Nobel de la paix

Rigoberta Menchu visite Haïti

Rigoberta Menchu, prix Nobel de la paix, est arrivée ce jeudi dans le pays pour une visite de deux jours au cours de laquelle elle rencontrera des organisations féministes et procédera au lancement d'un séminaire sur la réalisation de documentaire en période électorale.

Publié le 2005-04-07 | Le Nouvelliste

Arrivée dans l'après-midi à l'aéroport Toussaint Louveture, Rigoberta Menchu a été accueillie par le maire de Port-au-Prince, Mme Carline Simon, avant de donner une conférence de presse sur les objectifs de son séjour dans le pays. Elle laissera Haïti samedi matin pour Rome où elle ira présenter ses sympathies aux autorités vaticanes. Elle devait faire partie de la délégation guatémaltèque qui se rend aux funérailles du souverain pontife, mais elle ne voulait pas ajourner sa visite en Haïti planifiée antérieurement. Le prix Nobel de la paix devrait prononcer un discours au cours d'une réception de bienvenue à l'hôtel Montana en présence des responsables de l'Institut supérieur de formation politique et social (ISPOS) et du Collectif féminin pour la participation des femmes (Fanm yo la), partenaire de la Fondation norvégienne Insight dans l'organisation de cette visite. Au cours de son passage en Haïti, Rigoberta Menchu doit rencontrer le président provisoire Boniface Alexandre et des diplomates de plusieurs pays latino-américains représentés en Haïti. Dans la matinée de vendredi, elle ira déposer une gerbe de fleurs au Musée du Panthéon national d'Haïti (Mupanah) avant une visite des locaux de Fanm yo la où il est prévu une rencontre avec des responsables d'organisations féministes oeuvrant en Haïti. Dans la soirée, le prix Nobel de la paix sera reçu par le ministre à la Condition féminine et aux Droits de la Femme, Mme Adeline Magloire Chancy, en présence d'autres membres du gouvernement, de représentants du Conseil électoral provisoire, du Conseil des Sages, du secteur des droits de l'homme notamment. Cette semaine, Haïti reçoit également la visite du prix Nobel argentin Adolfo Esquivel qui dirige une mission de vérification et de solidarité internationale. Née en 1959 dans le village de Chimes au Guatemala, Rigoberta Menchu, d'origine maya, est pratiquement une autodidacte. Elle n'apprend l'espagnol qu'à l'âge de 20 ans. Devenue la porte-parole des Indiens opprimés de son pays, elle est contrainte de s'exiler au Mexique en 1981 après l'assassinat de ses parents et d'un de ses frères par le gouvernement et les groupes paramilitaires de l'époque. En 1992, Rigoberta Menchu est devenue, à 33 ans, la plus jeune lauréate du prix Nobel de la paix. Ce prix lui a été attribué au cours de l'année qui marquait les 500 ans de la conquête du continent américain par Christophe Colomb. Pour Rigoberta Menchu , ce prix Nobel de la paix reconnaissait la lutte des indigènes. C'est aussi une reconnaissance symbolique pour les victimes de la répression, du racisme et de la pauvreté. De plus, c'est un hommage pour les femmes indigènes. D'origine rurale et modeste, Rigoberta Menchu se fait un nom sur la scène internationale au début des années 80 après le succès de son premier livre intitulé « Yo Rigoberta Menchu », publié alors en 11 langues. Cet ouvrage raconte son enfance marquée par la dureté du quotidien de son village, puis à la capitale guatémaltèque où elle a travaillé comme servante. Elle dépeint l'horreur des tortures et les meurtres des membres de sa famille. Ce livre a mis à nu la misère et la marginalité dans laquelle vit une grande majorité d'indigènes d'Amérique centrale. Dans les années 80, Rigoberta Menchu a milité activement au sein d'un groupe de défense des droits humains au Mexique, et s'emploie à exercer des pressions sur son gouvernement en donnant de nombreuses conférences aux États-Unis et en Europe. Les luttes de Rigoberta Menchu lui ont valu pas mal d'ennemis. Mais, toujours, elle a su se battre. Elle n'a pas hésité à trainer devant les tribunaux des anciens dignitaires de son pays pour discrimination raciale. Elle vient d'obtenir leur condamnation. Parmi les condamnés figurent Juan Rios, petit-fils de l'ancien dictateur Efrain Rios Montt (1982-83), deux anciens députés et deux autres personnalités politiques proches du général Efrain Rios Montt. Les cinq prévenus ont été condamnés chacun à deux ans et huit mois de prison pour discrimination et six mois pour trouble à l'ordre public. Même si les peines sont commuables en amendes, ce jugement est historique. Une bataille de plus gagnée par Rigoberta Menchu.
Hugo Merveille Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".