Energie

Energies renouvelables: Haïti veut apprendre de ses voisins caribéens

Le 9e forum caribéen sur les énergies renouvelables (CREF en anglais), le plus grand rassemblement annuel du marché de l'énergie des Caraïbes, se déroule au JW Marriott Marquis, à Miami, du 18 au 20 octobre 2017. Plus de 70 intervenants sont attendus pour débattre sur comment créer une matrice d'énergie durable, en se concentrant sur la façon de se la procurer, financer et construire des projets d'énergie propre de qualité dans les Caraïbes.

Publié le 2017-10-18 | lenouvelliste.com

De la production, en passant par la distribution, du stockage aux réseaux intelligents, du financement aux achats, de l'efficacité énergétique au rôle émergent du gaz naturel dans les Caraïbes, autant de sujets pertinents qui seront abordés au CREF, l'endroit idéal réunissant le marché afin de faire évoluer la discussion.

Une délégation haïtienne, composée d’une dizaine de cadres et de fonctionnaires, de consultants, ont quitté le pays pour venir prendre part à cette grand-messe sur les énergies renouvelables. Selon le Dr Evenson Calixte, conseiller de la présidence en énergie, la participation d’Haïti à ce forum répond à la volonté du président de la République, Jovenel Moïse, de s’enquérir des avancées obtenues dans la région en la matière ces dernières décennies.

En effet, les Caraïbes viennent de connaître une longue décennie prospère en initiatives de projets en énergies renouvelables. Et le pipeline est profond, informe le site officiel du CREF. Entre-temps, après les cyclones Irma et Maria, le CREF soutient la région en rétablissant les réseaux électriques et en reconstruisant les infrastructures importantes. Il ne suffit plus d'être durable, prévient le CREF, les réseaux des Caraïbes doivent être résilients.

En ce sens, Haïti a tout à apprendre, estime le Dr Calixte, qui participe à ce forum depuis tantôt 5 ans. Le conseiller annonce une politique agressive de facturation et de recouvrement à venir découlant du plan de réforme de l’Ed’H déjà élaboré, selon lui. « Le taux de facturation de l’Ed’H à Port-au-Prince est de 41% et en province de 29% », a-t-il rappelé, arguant que le vrai problème de l’Ed’H est avant tout la facturation.

« Il faut avancer, on va avancer », promet Evenson Calixte, rencontré au cocktail de lancement de ce 9e forum, tout en mesurant à leur juste valeur les défis que l’équipe au pouvoir aura à affronter. Avant tout, faire comprendre à la population que le courant 24 sur 24, promis par la présidence, s’assimile à la disponibilité d’un produit qu’elle va devoir payer. Pour le vol de courant, le conseiller annonce une approche légale (une loi sur le vol de l’électricité en passe d’être votée) et une autre, sociale, à travers un tarif spécial solidaire pour les plus petites bourses.

Si Haïti ne fera pas de présentation cette année, le forum comprendra une journée complète consacrée à la présentation de projets interactifs, au décernement de prix d'excellence à des projets, un atelier d'une journée sur l'intégration des énergies renouvelables et des thèmes cruciaux comme la résilience des réseaux, de nouvelles sources de financement, la mise en place du stockage, la réduction des coûts accessoires du projet, et bien plus encore.

Parmi les présentations prévues jeudi et vendredi, on peut citer celle qui va exposer une cartographie de la pénétration d'énergie propre à travers la région ainsi qu’une feuille de route graduelle de l'approvisionnement à la mise en œuvre du stockage de l'énergie.

Environ 500 participants de 50 pays ont confirmé leur participation. Plus de 20 pays des Caraïbes sont représentés soit par leur gouvernement, soit par leur entreprise, ou dans de nombreux cas, par les deux. En un mot, le CREF joue un rôle déterminant dans le rapprochement des investisseurs, des promoteurs, des services publics, des banquiers, des régulateurs, des fournisseurs et des décideurs. Pour quiconque impliqué dans l'énergie propre dans les Caraïbes, assister au CREF représente un détour obligatoire.

Lancé en 2009, le CREF entend rassembler les gouvernements, les services publics, les multilatéraux et les investisseurs afin d'explorer les possibilités d'accroître les investissements dans les énergies propres dans les Caraïbes.



Réagir à cet article