"Pascale Théard Créations"...et les sandales deviennent des bijoux

Publié le 2005-04-01 | Le Nouvelliste

La créativité et le savoir-faire des artisans haïtiens est un atout favorable pour attirer les devises étrangères, favoriser la croissance économique et par ricochet le développement du pays. Cette réalité se confirme à travers les oeuvres de Pascale Théard, qui a eu une participation remarquable à la dernière édition de Femmes en Production 2005. La passion pour le cuir de cette femme à double culture l'a poussée à laisser l'Hexagone pour s'établir en Haïti en décembre 2003, et développer son entreprise, "Pascale Théard Créations", malgré la situation politique et économique très précaire du pays. L'entreprise Créée en janvier 2003, "Pascale Théard Créations" est la concrétisation d'un rêve longtemps caressé par son propriétaire, Pascale Théard qui nourrit depuis sa tendre enfance, une passion pour le cuir, les souliers et leur architecture complexe. Sa connaissance précoce du domaine a, très tôt, surpris son entourage. Guidée par cette passion qu'elle a héritée de sa mère française, après une maîtrise en gestion obtenue à l'Université Paris IX Dauphine en 1998, Pascale Théard s'est faite une spécialisation dans le Marketing de luxe à l'Institut Supérieur de Marketing de luxe, toujours à Paris. Terminée lauréate de sa promotion en 1999, les recherches qu'elle a menées dans le cadre de la préparation de son mémoire de sortie intitulé "Le symbolique du soulier à l'aube du XXIème siècle", lui ont permis de se frotter à des grands noms de la mode du cuir tels que Berluti, Cartier, Hermès, Massaro, etc Aussi, après de brefs passages dans deux grandes sociétés que sont "Lancel" et "Harel" où elle assurait respectivement les fonctions de Relations Presse et chef de produits-chaussure, Pascale Théard a décidé de voler de ses propres ailes en créant sa propre marque nommée ''Pascale Théard Créations" et basée à Port-au-Prince. La spécialité de l'entreprise consiste en la conception et la fabrication sur commande de sandales et d'autres accessoires ( bracelets), en cuir pour la gente féminine. Tout l'environnement de Pascale Théard témoigne de cette vive passion pour le cuir, plus précisément le chèvre velours, sa matière de prédilection. "C'est une caresse pour la peau'', soutient-elle . Ses dernières créations dénommées les «sandales bijoux» présentent un alliage magnifique des artisans bottiers français et du haut artisanat d'Haïti. Travaillées avec un soin méticuleux, ces oeuvres, des bijoux uniques, selon Pascale Théard, combinent à la fois le raffinement du luxe et l'émerveillement artisanal. Elles s'adressent spécialement aux femmes raffinées, sensibles au bel ouvrage s'inscrivant dans l'intemporel. Sa première collection Déjà en 2002, elle avait présenté une première collection de sandales dans l'un des chics salon de première classe ( Aux Jardins des Tuileries) à Paris, dans le cadre d'une collection de jeunes créateurs. Fidèle à ses origines de métisse, elle mariait, à cette occasion, le talent du bottier de la maison Hermès en France et la créativité de l'artisan haïtien. Pour réaliser cette collection, il a fallu un travail de titan vu que les matériaux et les artisans qui devaient participer à la confection des sandales se trouvaient dispersés dans des endroits très éloignés. Ainsi, les peaux de qualité récupérées en Italie étaient envoyées en Haïti pour être brodées par les artisans locaux et ensuite retournées en Europe pour la finalisation. Si cette collection a eu un succès éclatant au niveau de la presse, reconnaît Pascale Théard, par contre en matière de vente, ce n'était pas la bonne affaire. Car, fabriquées à partir de matériaux très chers et luxueux, seulement quelques chics boutiques ont accepté de prendre quelques échantillons sur leurs étagères mais pas assez pour permettre à la créatrice de vivre. Sur conseil d'un ami, Pascale Théard a donc résolu de faire dorénavant tout le travail en Haïti. C'est ainsi qu'en décembre 2003, alors que le pays traversait une crise sociopolitique énorme, elle a décidé de s'y établir avec sa fille et son mari. L'entreprise qui est encore à ses balbutiements, comprend un atelier de broderie où s'activent deux artisans Valentin et Mme Barnave, un autre atelier des prototypes de chaussures et un fabriquant de sandales qui a son siège au centre-ville. Sandales bijoux: Made in Hispaniola Face aux difficultés rencontrées par la créatrice des « sandales bijoux » pour trouver des semelles de qualité afin de réaliser ses travaux, Pascale Théard Créations s'est attachée les services d'une tannerie dominicaine pour la préparation des semelles. Cette collaboration de la République voisine explique l'inscription « Made in Hispaniola » gravée dans les « sandales bijoux ». Ce procédé fait grossir le coût de la production, cependant, explique la responsable de l'entreprise, la qualité médiocre des semelles produites en Haïti ne correspondent pas aux objectifs d'exportation de Pascale Théard Création. Installée depuis plus d'un an dans le pays, l'entreprise a eu sa première collection en Haïti au mois d'octobre 2004 au local de la Fondation Théard à Laboule. Mme Théard confie qu'elle a été satisfaite de l'accueil et du contact du public qu'elle a pu voir porter allègrement ses articles. Parlant de ses expériences à "Femmes en Production 2005", elle a laissé entendre qu'elles ont été des plus extraordinaires. Les réactions de la clientèle face aux articles ont dépassé de loin les espérances de Pascale Théard qui affirme avoir écoulé, pendant les trois jours de la foire, une centaine de paires de sandales (dont le prix unitaire varie de 50 à 100 dollars US) et obtenu une commande d'environ trois cents (300) autres paires. En plus de tout cela, elle a accueilli avec joie les suggestions de certaines clientes. Les difficultés rencontrées Enumérant les problèmes majeurs auxquels elle fait face dans le cadre de ses travaux en Haïti, Pascale Théard cite la notion du temps, du délai accordé pour la réalisation d'un travail donné qui n'ont pas les mêmes importances aux yeux de l'artisan haïtien. Cela consitue un réel handicap à l'exportation, car le client qui place une commande ne va pas se contenter d'une excuse au jour de la livraison. Les perles, les colorants, les paillettes, le cuir de qualité, des produits indispensables au travail des artisans, sont introuvables en Haïti. Pour les importer, il faut des devises étrangères d'où l'obligation pour l'entreprise de fixer ses prix en dollars. Ajouter à cela, les problèmes de manque d'énergie, d'infrastructures de production de base, de ravitallement , de dédouanement et la difficile conjoncture politique. En dépit de tout, Pascale Théard déclare éprouver un réel plaisir de travailler avec les artisans haïtiens dont l'esprit créatif et le savoir-faire arrivent à compenser les faiblesses de la notion de l'urgence. Malgré l'engouement suscité par ses créations, Pascale Théard reste sobre en évitant de s'éterniser sur les avantages de ses oeuvres. « Le propre du créateur est de douter toujours, de rechercher incessamment la perfection » précise Mme Théard. Sa joie, poursuit-elle, elle la retrouve dans les commentaires, sur le visage radieux et surtout dans les pieds des clientes qui portent fièrement les "sandales bijoux". L'entrepreneur Pascale Théard fêtera ses trente (30) ans le 29 mai prochain. Née à Port-au-Prince, elle y grandit jusqu'à l'âge de 14 ans avant de partir France poursuivre ses études. De père haïtien et de mère française, sa création porte l'empreinte de sa double culture. Du coté de sa mère propriétaire de tannerie, elle a hérité ce penchant pour les peaux, le cuir. Cette passion a poussé Pascale Théard à personnifier le soulier, à lui donner une âme et même à s'insurger contre des gens de la mode qui voient dans cet élément un accessoire. Selon elle, «Les chaussures sont les miroirs de la personnalité. Elles ont une âme, elles vivent avec nous et portent l'empreinte de nos mouvements, de nos humeurs...» Mariée à un citoyen français, Pascale Théard est mère d'une petite fille (Bijou) dont le nom est associé à la dernière collection de l'entreprise dirigée par sa mère. En matière de perspectives, Pascale Théard Créations envisage de: - se lancer davantage dans l'exportation et conquérir le marché européen ; - faire plusieurs salons de jeunes créateurs ou d'accessoires très pointus; - ne pas se limiter seulement aux motifs inspirés du vodou haïtien mais également ceux imprégnés du métissage culturel dont affectionne tant Pascale Théard; - améliorer la productivité par le biais de machine pouvant faciliter le travail manuel avant de partir à la conquête des grands salons étrangers; -travailler prochainement pour la clientèle masculine. A ce sujet, elle travaille actuellement sur des commandes spéciales pour hommes dont elle se propose de tester les réactions et recevoir des suggestions avant de penser à la commercialisation.
Cyprien L. Gary Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".