Le Cap-Haitien et Jacmel deux poids et deux mesures sur la balance culturelle

Publié le 2005-04-25 | Le Nouvelliste

Incroyable mais vrai! C'est dans une dure réalité qu'évoluent les artisans capois et plus particulièrement les artistes peintres. Depuis quelques années, nous avons perdu le marché caraïbéen, que dire du marché international, dans la vente de peintures locales. Le climat sociopolitique est le principal facteur régulant l'arrivée de touristes dans la ville du Cap-Haïtien. Or, nous savons bien ce qu'il en est. Il est révolu le temps des bateaux de croisière, comme Skyward et Bohème, qui amenaient par milliers chaque semaine des étrangers venus de partout dans le monde. Ces touristes faisaient le bonheur de tous les artistes et artisans en achetant par-ci par-là leurs oeuvres. Que l'on ne s'étonne guère si toutes les galeries d'achat et de vente de ces produits pour touristes ont depuis fermé leurs portes. Alors qu'advient-il de nos confrères, les artistes peintres? La réponse est simple. Ils sont de plus en plus phagocytés par les sangsues de la Capitale. Ces vampires, la plupart, propriétaires de galeries profitent de cette situation pour acquérir à vil prix le fruit de tant de jours de réflexion, de travail, de courbature et d'épuisement, de privations. Pour une pitance qui arrive à grand peine, à couvrir les frais du voyage aller-retour Cap / Port-au-Prince, nos chers confrères, exsangues, reviennent de la Capitale, nourrissant seulement l'espoir d'être un jour inscrits sur les pages des livres traitant des artistes et pour enfin être reconnus sur le marché international. Cet oasis, découvriront-ils souvent dans le crépuscule de leur vie, n'a été qu'un soleil sans lumière, un mirage. Une illusion que s'accordent à créer ces marchands de tableaux pour amadouer ces malheureux et mieux leur soutirer leurs tableaux. Le saviez-vous? Dans certaines galeries d'art de Port-au-Prince, l'on déclare carrément que tel ou tel artiste est mort. Ce, pour éviter tout contact éventuel entre l'artiste et le client. Quant aux nantis du Cap, aveuglés par leur snobisme, certains préfèrent acquérir à l'étranger des copies ou des posters d'oeuvres d'artistes d'outre-mer célèbres plutôt que d'encourager les artistes capois en leur achetant une toile. Là où le bât blesse, c'est que depuis environ 3 ans, tous les regards sont virés et rivés sur Jacmel. Nous admettons bien que cette ville regorge aussi de talentueux artistes, mais l'appui politique et médiatique concédé aux Jacméliens fait voir à clair qu'il a deux poids et deux mesures sur la balance politique du pays. Que l'on ne se leurre pas. La ville du Cap-Haïtien est tout naturellement pourvue de tout ce qui lui valut d'être reconnue : patrimoine mondial. Sa position géopolitique par rapport aux Etats-Unis, au Canada, aux grandes et petites Antilles, en fait déjà un pôle touristique du fait que cette ville est auréolée de monuments (La Citadelle, le Palais Sans-souci, les Forts Magny, le Fort de Fort-Liberté), d'endroits témoins de grands faits historiques (Vertières, Limonade.) de lieux, de maisons où ont vécu ou résidé des personnes célèbres (Haut du Cap, Habitation Cormier de la Grande Rivière du Nord, la maison- atelier de l'artiste peintre Philomé Obin, la maison où est né Oswald Durand, Demesvar Délorme, Rosalvo Bobo, la maison où a séjourné Jose Marti etc.) Le terroir de par son climat, sa végétation naturelle, ses paysages, a favorisé l'éclosion d'artistes de tout acabit, de tout genre, de tout style, des deux sexes ; dans les arts et dans les lettres, dans les arts plastiques comme dans la musique, dans l'art lyrique comme dans l'art dramatique, somme toute, dans les arts libéraux qui privilégient plus les activités de l'esprit comme dans les arts mécaniques, qui font surtout appel au travail manuel ou au travail mécanique. L'on se demande alors si le bon sens et la raison sont des vertus qui guident les instigateurs de cette ruée subite vers Jacmel, si les institutions créées pour prendre les décisions dans le domaine ont vraiment le vouloir de changer quelque chose dans ce pays. Nous voulons parler spécialement de la Secrétairerie d'Etat au Tourisme, du Ministère de la Culture, de celui des Affaires Etrangères, pour ne citer que ceux-là. Il était même bruit que Jacmel serait officiellement déclarée deuxième ville à la place du Cap-Haïtien. Nous dirons à tous ceux qui tirent les ficelles du rideau de la scène politique du pays et qui généralement travaillent dans l'ombre que un beau jour, à force de tirer dessus, la ficelle cédera et le voile tombera. La meilleure des vaches laitières voit un jour son lait se tarir sous le poids des ans. Oubliés volontairement par les autorités du pays (pas négligés), écartés par le secteur privé régional, les artisans et artistes du Grand Nord continuent de produire des oeuvres qui étonnent et émerveillent . Nous en voulons pour preuve le résultat du concours organisé par Promoart Création lors de la semaine de la Francophonie. Sur 205 candidats, une vingtaine de photos de toiles ont été retenues. Et , figurez-vous, les artistes capois ont eu la hardiesse d'être au nombre de 10 à remporter des lauriers: Abdience Obin , Frantz Georges , Jules jean René , Michel St Fleur, Jn.Claude St.Croix, Gédéus Louis, Jean Edner, Burffon Thermidor, Michaelle Obin, Alfred Altidor. Nous avons succintement décrit certains aspects de la vie dure de nos artistes capois espérant ainsi trouver pour eux , comme pour nous, artiste-peintre, votre admiration et votre indulgence. Trop souvent traités à tort de bohèmes, de fantaisistes de déjoués ou pire de " kakakleren", ce sont pourtant les meilleurs véhicules de notre culture nationale à travers le monde. Et ce sont des véhicules 4x4. Propositions : Pour l'Organisation Socio-économique de la culture du département du grand nord historique, nous préconisons aux futures dirigeants du pays de s'engager à: Créer une commission permanente des arts et de la culture pour connaître les problèmes de l'art et des artistes haïtiens, et protéger les droits d'auteur, authentifier les oeuvres et prendre des mesures contre les contrefaçons, mais aussi aider les artistes et écrivains en difficulté ou devenus vieux, sans moyens d'existence. Etablir un système de taxation spéciale (selon le modèle Franco-Canadien par exemple) pour financer les projets artistiques. Organiser un système d'allocations ou de prêts pour financer les projets artistiques déjà engagés et approuvés par une commission permanente des arts. Travailler de façon discrète, mais ferme, au contrôle de l'exportation des oeuvres d'art pour éviter la fuite de chefs-d'oeuvre. Comme exemple les oeuvres des artistes peintres" Sénèque et Philomé Obin. Etablir une législation sur le marché de l'art et de la culture en vue de garantir la qualité et l'authenticité des oeuvres, défendre les intérêts des autres, d'établir les droits et prérogatives des galeries et leurs devoirs. Etablir une législation pour garantir efficacement les droits d'auteur et les droits de propriété artistique. Organiser sur une base régulière des concours variés permettant de déceler des jeunes talents. Promouvoir la culture et l'art haïtiens à l'intérieur, dans la diaspora et à l'étranger. Deuxièment au niveau de récupération et de conservation Il faut que les dirigeants puissent établir une législation contre le vandalisme et incurie dans le domaine de la protection des arts et de la culture et Rechercher systématiquement les survivances culturelles et artistiques du passé (sites archéologiques, partitions, manuscrits photographies, gravures affiches etc..) les cataloguer , assurer leur protection , faire comprendre au public leurs intérêts artistiques et historiques. Faire prendre conscience au public de la valeur et de l'importance des oeuvres d'art, de la nécessité de les regrouper, de les protéger, de les conserver, de les respecter et de les valoriser. Organiser des ateliers de restauration en vue du sauvetage des oeuvres et manuscrits menaces détérioration et Organiser les archives des différents arts. Inventorier et classer en vue d'en assurer la protection, les édifices privés et publics révélant intérêt et historique. Formation - La formation doit s'étendre non seulement aux artistes mais au public le plus large ( les médias chauds et les médias froids). - Rendre des cours d'art obligatoire à tous les degrés de l'enseignement fondamental et secondaire, rendre l'enseignement de l'histoire de la culture et des arts nationaux et internationaux obligatoire à l'enseignement secondaire et supérieur. - Consolider les structures déjà mises en place pour l'enseignement des arts au niveau supérieur pour la formation des cadres d'enseignants en art et archéologues et historiens de l'art. Et Organiser des cours de recyclage pour les artistes déjà engagés dans la carrière artistique. - Créer à travers tout le département du grand nord historique des centres de formation artisanale artistique et culturelle que peuvent accueillir les maisons du peuple. - Organiser des programmes visant à la formation et à l'information artistique du public (radio Télévision). Et Organiser des programmes dessinés aux artistes sur les problèmes de l'art haïtien, programmes qui devraient tendre également à leur formation technique de base. - Organiser sur une base régulière des conférences et des séminaires sur l'art haïtien et international. - Encourager le public à assister aux manifestations culturelles et artistiques en réalisant ces manifestations dans les milieux populaires et ruraux. Organiser des expositions nationales internationales et élever des monuments aux grands artistes disparus, donner leur nom à des rues, à des places publiques et à des édifices publics. Les peintres capois veulent rappeler aux dirigéants du ministère du tourisme et de la culture que le développement du tourisme ne s'improvise pas.
Abdience Obin et Frantz Georges, peintres Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".