Francophonie

Présentation des oeuvres complètes de Jacques Roumain

« Les peuples sont des arbres qui fleurissent malgré la mauvaise saison; à la belle saison, notre arbre continue à vivre. Un peuple qui vient de produire un Jacques Roumain ne peut pas mourir ». Jacques Stephen Alexis L\'oeuvre de Jaques Roumain compte encore les portes de l\'humanité. Cet écrivain haïtien né au Bois-Verna, à Port-au-Prince, a de manière indélébile marqué la littérature mondiale. Le critique littéraire français Léon François Hoffmann, qui a réalisé les recherches sur l\'oeuvre complète de Roumain, a, en le présentant ce lundi à la Faculté des Sciences, dans le cadre de la Quinzaine de la Francophonie, campé l\'auteur de « Gouverneurs de la rosée » comme un patrimoine mondial de l\'humanité.

Publié le 2005-03-22 | Le Nouvelliste

L\'une des créations maîtresses de Jacques Roumain demeure Gouverneurs de la rosée. Traduit en plus d\'une trentaine de langues, ce roman porté à l\'écran est, au delà de la forme et de la qualité de l\'écriture, d\'une actualité saisissante. Le vice-recteur de l\'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), M. Jean Pierre Osselin de Beauvil, parlant de ce roman, soutient : « ...souvenons-nous de Manuel qui, face aux provocations de l\'officier de police Hilarion, s\'efforce constamment d\'éviter les confrontations et de désamorcer les conflits. Manuel prône le compromis et la recherche du consensus en guise de méthode de solution des conflits. (C\'est un \'\'nègre rusé\'\' dira de lui Larivoire). Ce message de Jacques Roumain nous semble avoir une portée encore très actuelle si l\'on veut bien le lire à la lumière de l\'histoire de la République d\'Haïti... » L\'oeuvre complète de Roumain en un seul volume Les recherches menées par Léon François Hoffmann, tant en Haïti qu\'ailleurs, ont permis de regrouper en un seul volume les oeuvres complètes de Jacques Roumain ainsi que des écrits inédits de ce dernier. L\'ouvrage a paru dans la collection Archivos qui était jusqu\'à présent consacré à la littérature d\'Amérique Latine d\'expression espagnole et portugaise, selon M. Hoffmann. Le volume de Jacques Romain, qui est le 58e numéro de la collection, est le premier consacré à un auteur de langue française. Cette compilation des oeuvres de Roumain est divisée en deux parties. Les poèmes, les nouvelles, les romans, les traductions de l\'allemand et de l\'espagnol, les essais, les discours, les travaux scientifiques, la correspondance de l\'auteur... composent la première partie du livre. « Chaque partie comprend une introduction qui fait l\'historique du texte et le situe dans l\'ensemble de l\'oeuvre, un relevé des variantes... et de notes en bas de page destinées à en éclairer la lecture pour les lecteurs étrangers et haïtiens », a indiqué M. Hoffman. Le volume comprend aussi une partie critique qui présente une chronologie de la vie de Roumain, une bibliographie de ses oeuvres et de la littérature qui leur a été consacrée. L\'ouvrage regroupe aussi les avis, la vision politique, la connaissance du paysannat de l\'auteur, selon la vision de plusieurs grands écrivains haïtiens. C\'est le cas de René Dépestre et d\'Émile Ollivier. La deuxième partie, rapporte M. Hoffmann, est constituée par un choix de comptes rendus et d\'analyses publiés, et du vivant de Roumain et après sa mort, par des étrangers et d\'analystes haïtiens distingués, comme Jacques Stephen Alexis, Jean-Claude Fignolé, Jean Dominique, Maximilien Laroche... Une dernière partie de l\'ouvrage présente des témoignages et des hommages de personnalités qui ont soit connu l\'homme, soit été marqués par la profondeur de son oeuvre. Il y a ses camarades haïtiens et étrangers comme le Suisse Alfred Métraux, le Français André Breton, l\'Américain Langston Hughes, l\'Allemande Anna Seghers, le Cubain Nicolas Guillén. M. Hoffamn soutient enfin que l\'édition des oeuvres complètes de Roumain peut intéresser à plusieurs chefs : « ...c\'est la première fois que sa production journalistique et ses essais sont réunis et groupés par ordre chronologique..., c\'est la première fois qu\'une série de textes jusqu\'alors inédits sont livrés au public. Au premier chef, ses lettres à son épouse Nicole... qui nous révèlent un Jacques Roumain beaucoup moins hiératique et sûr de lui que nous l\'imaginions, beaucoup plus sensible et vulnérable. Au regard des oeuvres de Roumain et de nombreux autres auteurs et artistes haïtiens, le vice-recteur de l\'AUF en Haïti, M. Jean Pierre de Beauvil, a soutenu qu\'Haïti est un pays pauvre, d\'après le constat fait et relayé par les médias du monde entier, mais du point de vue culturel, Haïti est un pays riche, a-t-il soutenu. Il a en ce sens souligné que pauvreté économique ne doit pas être assimilée à pauvreté culturelle. D\'après lui, le développement durable ne peut se concevoir sans l\'assise d\'un socle culturel solide. Gaspard Dorélien gaslovery@hotmail.com Encadré Jacques Roumain est né à Bois-Verna, Port-au-prince, le 4 juin 1907. Il a commencé ses études classiques à l\'Institution Saint Louis de Gonzague. Il est envoyé en 1920 à Berne en Suisse afin de terminer ses études classiques. Il revient au pays en 1927 dans le contexte de l\'occupation américaine et commence à écrire, à lutter en fondant durant la même année, avec d\'autres écrivains, la Revue indigène tout en collaborant avec la revue La Trouée. A cause de ses prises de positions contre l\'occupation et les malversations politiques de l\'époque, il a été arrêté à plusieurs reprises : le 13 décembre 1928 pour délit de presse, puis de nouveau en 1929. En 1933, Roumain est en prison pour délit communiste parce qu\'il avait fondé, un an avant, le premier Parti Communiste Haïtien (PCH). En juin 1934, le président Sténio Vincent fait emprisonner Roumain. En août 1934 il est condamné par la cour militaire à 3 ans de prison. En septembre 1937, Roumain est à Paris, où il rencontre le poète noir américain Langston Hugues ainsi que le poète cubain Nicolàs Guillén. Toujours en 1937, Roumain arrive à New York où il étudie l\'anthropologie à l\'Université Columbia. En 1942, après son retour au pays, Élie Lescot le nomme Chargé d\'Affaires au Mexique à la faveur du pacte existant entre les alliés et l\'Union Soviétique. En 1943, pendant que Jacques Roumain est en poste au Mexique, il est victime de trois indispositions. Sa santé décline et en 1944, durant un court séjour en Haïti, à la suite d\'un quatrième malaise, il meurt à Pétion-Ville d\'une cirrhose du foie le 18 août 1944, à l\'âge de 37 ans.
Auteur

Réagir à cet article