Jules Verne, du livre au grand écran

Publié le 2005-03-29 | Le Nouvelliste

Des "Enfants du capitaine Grant" (1901) au "Tour du monde en quatre-vingts jours" (2004), de nombreux ouvrages de Jules Verne ont fait l'objet d'une adaptation cinématographique. Pour le 7e art, l'oeuvre de l'écrivain français a été un véritable trésor. A la mort de Jules Verne en 1905, le cinéma n'a que quelques années d'existence. Pourtant, l'écrivain a déjà pu voir, depuis 1901, cinq de ses romans adaptés à l'écran. En 1901, c'est les "Enfants du capitaine Grant", de Ferdinand Zecca, qui ouvre le bal. Un an plus tard, Robert William Paul réalise "The Adventurous Voyage of 'The Arctic'", inspiré des "Voyages et aventures du capitaine Hatteras". La même année, "Le Voyage dans la Lune", de Georges Méliès, qui dure treize minutes, est particulièrement remarqué. Très inspiré par Jules Verne, le cinéaste ne s'arrête pas là. Il adapte "Vingt mille lieux sous les mers" en 1907, puis "La conquête du pôle" en 1912, inspiré des "Voyages et aventures du capitaine Hatteras". En 1916, Michel Verne, le fils de l'écrivain, passe pour la première fois derrière une caméra et réalise un film tiré de l'oeuvre de son père: "La destinée de Jean Morenas". Il signe ensuite "Les Indes noires" en 1917, puis "L'étoile du Sud" en 1918, et "Les cinq cents millions de la Bégum" en 1919. Dans les années 1920, le cinéaste russe Viatcheslav Tourjanski réunit 4.000 figurants pour tourner en France "Michel Strogoff". La même oeuvre fera l'objet d'une nouvelle adaptation franco-allemande en 1936, signée Richard Eichberg et Jacques de Baroncelli. Mais il faudra attendre 1954 pour voir une adaptation d'un roman de Jules Verne consacrée comme un chef d'oeuvre du 7e art, avec "Vingt mille lieux sous les mers" de Richard Fleischer, réalisé pour les studios Disney. Tourné en cinémascope, bourré de truquages, il offre un bel affrontement entre James Mason (le capitaine Nemo) et Kirk Douglas (Ned Land), devenu une véritable star grâce à ce film. Le réalisateur fait une petite entorse à l'oeuvre originale en intégrant dans son film une otarie nommée Esmeralda. Les adaptations des grands romans de Jules Verne s'enchaînent alors, avec "Le Tour du monde en quatre-vingt jours" de Michael Anderson et John Farrow en 1956 (dans lequel jouent notamment Marlène Dietrich, Fernandel, Martine Carol et Frank Sinatra), "De la Terre à la Lune" de Byron Haskin en 1958, l'excellent "Voyage au centre de la Terre" de Henry Levin en 1959 (qui ressort au cinéma en France le 23 mars), avec James Mason, et "Cinq semaines en ballon" d'Irwin Allen en 1962. En France, Philippe de Broca adapte à sa manière "Les tribulations d'un Chinois en Chine" en 1965, avec Jean-Paul Belmondo. Pour la télévision, Claude Santelli réalise en 1969 "L'île mystérieuse" avec Pierre Dux dans le rôle de Nemo. On notera aussi l'adaptation de "L'étoile du sud" de Sydney Hayers (1968), avec la belle Ursula Andress, et celle du "Phare du bout du monde" de Kevin Billington (1970), avec un Kirk Douglas à la fois acteur et producteur. Après une longue période de silence cinématographique, Jules Verne semble revenir à la mode en ce début de XXIe siècle. En 2004, en France, Bruno-René Huchez et Alexandre Huchez réalisent un film d'animation intitulé "Les aventures extraordinaires de Michel Strogoff". Et aux Etats-Unis, Franck Coraci tourne un nouveau "Tour du monde en quatre-vingts jours" avec le comique hongkongais et maître de kung-fu Jackie Chan (l'intrépide valet passepartout), Steve Coogan (Phileas Fogg) et Cécile de France (la belle artiste).
Auteur

Réagir à cet article