Santé/ Précaution

Les fêtes de fin d’année, une période à haut risque pour les asthmatiques

Pendant les fêtes de fin d’année les personnes souffrant d’asthme courent de grands risques. Dans un entretien accordé au quotidien Le Nouvelliste, le pneumologue cubain Alvaro Sanchez, rencontré dans une polyclinique, à Pétion-Ville, recommande la vigilance maximale aux concernés.

Publié le 2017-12-29 | Le Nouvelliste

National -

« Le premier piège dans lequel les asthmatiques sont tombés est l’ambiance qui règne durant les saisons de fête. Dans les bals, les festivals et les soirées de gala, la bière de trop peut être mortelle », a déclaré le pneumologue cubain Alvaro Sanchez. S’appuyant sur une étude de Médical New Today, publiée en 2000 par la revue The journal of allergy and clinical immunology, le spécialiste indique que dans 30% de cas l’alcool peut déclencher une crise d’asthme dans moins d’une heure.

Connaissant l’inaccessibilité des structures sanitaires dans certaines zones et l’absence de ces structures dans d’autres, il est impératif, a relaté le Dr Alvaro Sanchez, d’identifier les signes avant-coureurs. « Dès que la personne commence à ressentir une gêne respiratoire en buvant un boisson alcoolisée, elle doit arrêter immédiatement. Cet effet est lié à la sulfite et l’histamine qui composent de nombreuses boissons alcoolisées, notamment quand la personne en consomme des mélanges dans une même soirée », a-t-il expliqué.

L’asthme, une maladie de saison

L’asthme se définit de manière classique comme un bronchospasme caractérisé par une difficulté de respirer, une respiration sifflante, volontiers nocturne, variable dans le temps et réversible spontanément ou sous l’effet de traitement.

Sans médicament devant une crise d'asthme, il faut mettre le patient en position semi-assise dans une pièce bien aérée puis dégager les voies respiratoires.

En période de fin d’année, les facteurs de risques se sont accrus de manière exponentielle. « Cela demande une vie équilibrée, car tout stress trop intense ou en revanche toute émotion trop forte peut mettre à mal un asthmatique. »

Toute fluctuation de température peut être à l’ origine d'une crise d'asthme. « Quand la chaleur augmente en été ou le froid en hiver, l’organisme humain à travers les bronches essaie de réguler la température. Ce qui veut dire plus d’activités, plus de sécrétions et donc un risque de bronchospasme », a précisé le Dr Alvaro Sanchez, qui n'a pas oublié de rappeler aux personnes asthmatiques qu'il est déconseillé de passer toute une nuit dans des activités festives et de porter des vêtements trop décolletés.

La combustion des déchets, une pratique périlleuse

Dans différents coins de la région métropolitaine, sortant de la route de Frères à Portail-Léogâne, en passant par Canapé-Vert, la combustion des déchets est devenue plus qu’une pratique, un mode de vie.

« Si pour une personne en bonne santé, apparente en tout cas, l’inhalation des déchets incinérés peut devenir normale à moyen terme, à force que l’organisme s’adapte, pour une personne asthmatique, c’est un danger mortel », a expliqué le Dr Alvaro Sanchez, qui a tenu à souligner que l’incinération des déchets se fait souvent à une température insuffisante à l’air libre libérant ainsi des particules qui peuvent irriter les voies respiratoires et déclencher une crise d’asthme.

A ce tableau s’ajoute la fumée des cigarettes qui peuvent jouer des tours aux asthmatiques. « Généralement, une personne asthmatique ne va pas fumer une cigarette dans un festival. En revanche, du fond de la foule plusieurs personnes l'entourant peuvent être en train de fumer, faisant de lui automatiquement un fumeur passif. La chaleur et l’inhalation des cigarettes peuvent malheureusement coûter la vie à cette personne », se désole ce pneumologue d’une trentaine années de carrière.

Passant en revue la fumée des voitures, les pneus enflammés et le commerce de barbecue, qui s'installent en Haïti, ce médecin cubain, recommande aux autorités sanitaires de multiplier les campagnes de sensibilisation, car « cela peut aider à sauver des vies ».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime à 230 millions le nombre d'asthmatiques dans le monde, avec un taux de mortalité légèrement plus élevé dans les pays à faible revenu. Souvent, les individus sont morts faute d'informations appropriées aux risques qui sont liés à cette pathologie. Evidemment les asthmatiques peuvent fêter, pourvu que fêter et prudence marchent de pair.

Claudy Junior PIERRE pclaudyjunior@yahoo.fr Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".