OIM inaugure un nouveau centre-ressources frontalier à Belladère

Publié le 2017-11-28 | lenouvelliste.com

Pour permettre d’identifier et d’assister les migrants vulnérables venus de la République dominicaine, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a créé un nouveau centre-ressources frontalier (CRF) à Belladère. Inaugurée le jeudi 23 novembre, cette structure, en collaboration avec l’Institut de bien-être social et de recherches (IBESR), va servir à l’orientation et la gestion des migrants vulnérables, y compris des enfants non accompagnés ou séparés de leurs familles. Elle offre aussi un espace pour le conseil psychosocial.

Bernard Lami, chef adjoint de mission de l’OIM en Haïti, a indiqué les conditions dans lesquelles les familles arrivent en Haïti : « Sans ressources, séparés de leurs familles, sous-alimentés, épuisés après avoir passé parfois plusieurs jours dans des centres de détention, ils sont alors pour la plupart livrés à eux-mêmes ». Il a aussi évoqué l’accueil morose dont ils font l'objet dans le pays. « Depuis l’expiration en juin 2015 de la période d’enregistrement au Plan national de régularisation des étrangers (PNRE), l’OIM a enregistré plus de 229 885 migrants haïtiens qui sont revenus ou ont été déportés vers Haïti. Ce chiffre considérable témoigne de l’importance des besoins d’assistance sur toute la zone frontalière pour aider ces migrants vulnérables, particulièrement les femmes et les enfants », a-t-il souligné.

Pour réaliser ce projet, le deuxième après celui d'Anse-à-Pître, l'OIM a recu l’appui financier du gouvernement du Canada. Il vise à améliorer les capacités des acteurs locaux dans la lutte contre les méfaits de la migration irrégulière et la traite des personnes sur les quatre points frontaliers officiels de Ouanaminthe, Belladère, Malpasse et Anse-à-Pître. Selon Carlos Rojas-Arbulu, chef de la coopération canadienne en Haïti, l’identification des migrants de tout âge est le premier souci du Canada qui a aussi mis en œuvre un projet d’assistance pour ces migrants intitulé « Aide aux enfants et femmes vulnérables dans les zones frontalières en Haïti ».



Réagir à cet article