La littérature haïtienne demeure fidèle à Haïti en folie

Publié le 2017-07-26 | lenouvelliste.com

À l’image de l’écrivain et académicien Dany Laferrière, la littérature haïtienne demeure fidèle à Haïti en folie. L’une des plus fortes de la Caraïbes, la littérature haïtienne sera très présente au pot-pourri culturel concocté par la Fondation Fabienne Colas pour la onzième édition du festival Haïti en folie. Dans ce programme hyper varié, on a un peu de tout (musique, danse, gastronomie, artisanat, littérature). Des voix majeures d’Haïti et de la Guadeloupe, notamment Bélo et Tanya St-Val, résonneront à Montréal. La place de la littérature haïtienne, pour sa part, n’y sera pas négligée. Sous la houlette de Mémoire d’encrier, des ouvrages d’auteurs canoniques et de révélations de la littérature seront à la portée des festivaliers. Des ouvrages parlant d’Haïti dont « Une place au soleil. Haïti. Les Haïtiens et le Québec » de Sean Mills, « Le corps noir », œuvre du feu Jean-Claude Charles rééditée cet été par Mémoire d’encrier, seront également disponibles au stand de Mémoire d’encrier. La maison d’édition confirme, entre autres, la présence de Dany Laferrière au festival destiné à faire connaître Haïti dans toute sa diversité, sa splendeur et sa culture. Le poète-éditeur –académicien Rodney Saint-Éloi considère Haïti en folie comme une véritable force de frappe dans la communauté montréalaise. L’événement, dit-il, incarne une dynamique nouvelle. « Ce festival a mis l’accent sur la culture haïtienne. C’est pourquoi Haïti en folie frappe l’imaginaire. Un festival audacieux, à l’image de sa fondatrice Fabienne Colas qui montre la manière dont les Haïtiens habitent le Québec », a conclu l’auteur de « Je suis la fille du baobab brûlé ». Par ailleurs, la veille du lancement du festival, l’organisation a annoncé le report d’un spectacle en lien avec le théâtre. Le show de Cynthia Jean-Louis qui devait avoir lieu dans le cadre de la 11e édition d’Haïti en folie est donc différé. La présidente de la Fondation Fabienne Colas, organisatrice de l’événement, dit avoir le regret d’annoncer le report du « one-woman show » de l’humoriste haïtienne. « Pour des raisons indépendantes de l’organisation du festival », tient à préciser Fabienne Colas. La raison du brusque report n’est pas évoquée. La nouvelle date du spectacle devrait être dévoilée sous peu. Chose certaine, le festival Haïti en folie sera grandiose cette année, avec beaucoup d’activités ludiques. Puisque Montréal commémore ses 375 ans cette année, le plus important festival pluridisciplinaire en dehors d’Haïti, et totalement dédié à la perle des Antilles se converge vers la métropole du Québec, terre d’accueil de quelque 200 000 Haïtiens d’origine, a fait savoir Mme Colas. Actrice de Pawòl Chouchoun (version haïtienne de Les Monologues du Vagin), Cynthia Jean-Louis devait tenir en haleine tenir le public du festival dans une comédie décapante. Le public se serait trouvé à la fois acteur et spectateur dans « le show de Cynthia ». Le « Quartier du spectacle » et d’autres lieux de spectacle à Montréal prennent, entre-temps, un air de fête à l’haïtienne. Des activités très ludiques se tiendront jusqu’à dimanche prochain.


Réagir à cet article