A quand l'inauguration du marché du Canapé-Vert ?

Au Canapé-Vert, le marché brille par son imposante allure. Les travaux de construction de ce marché ont pris fin depuis l'année dernière. Mais des marchandes à l'intérieur, on n'en voit pas. L'inauguration est prévue au courant de ce mois d'avril.

Publié le 2005-04-12 | Le Nouvelliste

L'immeuble de ce grand marché en béton est encerclé de petits marchands. Ces derniers, dès la fin des travaux de construction à la fin de l'année dernière, ont pris place tout autour du marché. Question de se garantir une petite place quand il sera inauguré. Mais, l'inauguration n'a pas lieu encore. Depuis environ quatre mois, la peinture a été appliquée sur les murs ; l'inscription identifiant le bâtiment est portée sur deux façades : Marché du Canapé-Vert. Mais les barrières sont restées fermées. Les petits commerçants occupent toujours les trottoirs bordant le moderne bâtiment. Ce marché, pourquoi n'est-il toujours pas inauguré? D'où vient le projet du marché ? A l'origine, la Primature était le maître-d'ouvrage du marché du Canapé-Vert. Sous la présidence de Jean-Bertrand Aristide, après l'acquisition de la Villa Rosa par l'État haïtien comme demeure du Premier ministre d'alors, M. Jean-Marie Chérestal, les habitants de ce quartier avaient présenté un ensemble de projets au chef du gouvernement. L'un de ces projets consistait tout simplement à l'érection d'un nouveau marché pour desservir les résidents de la zone. Une association qui regroupe des chauffeurs de tap-tap et des détaillants de la zone a procédé à un recensement des marchands. Plus de trois cents petits commerçants ont été dénombrés. Les travaux de construction du marché ont été mis en branle sous le gouvernement Chérestal et poursuivis par son successeur Yvon Neptune. Mais, après la démission d'Aristide, les travaux se sont arrêtés un moment pour être repris plus tard, à l'arrivée de Gérard Latortue. En fin de compte, ce marché de quartier a coûté environ 34 millions de gourdes à l'État haïtien, sans compter le coût de l'étude et de la supervision des travaux. Présentation physique du marché Ce marché moderne répond à tous les types de services que doit offrir un marché. A part les espaces réguliers des marchands, il est aussi composé de 6 autres unités. Ces dernières seront allouées aux boutiques, boucheries et restaurants. Une salle est réservée à l'administration. A coté de celle-ci, une salle polyvalente de 50 mètres carrés a été aménagée. Cette dernière pourra surtout être utilisée à des fins de formation et d'alphabétisation des marchands, a expliqué l'architecte concepteur, M. Gary Lhérisson. Au premier niveau, en passant par la voie d'accès au déchargement, on a aménagé un espace exclusivement dédié aux marchands de charbon de bois, avec un dépôt de stockage. Toujours à ce même espace, on retrouve deux citernes d'une capacité de 80 000 gallons. A côté du quai de déchargement, un escalier de 3 marches conduit au premier niveau qui pourra accueillir près de 75 marchands. A cet espace on retrouve un bloc sanitaire avec 10 WC pour les femmes, 4 lave-mains et 2 WC pour les hommes, 2 urinoirs et un lave-mains. Une rampe et deux escaliers d'une dizaine de marches donnent accès au second niveau. Ce dernier pourra accueillir près de 170 marchands. Trois escaliers de 13 marches conduisent au troisième niveau qui constitue la réplique du premier niveau, avec la même capacité d'accueil. Les raisons de cette longue attente L'inauguration de ce marché avait été prévue pour septembre dernier. Mais, depuis, rien n'a été dit à ce sujet. Un long silence a constitué la suite de l'histoire. Étant donné que la construction et la gestion des marchés publics sont une prérogative de la Mairie, le dossier a été transféré au Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales (MICT) qui est le Ministère de tutelle. Ce premier transfert de dossier a pris environ un mois, d'après une source digne de foi. Le MICT, pour transférer à qui de droit, c'est-à-dire à la Mairie de Port-au-Prince, a encore accusé un retard d'un mois. Un autre problème s'est ajouté pour faire languir les petits marchands. Qui va diriger le marché ? Normalement, il revient à la Mairie de désigner un responsable pour administrer le marché, mais pour ce dernier, issu d'un projet d'une association, les membres entendent que la direction soit sous l'égide de ce regroupement en partenariat avec les autorités municipales. Le temps de régler ces différends n'a pas été court du tout. Alors que, selon les informations recueillies auprès de l'AMAKAV(Asosyasyon machan Kanapevè), un directeur avait été désigné par la municipalité de Port-au-Prince. Mardi dernier, accompagné de ses agents de sécurité, le prétendu directeur de marché est venu pour son installation. Il a été décrié par les marchands qui ont déclaré que dans la zone, il y a des gens compétents qui connaissent mieux la réalité et qui feront une meilleure gestion qu'un directeur qui viendrait de loin. Mais d'après les propos du président de l'AMAKAV, le Maire Carline Simon a bien compris les enjeux et acceptera que la direction du marché soit mixte incluant des responsables de l'État et de l'association des marchands. En ce sens, les petits marchands ont eu plusieurs rencontres avec Mme Simon et des agents de sécurité ont été dépêchés sur place pour sécuriser l'installation des derniers matériels : génératrice, inverter, batteries etc. D'ici un mois, l'inauguration doit avoir lieu. Sinon, annoncent les petits marchands qu'on a rencontrés sur place, les choses risquent de tourner au vinaigre. Car, expliquent-ils, au démarrage du projet, plus de trois cents marchands ont été recensés pour occuper les places du marché. Récemment, en collaboration avec les responsables du MICT, un dernier recensement a fait état de huit cent trente cinq (835) petits détaillants, alors qu'il n'y a que trois cent cinquante (350) places disponibles. « Plus ça tarde à être inauguré, plus il y aura de nouveaux candidats pour le marché et plus on aura de problèmes à résoudre », a fait remarquer une marchande de denrées alimentaires, membre de l'AMAKAV. A côté, il y a la grogne de certains jeunes de la zone qui se sont donné corps et âme, confirment des marchandes du Canapé-Vert, pour garantir la sécurité du bâtiment et des équipements depuis près d'un an. Maintenant, ils pensent que le travail de sécurisation du site leur revient « de droit ». Car, affirment-ils, s'ils ont consenti à travailler gratuitement avant, leur confier ce poste aujourd'hui serait comme une compensation pour les efforts qu'ils ont déjà fournis. Mais, entre-temps, à cause des nouveaux occupants des trottoirs, des vies se perdent. Traverser la piste de course : le grand risque Se rendre du côté du nouveau marché du Canapé-Vert n'est pas chose facile. Si vous arrivez, durant les heures de pointe, de l'autre côté de la place, c'est-à-dire, de la voie qui mène à l'Hôpital du Canapé-Vert, un grand défi vous attend: traverser la rue. C'est une chaussée dégagée qui s'offre comme une friandise aux moteurs en bonne santé des véhicules qui l'empruntent. C'est comme une piste de course. D'ailleurs, la course de voitures, on en fait. Des riverains nous ont rapporté que des jeunots, pour comparer la puissance des moteurs de leurs 4X4, de leurs bolides..., choisissent cette voie pour le faire. Au coeur de Port-au-Prince, des voies non cahoteuses et faciles d'accès, il n'en existe presque pas. La route du Canapé-Vert, quand il n'y a pas les « dérangeantes » fouilles de la police en plein midi, se transforme en piste où filent à toute vitesse berlines, 4X4, autobus, camions... Ces excès de vitesse ne sont pas sans conséquence sur la vie des piétons qui fréquentent cette voie. D'après les habitants de la zone, le pavé est régulièrement ensanglanté. Il ne se passe pas une semaine sans enregistrer d'accidents. Surtout depuis que ces nouveaux petits marchands occupent les abords du nouveau marché. Les acheteurs, les écoliers et les passants, forcés de circuler sur la chaussée (le trottoir étant occupé), sont les victimes privilégiées des conducteurs « pressés ». Au début de la construction du marché et de la place publique à proximité de la route du Canapé-Vert, des voix s'étaient élevées pour protester contre ces initiatives. La meilleure position pour construire une place publique n'est pas à côté de voies rapides, ont-elles clamé. Mais, en Haïti, ça ne se passe jamais comme ça. « Les esprits perdent leur faculté de prévoyance en Haïti dès qu'ils occupent un poste de responsabilité », a déclaré un vieux sage. C'est un fait. A côté, un autre fait reste certain, les résidents du Canapé-Vert continueront à compter leurs morts.
Gaspard Dorélien Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".