Izolan ft Niska, Fatima et BIC passent à la télé

PUBLIÉ 2016-09-27
Habituellement, la musique haïtienne connaît une baisse de production après l’été. Le mois de septembre, qui coïncide avec la rentrée des classes, est souvent considéré comme une période morte, où groupes et artistes s’investissent dans leur projet d’album ou commencent à travailler sur leur prochaine meringue carnavalesque. Cette année, les artistes ont changé de stratégie. Ils ont, semble-t-il, compris que cette saison morte est un moment idéal pour lancer les clips de leurs dernières chansons. Voici une liste de vidéos sorties récemment.


« M pa konn anyen non », Izolan feat. Niska C’est un pesant fardeau. Un thème qui tourmente les relations amoureuses : « ami intime ». Difficile d’admettre que son partenaire fréquente quelqu’un de tellement proche. Que ce dernier vous fait de l’ombre. En version « street boy », Izolan aborde cette réalité qui tend à séparer les vieux amis, en raison du comportement pernicieux que cela engendre parfois au sein des couples, surtout quand ils sont mariés. « M pa konn anyen non » se veut un refrain de transparence, au teint de présomption d’innocence. Avec la collaboration de Niska, qui fait ses premières dents dans ce milieu hostile, ce tube invite les jaloux à se détendre quand leurs épouses aiment la compagnie de certains camarades. Lorsqu’on a plus de points en commun avec son ami que son mari, cela redonne sens au dicton : « les oiseaux de même plumage s’envolent ensemble ». La morale du single laisse à comprendre qu’il existe vraiment des relations qui font douter de leur statut (amical ou amoureux). Les images montrent qu’il n’y a aucun mal à rechercher le bien-être chez ses proches quand l’ennui habite son foyer et que son conjoint ressemble à qu’une figure d’autorité pour soi. « M pa konn anyen non », qui a la fluidité d’un lexique bredjenn, peut se révéler un nouveau mot de passe pour un amuseur qui veut tirer son épingle du jeu quand il est face à un mari furieux qui le prend pour un rival. « M ap vyeyi », Singe Blanc feat. BIC C’est la plus rare des confessions que font les cheveux blancs : « M ap vyeyi ». Aujourd’hui, la société boude la nature même du vieillissement. On marginalise ceux que la beauté rendait si fiers auparavant. C’en est devenu le personnage fantôme de la jeunesse. D’un œil différent, les lyriques imagés de Singe Blanc et de BIC passent en revue les malentendus sur les affres de la vieillesse, la décrépitude, les rides, le déchaussement des dents, la canitie… A travers un bref voyage entre les âges, le duo fait escale sur quelques traits exceptionnels du vieillissement, que plus d’un refuse d’admettre comme une bénédiction. « Se pa tout moun ki gen chans viv lontan, menm pitit lòm nan pa t viv plis pase 33 zan », a souligné BIC, qualifiant de combattant ceux qui arrivent à vivre longtemps. Si la courte traversée entre les âges suffit à provoquer un sentiment de dépaysement, toutefois la vie garde sa juste valeur et demeure fragile sous quel que soit l’angle, a estimé le parolier ; « zo timoun wòwòt, men zo granmoun pa pran. Tou de dwe fè atansyon pou zòk, paske nenpòt ka pran ». « M ap vyeyi », ce bel accord entre ces artistes d'horizons divers rend hommage aux vieillards et alerte les jeunes qu'ici bas rien n'est éternel. « Destine », Fatima A entendre parler d’elle, on croirait avoir loupé, non pas un épisode, mais plusieurs saisons des « personnalités en vogue » dans l’industrie musicale haïtienne. Fatima s’est bâtie une croissante réputation entre deux sourires, en commençant par faire le pitre pour les photographes et caméramen d’événements culturels. Au même titre que son premier clip officiel « Destine », où elle chante le sentiment de confort trouvé dans les bras d’un homme assez spécial, on peut déduire que le domaine artistique lui réussit aussi bien que cela semble lui avoir été destiné. La vidéo met en scène les atouts corporels de la « Barbie girl » dans toute sa féminité et dans des tenues sexy. Ce qui a poussé inévitablement les yeux masculins a regardé en boucle le vidéoclip sur Youtube. Imaginons combien longue serait la liste si la chanteuse avait lancé un casting pour ce rôle que joue le dreadlocks à ses côtés. De sa voix, aussi délicate que son physique, Fatima a charmé le grand public avec « Destine ». Un texte sensuel et harmonieux, digne d’une rentrée en lice. Depuis la sortie de la vidéo, on imagine que la jeune star, qui compte plus de 118 milles abonnés sur Instagram, dort avec son portable éteint pour ne pas crouler sous l’afflux de textos de félicitations.



Réagir à cet article