L’ISTEAH franchit une nouvelle étape dans la formation universitaire en Haïti

L’Institut des sciences, des technologies et des études avancées d’Haïti (ISTEAH) a procédé, le lundi 10 avril 2017, à l’inauguration de sept centres de recherche ainsi qu’au lancement d’un nouveau cours, « Femmes et Sciences », pour donner aux femmes leur place dans la science. Ces centres sont dédiés prioritairement à la formation de scientifiques et d’innovateurs au niveau de la maîtrise et du doctorat à travers le pays.

Publié le 2017-04-10 | Le Nouvelliste

National -

En plus de s’installer dans cinq villes de province, l’ ISTEAH vient de franchir une nouvelle étape dans l’instauration de son programme de formation de 2e et 3e cycle universitaire. Avec le lancement de ces centres de recherche en mathématiques, éducation et gouvernance, technologies de l’information pour le développement, sciences moléculaires et du vivant, gestion des risques, aménagement du territoire et environnement, commercialisation des produits agricoles, innovation et entrepreneuriat, les étudiants de l’ISTEAH vont être mieux armés pour parfaire leur formation. Professeurs et étudiants de l’Université d’État d’Haïti ont pris part à cette activité relayée par vidéoconférence pour les participants de l’étranger. Selon le professeur Samuel Pierre, l’ISTEAH prône entre autres la décentration pour accroître l’accessibilité à une formation universitaire. « Tout le monde peut venir de n’importe où sans avoir besoin de déménager de son lieu de vie », a-t-il indiqué, expliquant les raisons qui justifient la présence de cet institut dans le pays. Ces centres de recherche ont vu le jour pour créer un contenu. À cette occasion, les responsables de l’ISTEAH en ont profité pour lancer le nouveau cours « Femmes et Sciences » de l’ISTEAH, ouvert au grand public dans les locaux de l’ISTEAH à Port-au-Prince et dans les villes de province. Ainsi que le portail Synthèse, une bibliothèque numérique où l’on peut déposer et consulter des mémoires, des thèses et des documents scientifiques relatifs à Haïti. Son objectif est de rendre disponible des connaissances scientifiques sur Haïti dans tous les champs du savoir. « Les femmes ont eu une place dans la science II. Il faut tout faire pour qu’elles aient plus de place dans la science », a affirmé Samuel Pierre, professeur de génie informatique à l'Ecole polytechnique de Montréal et fondateur de l’ISTEAH. Par ailleurs, Samuel Pierre, qui fait office de président du conseil d’administration de l’ISTEAH, a beaucoup insisté sur la nécessité de bien former les jeunes universitaires dans le pays pour éviter la fuite continuelle de cerveaux vers l’étranger. Trop souvent, ils ne reviennent pas après leur formation. Les programmes de maîtrise et de doctorat en biologie et sciences de la vie, chimie, formation à distance et e-learning, gestion des systèmes éducatifs, mathématiques, physique, sciences de la terre et de l’atmosphère, proposés par l’ISTEAH sont donc un moyen pour arriver à cette fin.

Réagir à cet article