Gifrants et l’âme musicale haïtienne

La grande rupture avec la musique dite savante, Gifrants l’a amorcée dès l’âge de l’adolescence. Sa façon d’africaniser ou de retrouver l’âme haïtienne dans la musique classique est codifiée, partitions à l’appui, dans un concept dénommé « natif ». Spirituellement engagé, ce passeur de mots et de notes intègre les musiques rurales et vodou sur une polyrythmie contrastée. Le concept est développé dans une riche discographie. Portrait d’un gardien de la mémoire musicale.

Claude Gilles
Par Claude Gilles
22 août 2017 | Lecture : 6 min.

Par Claude Gilles

Par vocation, Gifrants, de son vrai nom Marcien Guy Frantz Toussaint, est un griot. La gerbe de notes de ses mélodies trouvant leur essence dans le folklore haïtien est un subtil cocktail constituant une réponse musicale à la velléité latente de ghettoïser, voire de domestiquer le monde rural. Troubadour du métro pendant de longues années à Boston, il a su se créer une petite niche aux États-Unis avant de déménager au Québec. L’univers culturel bostonien appréciait le concept musical proposé depuis deux décennies par

CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.