Présidentielle

Jude, Maryse et Jean-Charles rejettent les résultats préliminaires

Ces candidats arrivés en deuxième, troisième et quatrième position qui espèrent encore pouvoir remporter les élections annoncent qu’ils vont contester ces résultats par-devant les instances contentieuses électorales. Ils prévoient aussi de gagner les rues.

Publié le 2016-11-29 | lenouvelliste.com

« Nous rejetons les résultats», a protesté Jude Célestin. Il annonce qu’il va le signifier clairement par voie juridique. Quatre jours après les élections du 20 novembre, le candidat de la Ligue alternative pour le progrès et l’émancipation d’Haïti avait attiré l’attention du Conseil électoral provisoire sur le fait que sont comptabilisés au Centre de tabulation des procès-verbaux dont les listes d’émargement corrélatives ne portent ni signatures ni empreintes digitales des votants, comme l’exige l’article 158.1 du décret électoral. «Il faut un contrôle serré où tous les procès-verbaux seront comparés avec les listes d’émargement qui les accompagnent», exige Jude Célestin qui souhaite que la vérité puisse luire. En écartant un certain nombre de procès-verbaux qui ont été comptabilisés, le candidat espère que l’écart qui le sépare de Jovenel Moïse serait réduit. Ce qui serait synonyme d’un deuxième tour. «Il n’y a pas que ça», note Jude Célestin. « Il faut aller plus loin car il y a eu tricherie», dénonce-t-il sans citer de nom. Il exige que le tricheur soit écarté de la course électorale. Jude Célestin capitalise sur le fait qu’il n’y a pas de manifestations de joie en faveur du candidat qui a été donné gagnant des élections du 20 novembre. « Quand un candidat obtient 55% des voix et que son poursuivant ne réalise que 20% entre guillemets, ce n’est pas comme ça que la population se comporte», a-t-il déclaré convaincu que Jovenel Moïse n’a pas gagné correctement. Le coup d’État électoral que le Conseil électoral a annoncé hier soir a été déjà dénoncé par Fanmi Lavalas, a déclaré une Maryse Narcisse qui a été particulièrement nerveuse mardi matin sur les ondes de Radio Magik 9. Elle déclare que son parti ne reconnaît pas les déclarations du Conseil électoral provisoire emmené par Léopold Berlanger. Maryse Narcisse dénonce un coup d’État électoral. Respectueux du principe démocratique, un homme, une vote, Fanmi Lavalas va contester les résultats, a annoncé celle pour qui Jean- Bertrand Aristide a mis tout son poids dans la balance pour la porter au pouvoir. Maryse Narcisse avise qu’ils resteront mobilisés en vue de défendre le vote de la population. Ces résultats ne tiennent pas comptent des votes et des procès-verbaux, estime Moïse Jean-Charles qui rejette d’un revers de main le score affiché par le Conseil électoral provisoire. Il qualifie ces résultats de politiques « qu’on tente de lui imposer». Moïse Jean-Charles, qui est resté très critique à l'égard de la «classe économique traditionnelle», de la «Digicel» et de la «communauté internationale», pointe du doigt un représentant de l’Union européenne et deux représentants de l’OEA qui ont «fomenté ces résultats». Le candidat de la plateforme Pitit Dessalines annonce une bataille juridico-politique en vue de contester les résultats proclamés par le Conseil électoral provisoire. Même si Pitit Dessalines et Fanmi Lavalas seront dans les rues pour dénoncer les résultats du CEP, Moïse Jean-Charles prévient qu’il ne fera aucune alliance avec le parti de Jean-Bertrand Aristide. « Il peut y avoir des points communs entre nos analyses et celles d’autres partis politiques mais nous ne sommes liés avec aucun parti politique», a fait savoir Moïse Jean- Charles qui cependant laisse entendre qu'il n’empêchera aucune structure politique de les rejoindre dans leur mouvement. Jean Henry Céant, qui est donné cinquième dans les résultats, avait déjà reconnu sa défaite avant même la publication des résultats des élections.


Réagir à cet article