Musique

Mario Canonge, un virtuose des îles

6 heures pm, Rex théâtre, 8 mars 2005. Le pianiste martiniquais Mario Canonge, qui en est à sa quatrième visite en Haïti, a incendié les sens du public haïtien en jouant son dernier opus intitulé « Rhizome ». Une musique aux multiples racines qui ne nuisent pas à la bonne santé de la sculpture rythmique. Son quartet (un bassiste, un saxophoniste et un batteur) a emmené l'auditoire dans un pays où tout le monde se reconnaissait. A l'intérieur des terres. Jusque dans les entrailles des amériques et des îles de la Caraïbe.

Publié le 2005-03-09 | Le Nouvelliste

Sens aigu du contrepoint, connivence totale, lyrisme étaient au rendez-vous avec ce quartet de la Martinique venu en prélude à la Quinzaine de la Francophonie. Le concert a commencé juste à temps et tout a été dans l'intro. Celle de « Manman dlo », un morceau dédié à la déesse de la mer et de la rivière. C'est l'égrènement des accords du jazz réinventés au piano. Mario Canonge, ce magicien, a établi là un suspens d'une discrétion émue et ferme qui invitait l'auditoire au silence. Un rythme langoureux, nonchalent comme pour imaginer au bout de ses doigts experts la dégaine de cette belle femme vénérée également ici en Haïti dans le vaudou. «Madikera », un mélange de sons de la Guadeloupe et de la Martinique, selon le commentaire de Mario Canonge. Toujours cette capacité de mélanger les rythmes, les sons pour faire rêver, voyager. Le public a poursuivi son écoute attentive, orienté délibérément ses oreilles vers l'avenir constructif d'une histoire, d'une langue musicale recomposée. Ne cessant d'abreuver ses jazzfans, ces gens fievreux d'un vrai-faux paradis perdu samplé sur fond d'arc-en ciel de nos certitudes fugaces, il sait que groove, sensualité caraïbe et émotion sont les deux mamelles à vif qui sèment le vent à l'âme. Un jazz hybride Le jazz de Mario Canonge est hybride, mâtiné de biguine, de salsa, de Bwo ka et autres. Une panoplie de styles, de rythmes qui donnent un cachet tout à fait éclectique à sa rage musicale. On plane donc au-dessus d'un clavier où deux mains dansent l'amour, la nostalgie et le soleil. Pas besoin d'être un savant musicologue pour se rendre compte que ces mains sont justes, dans les notes, dans le tempo. Ce miracle, renouvelé du début à la fin de ce concert, est en fait le résultat d'un travail, sans l'ombre d'un doute, prodigieux, mais, le temps de la soirée, il n'est pas besoin de chercher à comprendre, juste de croire, et ce n'est pas très difficile. Le jeu de Canonge est dénué d'hésitation. Maîtrise de l'art des mélodies chaloupées au piano. Un vocabulaire harmonique diablement riche où il a montré le niveau de savoir de ses dix doigts. Ce dernier s'avère être, cela va sans dire, un instrumentalisme pas du tout excessif. Les gens ont, durant cette soirée, savouré ses diverses compositions et ses doigts qui tapotaient comme un fou à lier sur les touches d'ivoire de son piano. Sa puissante assise rythmique, son style, ses solos sont apuyés mais construits avec exigence. Un style d'ensemble et une capacité de faire corps avec l'auditoire. Une sculpture musicale hors pair « Haïti est ma deuxième patrie, je ne dis pas ça dans chaque pays où je vais », a avoué le pianiste du haut des planches du Rex Théâtre dans une pause. Dans dans cette longue composition intitulée « Madikera », Mario Canonge a, avec une grande subtilité, glissé les notes d'une de nos chansons traditionelles : « Mèsi Bondye ». Cassures, grondements de la basse, cliquetis des batteries. Mario Canonge fait une musique élaborée avec une spontanéïté qui dépasse l'entendement, comme instinctivement, où alternent segments mélodiques en single note et accords, et qui s'incorporent amoureusement avec la violence du saxophone et le reste. Ce concert de Mario Canonge était, pour celui ou celle qui avait un brin d'oreille, passionnante de bout à bout. Dans cet univers de ballades au lyrisme subtil ouvert sur un espace infini de nuances et d'exquises dissonances, le pianiste a évolué comme un poisson dans l'eau et, grâce à son riche répertoire, il a su tirer superbement la couverture à lui. Une substance apte à satisfaire profondément par ses proportions, ses poids, ses reliefs et sa teinte concentrant le mouvement du bèlè, de la biguine , du zouk et la sève du jazz qui l'animent.
Marvin Victor Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".