n’est pas confirmé pour le jour en question ne sera admis dans les abords de l’aérogare », informe cette note.

Chili, l’Eldorado latino-américain

Au total, en 2017, plus de 13,1 millions d’étrangers sont entrés au Chili contre 13 millions l'année précédente, informe les autorités chiliennes. Au nombre de plus de 3,7 millions, les Argentins sont les principaux leaders du flux des étrangers arrivant au Chili. Motivés par le tourisme et les achats de biens électroniques et technologiques, qui ont des prix plus bas et des taxes plus basses, ce qui en fait de gros consommateurs, ils sont dépassés seulement par la population locale.

L’une des économies les plus stables en Amérique latine, ayant l’un des meilleurs niveaux de vie de la zone, le Chili n’en finit pas d’attirer les migrants en quête d’un mieux-être. A moins que l’élection du nouveau président Sebastian Piñera, qui sera investi le 11 mars prochain, ne change la donne. Actuellement, le pays sud-américain est la 38e économie mondiale avec un PIB supérieur à 400 milliards de dollars américains pour un revenu par habitant en PPA supérieur à 23 000 dollars américains et un taux de chômage autour de 6%.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".