Energie

Sigora Haïti, première compagnie privée à s’intéresser à la distribution de l’électricité

Publié le 2017-10-20 | Le Nouvelliste

National -

Depuis peu, les énergies renouvelables sont très en vogue. Entre la promesse du chef de l’Etat d’électrifier le pays 24 sur 24 en 24 mois, les contrats IPP et le fort potentiel d’Haïti en énergies propres, le débat n’a jamais paru aussi passionnant. A côté des traditionnelles discussions, tout aussi importantes, il existe désormais un savoir-faire local – en provenance des Etats-Unis d’Amérique – qui monte en puissance et s’apprête désormais à franchir un nouveau palier. Il s’agit de Sigora Haïti, filiale de Sigora International, une startup basée à San Francisco, qui expérimente depuis 2015 un système de compteurs prépayés dans le département du Nord-Ouest. Retour sur cette expérience pionnière avec Andrew Lebowitz, le directeur des opérations de Sigora Haïti.

Dans les Caraïbes, Haïti a le taux d'électrification le plus bas et le plus grand nombre de personnes sans accès à l'électricité - plus de 8 millions. C’est ce qui ressort du dernier rapport de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC), datant de mai 2017, et intitulé « Investissement dans les énergies renouvelables, prix des carburants fossiles et implications politiques pour l'Amérique latine et les Caraïbes ».

Dans ces conditions, rien d’étonnant à ce que les discussions tournent généralement autour de la nécessité d’augmenter la production d’électricité sans qu’on aborde réellement la distribution qui est, selon Andrew Lebowitz, le nœud du problème. « Dans l’état actuel des choses, toute augmentation dans la production de mégawatt ne fera que creuser le déficit [de l’Ed’h] », avertit Lebowitz, faisant ainsi allusion au mythe des Danaïdes. Chaque année, l’Etat haïtien subventionne le déficit de l’Ed’H à hauteur de 250 millions de dollars américains.

A en croire Andrew Lebowitz, dès le début de ses opérations en Haïti, Sigora ne s’est intéressée qu’à la distribution car, dit-il, beaucoup de compagnies peuvent aisément s’adonner à la production, qu’elle soit solaire, éolienne ou thermique. Et, de fait, pour le moment, la production est le seul secteur dans la chaine de l’électricité que l’Ed’h partage avec le privé, via les IPP.

« Je souhaite que l’Ed’h trouve comment elle peut travailler avec le secteur privé dans la distribution », a fait savoir le responsable de Sigora Haïti, indiquant qu’il est actuellement en pourparler avec l’Ed’H pour explorer des aires de coopération. Il encourage donc l’Ed’H à se servir du décret de 2016 qui ouvre un peu plus la porte au secteur privé qui pourrait investir dans la distribution, dans la commercialisation.

« Le plus gros problème de l’Ed’H est la commercialisation », soutient Lebowitz. En tant que compagnie privée, l’objectif numéro un de Sigora, confie Andrew, était de démontrer que son système de compteurs était viable, c’est-à-dire qu’il permet de récupérer ses dépenses et de faire un peu de profit, peu importe la source (solaire, éolienne ou diesel).

Le choix du Nord-Ouest, un des départements les plus pauvres d’Haïti

« Nous voulions démontrer que le business pouvait marcher dans cette région et que nous pouvions donner de l’électricité dans un des endroits les plus pauvres d’Haïti », répond, sans sourciller, Andrew Lebowitz. « Une fois prouvé que ces gens-là étaient disposés à payer pour l’électricité, le modèle peut donc être repris n’importe où en Haïti et serait beaucoup plus rentable », explique-t-il.

Ensuite, le fort potentiel éolien du Môle Saint-Nicolas, peut-être le plus fort potentiel dans toute la Caraïbe, a été déterminant pour le promoteur du projet au moment de faire son choix. « Pendant 10 mois, souligne Lebowitz, le vent souffle très fort, suffisamment pour alimenter tout le département du Nord-Ouest.

Sigora et la promesse de courant 24 sur 24 du président

D’entrée de jeu, le directeur des opérations clarifie qu’il ne sait rien du plan du président Jovenel Moïse qui veut donner le courant 24 sur 24 en 24 mois. « Après Matthew, alors qu’il était en campagne, le président était venu visiter notre bureau au Môle Saint-Nicolas », se rappelle Andrew qui dit attendre encore des détails de ce plan, mais se montre très intéressé à devenir partenaire de cette initiative.

Les compteurs intelligents de Sigora pourraient aider l’Ed’H à collecter beaucoup plus d’argent. En travaillant avec le président, la startup pourra non seulement fournir le courant mais aussi créer des emplois, donner des formations et construire un système durable. Un système qui durera au moins 25 ans. Entre opération et construction, Sigora compte 60 employés dont 95% sont Haïtiens.

Un système qui a fait ses preuves

Auréolée du prix meilleur projet en milieu rural, décerné au 9e forum caribéen sur les énergies renouvelables (CREF 2017), la startup a mis sur le marché des compteurs qui se distinguent de trois manières : leur prix est abordable, ils sont antivol et ont une capacité data. Chaque compteur, explique Lebowitz, peut devenir un point wifi permettant à la compagnie de faire de la distribution de données. Dans le futur, ce dernier espère distribuer des données à partir du même réseau électrique.

En guise de perspectives

Pour Andrew Lebowitz, l’objectif numéro un de la compagnie c’est d’atteindre, avant fin 2017, 5 000 connections à Môle Saint-Nicolas, Bombardopolis et Jean Rabel, trois communes avec lesquelles Sigora a signé un accord, en novembre 2016, sous couvert de la loi de décentralisation de 2009 qui permet à un maire de signer un accord avec une compagnie privée pour la fourniture d’un service public. D'un autre côté, le responsable entend terminer le processus d’interconnexion des trois communes avant de se mettre en quête d’autres zones pour signer d’autres accords similaires.

Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".