Fête du livre jeunesse

La soupe au giraumon de grann Adé

Publié le 2005-05-17 | lenouvelliste.com

Claude Bernard Sérant signe le samedi 21 mai 2005 à la fête du livre jeunesse, à St-Louis de Gonzague, « La soupe au giraumon de grann Adé ». L'ouvrage porte le label de la « Collection pour la vie- volet loisir ». Cette histoire qui respire un parfum chevaleresque accroche les personnages sur une toile de fond historique. Les enfants, Samuel et Josué, recréent la bataille de Vertières à partir de la puissance de leur imagination. Le manche à balai devient l'épée et la branche de palmier, le cheval. « Plus vite mon cheval, criait Samuel, le plus petit, en fendant l'air d'un manche à balai serré dans la main droite. Nous n'avons pas de temps à perdre. Avant que la nuit ne tombe, nous devons remporter la bataille de Vertières. Cours plus vite que le vent mon cheval. Cours ! » « La bataille faisait rage. Le vent sifflait à leurs oreilles. Samuel et Josué poussaient des cris de guerre qui effrayaient les oiseaux nichés dans les arbres. Ils étaient durs, sans pitié, sous leur masque de guerrier. Les mots qu'ils articulaient entre les dents étaient coupés, saccadés par une respiration haletante. Toutes les espèces de plantes dressées sur leur route étaient passées au fil de l'épée : les feuilles d'hibiscus, de tournesol, les branches de manguier, de citronnier, d'oranger, de cerisier, atterrissaient par brassées sur le sol jonché de feuilles, de fleurs et de fruits. Les plantes foulées aux pieds vidaient un sang vert sur la terre. Elles représentaient, pour eux, des corps de soldats brisés, hachés, gisant dans leur sang ». Il y a un parfum épique qui souffle dans ce texte. Claude Bernard Sérant a ouvert les trésors de son imagination pour offrir un joyau aux enfants. « La soupe au giraumon de grann Adé » met en relief l'importance de la solidarité, le droit des enfants et l'amour pour l'environnement : « Avez-vous réalisé la brutalité que les gens insensibles exercent sur notre environnement ? Vous ressemblez à ces gens-là quand vous détruisez les plantes qui embellissent notre cour. Les plantes, mes chers enfants, sont des êtres vivants, elles ont besoin de soin, d'amour et de protection ; nous leur devons respect... », dit grann Adé à ses petits-fils. « La soupe au giraumon de grann Adé » dessine l'avenir. Page après page l'histoire entraîne le lecteur. Appétissant !
Marvin Victor
Auteur


Réagir à cet article