Plaine du Cul de Sac/Nappe phréatique

Exploitation anarchique, gestion quasi inexistante...

L\'eau, source de vie, est en Haïti très mal gérée. En effet, les ressources en eau de la nappe phréatique de la Plaine du Cul-de-Sac, exploitées de manière anarchique, illustrent très bien cette affirmation.

Publié le 2005-04-01 | Le Nouvelliste

D\'après la spéléologie, une nappe phréatique ou nappe d\'eau souterraine est une sorte de réservoir naturel. L\'eau de pluie, voyageuse de nature, s\'infiltre dans le sol et achève sa descente lorsqu\'elle rencontre une couche de roches imperméables. Comme elle ne peut pas la traverser, elle s\'accumule et forme un aquifère. En Haïti, les ressources en eau souterraine sont classées en deux catégories d\'aquifères. D\'abord, les aquifères continus représentent les plaines littorales et alluviales. Puis, les aquifères discontinus correspondent, pour la plupart, soit à des faciès géologiques d\'origine détritique d\'une bonne porosité efficace (conglomérats et grès), soit le plus souvent à des faciès calcaires cristallins affectés d\'abondantes discontinuités, réalisant ainsi une importante fissure. Bien que les ressources en eau des aquifères continus soient estimées à 45% des eaux mobilisables du pays, les aquifères discontinus constituent environ 8, 2 milliards de mètres cubes d\'eau. Les ressources potentielles des deux types d\'aquifères s\'évaluent à 56,2 milliards de m3 (1m3 équivaut à 264 gallons). Parmi les aquifères continus, se trouve celui de la Plaine du Cul-de-Sac. Depuis plus d\'une dizaine d\'années, articles de presse, rapports, conclusions d\'études tirent la sonnette d\'alarme sur les conséquences que peuvent avoir l\'exploitation anarchique de la nappe phréatique de la Plaine du Cul-de-Sac sur l\'environnement et sur l\'alimentation en eau potable des populations de la zone métropolitaine. L\'exploitation de cette nappe s\'opère dans un contexte d\'environnement déjà fragilisé par la coupe systématique des arbres, même dans les bassins versants au Nord, de la montagne du Trou et au Sud du Morne La Selle délimitant la Plaine du Cul-de-Sac qui représente une surface de forme rectangulaire de 480 m2. Le coup dur, une surexploitation systématique Toute ressource aquifère dont l\'exploitation n\'est pas réglementée par au moins un modèle mathématique déterminant le volume des ressources et les mécanismes de répartition peut aisément donner lieu à des surexploitations. S\'agissant de la nappe de la Plaine du Cul-de-Sac, une étude menée par le Service National des Ressources en Eau (SNRE) entre 1986 et 1988 avait révélé l\'insuffisance des ressources en eau de la nappe pour alimenter la zone métropolitaine. Ces conclusions étaient consécutives au fonctionnement à l\'époque de la Haïtian American Sugar Company (HASCO) qui exploitait environ 60% des ressources. Bien qu\'avec la fermeture de cette compagnie, des rejaillissements d\'eau ont été constatés dans les forages abandonnés, l\'urbanisation galopante de la Plaine au début des années 1990 a permis la résurgence, sinon l\'aggravation de ce problème. Aujourd\'hui, à part la Centrale Autonome Métopolitaine d\'Eau potable (CAMEP) qui puise entre 22,7 à 30 mille m3 d\'eau totalisant 30% de sa production, à partir de 14 forages disséminés dans la Plaine du Cul-de-Sac, il n\'existe aucun chiffre disponible sur les autres exploitants. A savoir, les multiples entreprises localisées en Plaine et l\'exploitation journalière à des fins domestiques, des différents forages servant une quantité non négligeable de maisons à la Plaine du Cul-de-Sac. Quels sont alors les chiffres disponibles concernant des camions-citernes qui siphonnent la nappe à des fins commerciales depuis plus de 15 ans ? Rappelons que les différentes interventions des autorités pour réglementer l\'exploitation de ces entreprises se sont heurtées à des protestations. Pas de gestion, pas de protection de l\'eau La gestion des ressources aquifères du pays est confiée au Ministère de l\'Agriculture, des ressources naturelles et du développement rural, selon la loi du 12 juin 1974. En 1980, ce ministère inaugurait le Service national des ressources en eau, unique entité de l\'Etat, d\'après un cadre qui désire garder l\'anonymat, habilitée à effectuer des études sur l\'eau en Haïti et faire des recommandations aux décideurs. Une visite des locaux de ce service, aujourd\'hui quasiment déserté, est évocatrice de l\'importance qu\'accorde l\'Etat à la gestion de l\'eau. Aucune. Selon des informations concordantes, le Service national des ressources en eau fonctionnait normalement jusqu\'en 1990 avec l\'appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Aujourd\'hui, ce service fonctionne dans une précarité extrême. Parallèlement, un autre spécialiste a fait ressortir un problème majeur concernant la gestion de l\'eau. D\'après ses déclarations, un désordre juridique conférant des prérogatives d\'exploitation et de gestion à des institutions telles que la CAMEP porte préjudice au secteur. On déplore, d\'un autre côté, l\'incapacité du SNRE à discuter d\'égal à égal avec ces institutions dont l\'action est avant tout et surtout axée sur l\'exploitation. A en croire un spécialiste, l\'idéal serait de développer un partenariat entre l\'Etat et la société civile dans la gestion des ressources en eau. Entre-temps, l\'exploitation anarchique des ressources en eau de la nappe phréatique a des conséquences néfastes: désertification amorcée de certains endroits de la Plaine jadis verdoyants, une augmentation de plus en plus marquée du taux de salinité de l\'eau, une certaine rareté même en saison pluvieuse (indépendamment des tractations d\'offre et de demande des entreprises du secteur). Tôt ou tard, l\'Etat haïtien, à travers la CAMEP, sera dans l\'obligation de dépenser plusieurs millions de dollars américains dans de nouveaux systèmes de forages et d\'adduction d\'eau potable. Compte tenu de la proximité de la nappe de la Plaine de Léogâne et de son importance, certains spécilialistes estiment qu\'elle sera une alternative incontournable. Roberson Alphonse robersonalphonse@yahoo.fr et Jobnel Pierre guanabo70@yahoo.fr _______________ Notice biographique (1) JOSEPH (Yves-Fritz), Situation du secteur EPA* au 31 décembre 2002 (Système de Suivi du Secteur de l\'Eau Potable et de l\'Assainissement-WASAMS), 135 pages. *EPA= Eau Potable et Assainissement (2) LE MARCHAND (Véronique), L\'eau, source de vie, source de conflits, Editions Milan, Paris, 2003, 63 pages.
Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".