Taxi-moto : un défi pour Haïti

Publié le 2017-04-26 | lenouvelliste.com

Le phénomène du taxi-moto en Haïti a été au cœur des débats au colloque organisé par les universités Paris8 et l’UEH à l’hôtel Montana, à Pétion-Ville. Ce mode de transport et ses différents points de stationnement relève de l’informalité dans les artères de Port-au-Prince, constate Carline Joseph Duval lors de son intervention sur le thème « Les taxis-motos de l’aire métropolitaine: entre amélioration de la mobilité et menace de la désorganisation territoriale ». Elle a évoqué le problème des taximotomen qui fixent leurs propres normes et leur manque de professionnalisme qui conduit souvent à des accidents de divers ordres ainsi qu’à l’éparpillement des stations déstructurant davantage le territoire métropolitain. C’est après le séisme du 12 janvier 2010, a-t-elle déclaré, que le nombre de motocyclettes en circulation a beaucoup augmenté, et ce sans aucun contrôle des autorités policières. Selon elle, certaines interrogations suscitent de grandes inquiétudes. « Y a-t-il une école qui forme ces conducteurs de motos? Ces derniers subissent-ils des tests pratiques au service de la circulation au même titre que les automobilistes? », s’est-elle interrogée. Selon une enquête réalisée en décembre 2015, 450 points d’arrêts de motos-taxis ont été repérés dans l’aire métropolitaine, tient-elle à préciser. Le public ne cesse de se plaindre des motards qui roulent n’importe comment au mépris des principes de la circulation, regrette-t-elle. Il souhaite l’adoption de mesures par les autorités gouvernementales et le vote de lois par les parlementaires pour doter le pays d’une vraie police routière afin de réduire la fréquence des accidents de la circulation liés aux taxis-motos, a-t-elle souligné. Cependant, elle dit reconnaître que cette activité est une source de revenus garantie pour plusieurs familles. Depuis des années, les motocyclettes tendent à jouer un rôle prépondérant dans le domaine des transports en commun en Haïti. « Seule une motocyclette peut empêcher d’être en retard à l’école, à un rendez-vous important ou au bureau», a-t-elle déclaré. Malgré leur implication dans la recrudescence de l’insécurité, elles constituent une source d’emplois et une garantie contre les retards. Cependant, cette explosion de motocyclistes inexpérimentés et ignorants du Code de la route est à l’origine de nombreuses pertes en vie humaine. Les stations de motos un peu partout à Port-au-Prince constituent également un défi auquel la Direction centrale de la police routière doit faire face. Elle a en outre présenté quelques propositions d’aménagement de la voie publique et de nouvelles perspectives pour éradiquer les embouteillages monstres aux heures de pointe sont au centre de ces grandes discussions. Les transports en commun ont franchi une étape remarquable, marquée par une augmentation vertigineuse des cyclomoteurs qui assurent le transport des passagers un peu partout dans la capitale et dans les villes de province », a souligné le panéliste dans son intervention. Par ailleurs, elle dit souhaiter que les autorités assument leur responsabilité en adoptant des mesures capables de réguler ce secteur et de les faire respecter. Les principaux objectifs, selon ce qu’elle a fait savoir, dans toute action devant permettre d’améliorer les conditions de fonctionnement des taxis-motos sont de planifier et de réguler ce secteur et de stopper la prolifération de ces derniers dans les différents espaces urbains.
Auteur


Réagir à cet article