PORTRAIT

Reynald Exantus, le député-enseignant vu comme un « déviant »

Le député Reynald Exantus, 38 ans, d’un air timide, est l’un des rares à ne pas voter en faveur de la déclaration de politique générale de Jack Guy Lafontant, le tout premier Premier ministre du président Jovenel Moïse. Il est taxé de « dissident, radical, déviant » par ses pairs, parce qu’il met fort souvent « en question les décisions prises par la majorité… »

Publié le 2017-04-18 | lenouvelliste.com

Né le 12 juin 1979 à Petite-Desdunes, section communale de L’Estère (bas-Artibonite), Reynald Exantus, d’une simplicité remarquable, siège au Bicentenaire depuis le 2e lundi de janvier 2016 comme le représentant de cette circonscription à la 50e législature. Même s’il fait actuellement ses premières armes dans la politique, ce maigrelet à la taille de basketteur n’attend néanmoins pas une éternité pour s’imposer à la Chambre des députés. « Radical, déviant …» Il se targue d’avoir contraint bon nombre de ses pairs, de par ses positions et le tranchant de son argumentaire dans les débats sur un sujet quelconque, à le taxer de« radical». Qualificatif qu’il accepte volontiers, d’ailleurs ! « Oui, je l’accepte. Mes collègues me voient comme un radical, parce que je me méfie trop souvent de la position majoritaire. Ma position est fort souvent minoritaire », assume le parlementaire, arguant que la majorité n’a pas toujours raison. Parce qu’il mettra toujours en question les décisions de la majorité, Reynald Exantus n’a pas peur d’être perçu par ses collègues comme une brebis galeuse ou « un déviant ». Ayant été désigné membre de la traditionnelle commission ad hoc chargée d’amender les règlements intérieurs de la Chambre basse au tout début de chaque législature, c'est pour l’élu de l’OPL une satisfaction. C’est d’ailleurs mon tout premier petit pas à la Chambre, convient-il. Il deviendra par la suite secrétaire rapporteur de la commission Enseignement supérieur, puis le président de celle-ci. Des déceptions ? Alors qu’il est à sa deuxième année à la Chambre des députés, Reynald Exantus ne fait pas dans la dentelle pour fustiger certaines pratiques parlementaires. Dans un contexte où le débat sur la distribution de postes et pots-de-vin aux parlementaires est monnaie courante. « Dommage que nous faisons très rarement notre travail de légiférer et de contrôler les actions du gouvernement. Ce travail est relégué au second plan », admet-il, estimant que ses attentes, à tous les niveaux, sont loin d’être comblées au Parlement. Il affirme être fier comme l’aigle de n’avoir pas voté en faveur de la déclaration de politique générale du Premier ministre Jack Guy Lafontant. « Je suis très attaché aux principes. Puisque j’avais demandé de nous soumettre le dossier complet du PM. On ne l’a pas fait. Et politiquement, je ne me retrouve pas dans le document. Donc j’ai voté contre », explique le parlementaire, estimant que ce vote exprime une sorte de désenchantement, de fatalité, du genre « pito nou lèd nou la ». Néophyte, mais… Marié et père de deux filles, le député Reynald Exantus n’est pas né de la dernière pluie. C’est sur les bancs de l’École normale supérieure de l’Université d’État d’Haïti que son penchant pour la politique active va prendre forme pour de bon. Les cours des profs Roger Petit-Frère, Victor Benoit ou la rencontre de Gérard Pierre-Charles ont grandement contribué dans la formation de son esprit critique. « Grâce à eux, j’avais commencé à voir la réalité autrement, martèle ce professionnel de l’enseignement. Et je me suis dit que je dois m’engager dans le combat pour l’égalité, la justice, la solidarité et l’honnêteté. » Son parcours... Sa conviction étant faite, ce fils de paysan, aîné d’une modeste famille de huit enfants, dont cinq garçons et trois femmes, va s’inscrire à l’Organisation du peuple en lutte, dirigée alors par le professeur Gérard Pierre-Charles, pour militer.Simple membre en 2003, le parlementaire est promu délégué à la formation et à l’information de cette structure politique dans le département de l’Artibonite avant d’être aujourd’hui (depuis février 2017) le coordonnateur ad interim à la communication. L’idée de devenir député n’est pas le fruit du hasard. Cela trottait dans son esprit depuis son jeune âge. En décidant de se porter candidat à la députation, Reynald Exantus croit avoir réalisé un rêve d’enfance. « J’ai pris cet engagement en vue d’apporter ma modeste contribution à l’application du projet relatif à la modernisation de l’État, du monde rural haïtien, de l’économie haïtienne, la justice et la solidarité, cher à l’OPL », bafouille le parlementaire, amoureux de la culture de riz. Sur une vingtaine de concurrents, Reynald Exantus a été élu au second tour du scrutin du 25 octobre 2015 pour représenter la population de L’Estère au Parlement. Éducation… Reynald Exantus a passé le plus clair de son enfance entre Petite-Desdunes et la Cité de l’indépendance. Il a débuté ses études classiques à l’école Baptiste conservatrice, puis l’école du Nazaréen de sa zone. Il est entré aux Gonaïves pour poursuivre ses études classiques, où il a fréquenté l’Ecole Béthanie jusqu’au CEP. Après son certificat d’études primaires, il est admis au lycée Fabre Geffrard jusqu’en classe de philosophie en 2001. Les études classiques étant bouclées, le jeune Reynald s’est installé à Port-au-Prince pour entamer ses études universitaires. Après une première tentative non réussie au concours d’admission de l’Institut national d’administration de gestion et des hautes études internationales(INAGHEI), il est entré au département des Sciences sociales de l’École normale supérieure (ENS). Détenteur d’un master en Histoire, il a roulé sa bosse dans plusieurs établissements scolaires et universitaires du département de l’Artibonite pour dispenser des cours de sciences sociales. Ce passionné du football et de la lecture vogue aujourd’hui entre le Parlement et les salles de classe où il dispense encore des cours.


Réagir à cet article