Les «nus» d’Annick Duvivier et Le Nouvelliste

Une histoire liée à la créativité artistique s’est installée entre Le Nouvelliste et la peintre Annick Duvivier. L’artiste se sert, depuis deux ans et demi, des textes du journal pour explorer une démarche artistique : les nus. Quelle astuce! Elle peint avec acrylique sur un collage de journal. Elle utilise des titres dudit quotidien pour en faire ceux de ses toiles. Soit un titre lui inspire une œuvre, soit qu’elle est allée fouiller dans les numéros du journal afin de trouver un titre collant à une œuvre. Dans sa collection de «nus» comportant une quarantaine de pièces, l’artiste en a exposé une vingtaine lors d’une journée porte ouverte qui s’est tenue, le jeudi 30 mars 2017, à la galerie Festival Arts.

Publié le 2017-04-19 | Le Nouvelliste

Culture -

Wébert Pierre-Louis «Digne, ferme et calme» est le titre d’un nu acrylique sur papier d’Annick Duvivier. C’est aussi et avant tout le titre d’un éditorial du rédacteur en chef du journal Le Nouvelliste, Frantz Duval, paru le 25 février 2015. Dans son texte, Duval a parlé des relations de tension existant entre Haïti et la République dominicaine. La peintre, de son côté, s’inspirant de cet éditorial, a peint un homme assis de façon horizontale. Il est entièrement nu et serein. Ses pieds allongés laissant voir son sexe. Son bras gauche touche le sol depuis le coude jusqu’à la main. Son bras droit, quant à lui, est légèrement posé sur ses jambes. Là, la question diplomatique a donné lieu à une œuvre d’art de grande beauté. Une affaire d’érotisme! Un article de Robenson Geffrard intitulé «Dimanche : port d’armes interdit, frontière fermée» est aussi le titre d’une œuvre d’Annick Duvivier. L’article, publié le 5 août 2015, a traité de la question des mises en place pour les élections législatives et présidentielles du 9 août en Haïti. L’artiste peintre, de son lieu de créatrice de sens, a vu autres choses et au-delà de la question politique. Le titre lui a, en effet, inspiré une pièce mettant en évidence une femme nue sur un lit. Elle se laisse aller dans sa belle nudité. Et ce allègrement. Cette femme dont le corps est un petit joyau a pourtant fermé ses jambes. Dans la liaison de l’article et de la toile, le mot «armes», dont le port est interdit, semble représenter le sexe de l’homme et «Frontière », qui est fermée, est mise ici pour celui de la femme. Un degré de créativité exceptionnel! Les œuvres d’Annick Duvivier sont d’une seule couleur. Monochromatique. Elles sont des nus rouges tirant sur l’actualité. En parcourant ses toiles, on comprend qu’elle aime le jeu de la lumière sur les corps. Elle travaille les ombres, le volume, les contrastes. Aussi, la transparence. Les mains et les pieds, a-t-elle révélé, lors de l’exposition, sont les parties les plus difficiles à réaliser pour un artiste. Elle dit être sûre, de son coté, de sa maîtrise de ces parties du corps humain dans l’exercice de son art. Question d’indiquer que la forme et la disposition du corps dans ses œuvres sont recherchées de façon consciente. D’autres titres peuvent être lus quelque part dans l’œuvre d’Annick Duvivier. «Ne pas passer à côté de l’essentiel» en est un. C’est un texte de Roberson Alphonse, écrit le 15 janvier 2015, sur la crise sociale et économique du pays sous la présidence de Martelly. Dans l’érotisme et l’humour d’Annick, ce texte est illustré par une grosse femme nue. Elle ferme les yeux et ses cheveux descendent le long de sa nuque. Tout son corps se dévoile. On dirait qu’elle est prise dans le filet d’une force d’aplatissement qui lui insuffle un brin de sommeil léger. Des textes tournés autour de tout : poésie, grève, femme, tensions, liberté d’expression, et même les annonces du Nouvelliste, inspirent à l’artiste une réalisation artistique. Entre œuvre plastique et articles «Appel d’offres », vu dans Le Nouvelliste, est le titre d’une toile d’Annick Duvivier. Elle représente une femme nue. Elle est assise. Elle est vue de dos. Pour « La grève », l’artiste réalise une œuvre où une femme ferme ses jambes. Une façon de signifier qu’elle ne veut rien faire sexuellement. «Tensions à la frontière» est une œuvre qui met en évidence un homme nu. Son bras est devant son sexe. «J’ai essayé de créer un jeu entre mon œuvre plastique et les mots, autrement, le titre des articles du journal, qu’ils soient politiques, artistiques, économiques, etc. » a dit Annick Duvivier. Annick Duvivier travaille à la fois l’anatomie de l’homme et de la femme. Elle a déjà réalisé une vingtaine d’expositions en Haïti et à l’étranger. Elle avoue être fascinée par le corps humain dans sa forme, ses lumières, sa sensualité, sa disposition. Concernant la couleur rouge, l’artiste dit que c’est la couleur de la passion et que cette palette monochrome rouge, avec des variations pourpres, rouge vif et orangées, crée une atmosphère de désirs brûlants et de feux explosifs. «Je les peins en rouge de façon que tout le monde puisse se retrouver», a-t-elle confié, précisant qu’elle fait apporter les numéros du Nouvelliste pour elle à Miami, où elle vit. Selon Rio Duplan, médecin et peintre réaliste, l’art d’Annick Duvivier a pris de la maturité, traduite dans l’agencement des couleurs, de la conception du sujet et du degré de définition des dessins. Quant au rapport qu’Annick Duvivier a établi entre Le Nouvelliste et son œuvre, Duplan a souligner que c’est de ce lieu là qu’est assise toute la créativité de l’artiste. « De pouvoir assembler des choses qui, a priori, semblent différentes. De là, je crois qu’elle a réussi.»

Wébert Pierre-Louis Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".