AMCHAM fait le pari de continuer à changer la donne pour le progrès économique d’Haïti

#HaitianGameChangers !!! Pour Régine Labrousse, présidente de l’AMCHAM, c’est plus qu’un coup d’ashtag. Son association, qui compte 40% des 100 plus grands contribuables, soit environ 13.8 milliards de gourdes, l’équivalent de 10% du budget national, veut sortir le pays du cycle de l’aide, voir la mise en commun des énergies d’acteurs publics et privés pour changer la donne au niveau économique à travers la mise en place de politiques publiques pro-croissance.

Publié le 2017-12-14 | lenouvelliste.com

Je vous remercie du plus profond du cœur, d’être là avec nous ce soir. Permettez-moi de remercier en particulier la Chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis en Haïti d’avoir reçu et accueilli les membres de la Chambre de commerce américaine en Haïti à la résidence pour partager un moment en famille.

Je vous remercie tous, les compagnies qui dédient leur temps afin de renforcer le secteur privé de manière institutionnelle à travers l’AmCham, et en particulier ceux qui font partie de ce conseil très dynamique.

Durant ces derniers 7 mois et jusqu’à présent, nous travaillons sur la restructuration de la AmCham – un sujet pas trop « sexy », mais une étape primordiale pour apporter le changement nécessaire et de meilleurs résultats de manière pérenne. Aujourd’hui nous avons une équipe exécutive plus forte que nous armons avec les outils nécessaires pour mener au quotidien notre stratégie quinquennale :

Directeur Général (CEO) - Vladimir Laborde, qui nous a rejoint depuis mi-octobre

Manager des Operations – Angela Cadet Lafortune

Administratrice – Tara Bourjolly

C’est une équipe dynamique qui travaille au quotidien au bénéfice du secteur privé. Continuez à les encourager, ils le méritent grandement !

Au début du mandat de l’actuel conseil d’administration en mai, nous nous sommes alignés sur le fait que nous avons besoin de changement de mentalité et de comportement dans le pays. Ensembles nous nous sommes engagés à être des agents du changement, des « Game Changers ». En tant que secteur privé, globalement nous sommes les créateurs d’emplois et les contribuables directs et indirects des recettes fiscales

Savez-vous qu’entre nous, membre de la AmCham, nous représentons 40% des 100 plus grands contribuables de notre pays. Cela représente environ HTG13.8 milliards et 10% du budget national. Ce n’est pas une petite affaire. Ensemble nous sommes très forts et de manière institutionnelle nous pouvons avoir un impact appréciable. Nous sommes les leaders qui choisissons de travailler dans le secteur privé formel. Nous pouvons encore mieux faire. Nous invitons les autres à emboiter le pas, car c’est la meilleure décision à prendre pour stimuler l’économie nationale qui a tant besoin de nous.

Globalement, ce qui est très clair, c’est que nos décisions, nos actions, notre économie dépendent trop de l’aide externe. Compte tenu de mes expériences, j’ai un profond respect pour le monde diplomatique et la coopération externe et les professionnels qui servent leur pays. Cependant, nous ne pouvons pas continuer à prendre des décisions économiques et politiques basées sur l’aide internationale que nous obtenons. Cette aide nous rend dépendants de la charité et la générosité des contribuables de ces pays. Ils ne sont pas obligés de faire de nos besoins leur priorité.

Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a eu cette même réflexion envers la France récemment. La différence avec Haïti est que nous avons eu notre indépendance il y a plus de 200 ans. Je ne pense pas que nos ancêtres seraient très fiers de nous aujourd’hui. Il n’est pas question d’une fermeture des portes à la communauté internationale, mais plutôt d’une demande de franche collaboration ; d’une prise de conscience et de contrôle de notre pays de façon stratégique.

J’ai l’honneur de présider la AmCham en tant que représentante du deuxième plus grand investisseur étranger en Haïti, la Heineken ; et nous voyons bien l’impact que nos investissements ont sur nos fournisseurs, la communauté et l’économie locales. Avec une augmentation d’investisseurs directs nationaux et internationaux en Haïti, notre société prendra une autre ampleur. Le climat actuel des affaires n’est pas favorable à l’essor de nos entreprises. Pour encourager plus d’investissement, le gouvernement devra mettre en place des mesures concrètes afin de renforcer le climat d’affaires, notamment l’autorité de la loi et renforcer nos structures frontalières qui nous rendent tous trop vulnérables à la compétition déloyale.

Il est de notre responsabilité à nous, les haïtiens, de définir notre avenir à tous les niveaux. Comme entrepreneurs, il est de notre responsabilité d’agirde manière responsable à travers nos entreprises et d’influencer les politiques publiques de manière équitable et profitable pour tous. Nous contrôlons aussi à 100% notre pouvoir d’influence sur les autres entreprises qui nous entourent afin qu’elles s’engagent, elles aussi, à fonctionner de manière responsable. Chay la lou !

En tant que leaders, en tant que citoyens, c’est notre devoir et là où nous devons mettre notre énergie. Peyi a chaje ak richès. Ce sont nos comportements de gestion qui doivent changer. Haiti a besoin de Game Changers!

Cela commence avec un rêve. Le rêve devient une vision. Cette vision inspirera le changement.

Lors du Forum sur la compétitivité organisé par la présidence en septembre, les experts Michael Porter and Daniel Isenberg ont souligné un point clé : pour stimuler une richesse socio-économique durable, les réformes politiques doivent être intéressantes pour les acteurs économiques actuels. Le monde des affaires est le véritable créateur de richesse. Nous devons développer nos entreprises pour inclure les professionnels qui peuvent également influencer positivement ces réformes tant attendues de manière transparente.

Pour la première fois, le conseil d’administration de la AmCham, en partenariat avec l’ambassade d’Haïti à Washington, DC a fait un voyage de plaidoyer dans la capitale américaine pour partager notre stratégie, nos points de vue, et notre engagement institutionnel envers le secteur des affaires en Haïti directement avec les meneurs de politiques publiques de la communauté internationale. Nous avons reçu deux messages importants à travers toutes réunions que nous avons eues : premièrement, la diversité et la jeunesse du conseil sont prometteurs pour le changement nécessaire des affaires en Haïti et deuxièment, nous entendons le secteur privé haïtien avec une vision commune qui est réel. Je leur ai dit : « pare kò nou, AmCham fèk kòmanse aji ! »

Avec 30% du PIB provenant de la diaspora, ils jouent un rôle clé dans notre économie et nous avons besoin d’eux comme investisseurs prospères. Fort de ce constat, en novembre dernier, nous nous sommes associés au CFI et à l'ambassade des États-Unis pour présenter les meilleures pratiques, les opportunités d'affaires, mais surtout pour encourager une approche institutionnelle de l'investissement. Les investisseurs de la diaspora ne devraient pas compter uniquement sur des contacts personnels et familiaux alors qu’il y a trois institutions clé détentrices de systèmes en place pour faciliter les investissements.

Le bureau exécutif et les comités de la AmCham travaillent avec diligence sur les efforts de plaidoyer pour prendre les positions publiques stratégiques pour les affaires. Cela prend du temps, mais c'est ce qui aura un impact à long terme. Après la restructuration interne, l’année 2018 sera très fructueuse et nous espérons que vos entreprises saisiront les nombreuses opportunités qui vous seront présentées.

Nous voulons votre engagement TOUS, à être des « Game Changers » pour 2018. Si vous êtes avec la AmCham, ici aujourd'hui, c'est parce que vous croyez en votre entreprise et l'avenir de votre famille en Haïti

A la AmCham, nous défions en effet le statu quo et déterminons comment avoir un impact à plus long terme grâce à nos activités. Pendant de nombreuses années, au cours de ce cocktail de Noël, nous avons émis plusieurs chèques à des organismes de bienfaisance. Cette année, nous avons décidé de faire quelque chose avec plus d'impact.

Notre ancien comité RSE « CSR » s'est aujourd'hui transformé en un comité de développement durable. Malheureusement, cette année plusieurs entreprises ont souffert d'incendies ou ont été gravement touchées par des catastrophes naturelles. Nous savons trop bien à quel point nous sommes vulnérables aux intempéries et souffrons de l’absence des services d'urgence. Nous avons trouvé une solution très intéressante pour adresser cette faiblesse.

Au cours des 10 dernières années, une organisation du secteur privé s'est concentrée sur la continuité des activités des entreprises. Connaissez-vous l'AGERCA? Elle a été créée en août 2007 grâce au soutien de la Fondation panaméricaine de développement (PADF) – un partenaire de longue date de la AmCham. Aujourd'hui, l'AGERCA sert de pont entre la Direction de la Protection civile et le secteur privé en cas d'urgence et apporte son soutien aux entreprises avec des plans de prévention, de sécurité et de continuité des activités pour les rendre plus durables.

Nous avons le président et le secrétaire du conseil d’AGERCA avec nous ce soir, Albert Chevalier et Gérard Laborde. Ce soir, nous annonçons que l'AGERCA sera notre partenaire stratégique pour notre politique de développement durable. Dans ce partenariat, AmCham disposera désormais d'un expert qui jouera un rôle clé dans sa quête de sensibilisation, de promotion et d'appropriation de la gestion des risques, de la continuité des activités, de l'approvisionnement local, de la bonne gouvernance et de la transparence. En un mot: Durabilité.

Et voilà, changement de paradigme! We just changed that game.

Et un petit mot de remerciement pour les stars game changers ce soir, nos sponsors, en ordre alphabétique:

ADEKO

AIC

La Brasserie Nationale d’Haïti (BRANA)

Caribbean Food Manufacturers

Delta Airlines

Enmarcolda

E-Power

Hôpital Adventiste d’Haïti

Sogebank

SOL Petroleum

Strategys

Transversal

Unibank

Comme on est en période de fin d’année, je terminerai en adressant au nom du conseil et de toute l’équipe de la AmCham, un Joyeux Noël et les Vœux les meilleurs pour 2018 à chacun de vous et surtout à notre chère Haïti.

Merci, Madame la Chargée d'affaires, de nous avoir accueilli si chaleureusement.

Nous avons donc beaucoup à célébrer.

#HaitianGameChangers

Auteur


Réagir à cet article