Bernard Diederich, un historien et un journaliste sans détour

Le cinéaste haïtien Arnold Antonin a procédé, dans l'après-midi du lundi 30 octobre 2017 à la salle Fokal Unesco, à la projection de son film documentaire « Bernard Diederich, le tusitala, raconte Haïti ». Cette projection, tournée en présence de plusieurs personnalités, met le journaliste néo-zélandais Bernard Diederich en vedette.

Publié le 2017-11-07 | Le Nouvelliste

Ce film documentaire, d'une trentaine de minutes, retrace les expériences journalistiques de Bernard Diederich. Ses voyages et ses différentes rencontres. Il rafraîchit la mémoire sur l’époque dictatoriale où la rivalité entre Haïtiens et Dominicains était à son comble. Le cinéaste met en relief l’histoire, l'amitié de ce Néo-Zélandais avec Graham Greene et sa polémique avec Mario Vargas Llosa entre autres. Il apporte par ailleurs, un éclairage sur les rivalités entre Trujillo et Duvalier dans les années 60. Les frictions entre ces deux dictateurs ont mis les deux peuples à feu et à sang. Dans l’Amérique centrale et les Caraïbes, des événements sociopolitiques similaires ont marqué l'histoire des peuples sous le joug de la dictature au cours des années 50 et 90.

À travers « Bernard Diederich, le tusitala, raconte Haïti », plusieurs aspects de la personnalité de cet écrivain sont touchés. Un personnage historique, politique et scientifique. Sa passion pour la vérité le fait parcourir le monde à la rencontre de l'information axée sur le factuel pour illuminer des moments historiques et politiques longtemps méconnus de plus d'un. Ce reporter, ne reculant pas d'une semelle dans ses recherches, décrit les climats de terreur instaurés par des régimes politiques tant nationaux qu’internationaux. Les différents acteurs du film, principalement sa femme Ginette Dreyfus, et le président de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, le professeur Pierre Buteau, le considèrent comme une homme courageux, un chercheur et un maître.

Cette projection présente Bernard Diederich comme un journaliste de renommée mondiale tant par ses productions monumentales que par ses actions courageuses. Un écrivain, produisant des œuvres aussi bien instructives qu'éducatives pour les générations à venir, qui a révolutionné tout un monde. Des travaux dans lesquels nombre chercheurs peuvent puiser en vue d'éclairer sous d'autres angles des générations. Ce puits de science, témoin de plusieurs années d'histoire, a mis en lumière les points cachés de l'histoire d’Haïti.

Bernard Diederich, fondateur et directeur de l'hebdomadaire « Haïti Sun », a rencontré des journalistes, des hommes politiques, des écrivains et des historiens, principalement le général panaméen Omar Efraín Torrijos Herrera, l’écrivain et journaliste colombien Gabriel García Márquez. Il est le seul journaliste ayant interviewé le dictateur Jean-Claude Duvalier. Il est arrivé en Haïti en 1949 où il a passé plusieurs années jusqu'à son exil en 1957. Ce nonagénaire a campé des leaders comme Magloire, Duvalier père, Somoza, Trujillo, entre autres.

Une anecdote frappe le spectateur dans le film d'Arnold Antonin : le grand écrivain péruvien, Mario Vargas Llosa, en panne d'inspiration, a plagié tout un passage d'un texte de Bernard Diederich. Il a reproduit les passages de Diedrich dans son célèbre roman "La fête au bouc". Le livre sur la mort de Raphaël Trujillo Molina « Trujillo the Death of the goat » a été amplement pillé par le Péruvien. Même les erreurs glissées dans l’œuvre du Néo-Zélandais ont été copiées aveuglément. Preuve que cet écrivain, qui a fait d’Haïti sa deuxième patrie, a rayonné dans les mondes politique, journalistique et historique.

Dans la foulée, Michel D. Pierre-Louis a expliqué que cette projection est une séance spéciale en honneur à Bernard Diederich. Elle a évoqué ses liens d'amitié avec ce grand historien qui a déniché les faits politiques, dénotant plusieurs années d'histoire. Selon elle, les livres de Bernard Diederich sont de vrais livres d'histoire. Elle invite ceux et celles qui n'ont pas encore lu les ouvrages de ce journaliste à s'en procurer au moins un en vue de découvrir et de comprendre le passé.

De son côté, le réalisateur Arnold Antonin a exprimé ses sentiments à l'égard de cet essayiste. Il indique que le travail de ce dernier, rétablissant la vérité sur l'histoire d’Haïti, est exceptionnel : « L'aventure personnelle de Bernard Diederich est fascinante et intéressante par le fait qu'il s'est intéressé à Haïti. C'est un devoir de reconnaissance que nous avons vis-à-vis de lui. Ses œuvres nous permettent de revoir l’histoire à partir des anecdotes », a-t-il déclaré, annonçant qu'il s'est lancé dans cette aventure depuis deux ans dans l'objectif de mettre à la disposition de la jeune génération des éléments clés pour comprendre notre histoire.

Cette projection documentaire présente les différentes productions de Bernard Diederich. Ses œuvres, d'une importance capitale, exposent les éléments relatifs aux trente années qui ont bouleversé le vécu de l'Haïtien, notamment « Papa doc et les tontons macoutes (1961), The island of Fear (1960), Trujillo the Death of the goat (1978), Somoza and the legacy of US involvement in central America (1981), Fools of April (1961), le prix du sang tome 1 et 2, entre autres. Elle a également mis en lumière les différents voyages effectués par ce journaliste très actif qui vit en Haïti depuis plus de quatre décennies.

Woody Duffault woodyduffault@gmail.com Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".