L'Onu en Haïti : synopsis

Publié le 2017-10-06 | lenouvelliste.com

Jean Ledan fils

Les différentes missions d’occupation du territoire par l’Organisation des Nations unies (ONU) en Haïti en raison de nos sempiternelles luttes intestines.

MINUHA (1993-1996) – La MINUHA (Mission des Nations unies en Haïti) a été créée à l'origine pour faciliter l’implantation de l'Accord de Governors Island signé par les parties belligérantes haïtiennes le 3 juillet 1993. Elle avait pour objectif d'aider à moderniser les forces armées haïtiennes et de créer une nouvelle force de police. Marronnage du côté des autorités militaires haïtiennes, la MINUHA ne put être déployée comme prévue. Face à cette impasse, le Conseil de sécurité, dans sa résolution 940 du 31 juillet 1994, avait approuvé l'envoi d'une force plus équipée pour favoriser le déploiement de la MINUHA. Sa mission prit fin en juin 1996.

MANUH (1996-1997) – La MANUH (Mission d'appui des Nations unies en Haïti) avait remplacé la MINUHA en juillet 1996. Le Conseil de sécurité institua la MANUH par sa résolution 1063 du 28 juin 1996. Le mandat fut de soutenir le gouvernement haïtien à maintenir la sécurité et l'environnement stable. Sa mission prit fin le 31 juillet 1997.

MITNUH (1997) – La MITNUH (Mission de transition des Nations unies en Haïti) représentait la troisième opération de l'ONU en Haïti. Elle fut assignée par la Résolution 1123 du Conseil de sécurité le 30 juillet 1997 pour une période non renouvelable de 4 mois, en vue d'assister le gouvernement haïtien dans la professionnalisation de la Police nationale d'haïti.

MIPONUH (1997-2000) – La MIPONUH arriva avec la Résolution 1141 du Conseil de sécurité du 28 novembre 1997. Ainsi la MITNUH fut remplacée par la Mission de police civile des Nations unies en Haïti (MIPONUH) en décembre 1997. La MIPONUH ne prévoyait pas de composante militaire et devait continuer la mission des Nations unies dans le soutien et la professionnalisation de la Police nationale haïtienne.

MICAH (2000-2004) (Mission internationale d'appui en Haïti), remplaça la MIPONUH le 16 mars 2000 par décision de l'Assemblée générale dans sa résolution A/54/193 du 17 décembre 1999. Son mandat consistait à consolider les résultats de la MIPONUH et des missions précédentes. La MICAH avait, entre autres tâches, de promouvoir les droits de l'homme et de renforcer l'effectivité institutionnelle de la Police haïtienne et du système judiciaire, de faciliter et de coordonner le dialogue de la communauté internationale avec les acteurs politiques et sociaux en Haïti.

MINUSTAH (2004-2017) – La MINUSTAH (Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti) a été instituée le 1er juin 2004 par la résolution 1542 du Conseil de sécurité. Cette mission a succédé à une force multinationale intérimaire qui avait été autorisée par le Conseil de sécurité en février 2004 après le départ du président Jean-Bertrand Aristide. Le 19 janvier 2010, le Conseil de sécurité, dans sa résolution 1908, avait approuvé une augmentation des forces de la MINUSTAH sur le terrain pour aider après le tremblement de terre. Sa mission fondamentale était de restaurer un climat sûr et stable; d’appuyer le processus politique en cours; de renforcer les institutions gouvernementales et les structures d'un État de droit et de promouvoir et protéger les droits de l'homme à Haïti.

MINUJUSTH (2017-2018) – Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté le 13 avril 2017 une résolution qui met fin au mandat de la MINUSTAH dans sa composante militaire le 15 octobre 2017 et de la remplacer par la MINUJUSTH (Mission des Nations unies pour l'appui à la justice en Haïti) une autre mission plus réduite, pour une période initiale de six mois allant du 16 octobre 2017 au 15 avril 2018.

En présence du chef de l'État haïtien, Jovenel Moïse et de la représentante du Secrétaire général des Nations unies en Haïti, Mme Sandra Honoré, a eu lieu la cérémonie de clôture des activités de la MINUSTAH en Haïti le jeudi 5 octobre 2017. Le drapeau des Nations unies – ONU y a été symboliquement descendu à cette occasion.

Jean Ledan fils

Auteur


Réagir à cet article