Jean Hérard Richard et ses airs libertins

L'érotisme chez Richie provoque le rire. Il prend sa liberté d'artiste pour expérimenter le libertinage et aborder les sujets tabous. Il est capable de faire revivre l'esprit du Rococo. En ce sens, il est le noouveau Coupé Cloué de la musique haïtienne.

Publié le 2016-11-21 | lenouvelliste.com

Jean Hérard Richard, dit Richie, dans ses compositions parlent du sexe avec élégance et coquetterie. Autrement dit, il fait souvent appel aux jeux de mot, à l'humour et à l’ironie. Avec préciosité ou de façon voilée, il prend garde à ne pas froisser les oreilles chastes. Des pièces musicales comme 5 dwèt, 5 kontinan, Fich Bolèt, Boutlèg, Fè l vini avan, Da next Groove, Sa bebe a di ?, etc., illustrent bien cette thématique. En voici quelques extraits : « Tout fanm yo ka bèl konsa/ men yo pa nan menm eta/ sitou lè w desann pi ba [...] Certaines femmes sont comme l'Afrique... vierges et inexplorées/ Certaines sont comme l'Amérique... mi-vierges mi-explorées/ Certaines femmes sont comme l'Europe...ravagées mais pleines de charme/ Certaines femmes sont comme l'Asie...profondes et mystérieuses/ Et l'Océanie...li pi di ! se fanm ki fè gè kako, premye, dezyèm gè mondyal/ gè santan Iran Irak, Malowin [...] lè w tande anba lavil pa bon/ yo pran rele, pito m trepase o...tan pou m ta pase » (5 Kontinan). Cette vision de l’art détectée chez l’artiste répond, d'après lui, à un double objectif, « qui est de provoquer le rire dans un souci thérapeutique et de corriger les mœurs. » Il se met dans la peau du grand dramaturge ou poète français, Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, tout en appliquant la formule : Castigat ridendo mores. Dans les textes de Jean Hérard Richard, maestro de la formation KLASS, quand ce n'est pas le sujet développé, c'est un slogan ou un jeu de mots qui déclenche le rire. C'est le cas par exemple, dans les créations comme « Mwen eme w, il est Friday, Pal Kokal, F.K.D ». À preuve de quelques extraits: « Yèswa m kouche san dra/ poutan m pa di w m kouche ak Sandra/ yo di m g on bèl dèyè tèt/ madanm mwen g on bèl tèt dèyè[...]Ma Copine, ma femme a pris l'os de mon os (Il est Friday)/ Lè m pa satisfè se boutlèg la ki fè rès djòb la (Boutlèg)/ Si je pouvais être ton lit, tes plus intimes sous-vêtements (Mwen eme w)/ Le pal kokal de madame pascal est comme un pal mangal (au pluriel? Pal Kokal), Fi n konnen demake (F.K.D), vous osez? Vous osez? Oui nous osons! » Le batteur de KLASS traduit son lyrisme personnel à travers l'érotisme comme catégorie esthétique. Il défie les tabous et jouit de sa pleine liberté d'artiste. L’on se rappelle rapidement l’œuvre de lodyanseur Maurice Sixto « Les Ambassadeurs de Kinshasa » et des œuvres du génial mégalomane Frankétienne. Pour ainsi dire, selon la conception de l'artiste contemporain, qui est « celui qui choque, transgresse, provoque », le superstar-maker ou encore Richie est imbriqué dans cette mouvance artistique.
Orso Antonio DORELUS orsodoranto@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article