Propositions pour un Plan Stratégique de Développement du Sport National

Publié le 2005-02-21 | Le Nouvelliste

Le sport national est loin de charrier les passions comme il l'a été jadis. Haïti n'occupe plus une place prépondérante dans le concert des nations pratiquantes. Les Etats Généraux Sportifs pour l'organisation desquels tant de dirigeants du Comité Olympique Haïtien et des Fédérations se sont battus, n'ont pas pu jusqu'ici atteindre ses objectifs - de donner au pays un texte de loi" sur le sport - d'établir une politique stratégique capable de revaloriser le sport de masse et d'élite - de mettre en place des structures pouvant améliorer la pratique - de favoriser la participation ou la prise en charge nationale du sport par des dirigeants compétents et expérimentés - de faciliter la formation et la détection des jeunes talents etc. Il ne fait pas de doute que le sport national, à tous les niveaux et à tous les degrés est sérieusement malade. La situation s'est davantage aggravée d'une part avec le Secrétaire d'Etat Herman Nau le grand amuseur de jeunes danseurs qui n'a jamais été à la hauteur de sa tâche parce que, dépourvu d'un minimum de savoir et de savoir-faire en administration Sportive et d'autre part avec le Secrétaire d'Etat Frantz Léandre parce que, immature et mal entouré. Aucune de leurs activités entreprises n'ont effectivement contribué au développement et à l'avancement de ce vaste secteur d'activité. Leur bilan est négatif et ne pouvait être autrement avec la nomination de gens incompétents à des postes de responsabilité. Se demande t-on aujourd'hui à quand la relance du sport national malade dans ses entrailles les plus profondes? Il y a lieu de tirer la sonnette d'alarme. "Le pays d'après les statistiques issues des archives du COH dispose d'environ 350 entraîneurs pour toutes les disciplines confondues alors qu'il nous faudrait au moins 50.000. Des 18 fédérations ou associations sportives reconnues par le COH, 2 ou 3 sont en mesure d'indiquer avec précision le nombre de pratiquants licenciés. Nous avons que 10 terrains ou plaines de jeux alors qu'il nous faudrait au moins 500 pour un vrai démarrage du sport. N'en parlons pas des dirigeants sportifs ayant pris part à toutes les sessions de formation du "comité Olympique International" dans le domaine de l'administration sportive, du marketing Sportif, 5% seulement ont été pour des raisons injustifiées embauchés par la Secrétairerie d'Etat à la Jeunesse et aux Sports "dirigée traditionnellement et en grande partie par des gens de peu de formation et de grande militance". Alors que faire devant ce constat d'échec ? Il faut passer de la parole aux actes, de la prise de conscience à l'initiative en confiant les rênes aux rares ressources humaines qualifiées disponibles pour monter une équipe de sauvetage capable de trouver la stratégie à utiliser pour exécuter dans 5, 10, 15 ans une politique de développement sportif national efficace et efficient. Pas d'immobilisme, pas de politique d'exclusion, pas de favoritisme, ça ne ferait que renforcer l'ancien mode de gestion qui n'a donné jusqu'ici aucun résultat. C'est l'occasion pour le nouveau locataire de la Secrétairerie d'Etat, de la Jeunesse et des Sports, Monsieur Paul Berne de lancer un calendrier de rencontres avec les dirigeants sportifs fédéraux ou non pour savoir exactement ce qu'il doit faire en matière de structuration, de recrutement du personnel au niveau stratégique et opérationnel, de renforcement des Associations et fédérations etc. Il nous faut dans l'immédiat aborder en toute quiétude les questions de l'avenir du sport national, de la mise en place d'un plan global de développement national du sport qui, d'après nous passe par les propositions suivantes : - Faire appel aux dirigeants Sportifs qualifiés, compétents ayant suivi des séminaires en administration sportive organisés par les experts du COI dans le cadre du travail de formation des dirigeants sportifs haïtiens exécutés régulièrement par le COH. - Recruter après examen des dossiers (le niveau de compétence, d'éducation, d'habilités et d'expérience nécessaire) les cadres à affecter aux postes de responsabilité à la Secrétairerie d'Etat, de la Jeunesse et des sports. - Organiser cette boite par la mise en place d'une planification structurelle pour spécifier ce qui doit être fait, comment et quand les tâches seront accomplies. - Elaborer une structure et des modes de fonctionnement organisationnels qui permettrait une meilleure utilisation des talents de chaque cadre au niveau de chaque direction ou département. - Identifier dans des organigrammes bien pensés les personnes clés qui doivent déterminer l'autorité et la responsabilité pour mieux orienter le travail de chacun. - Confier au ''Comité Olympique Haïtien'' la tâche d'établir avec les techniciens de la ''Secrétairerie d'Etat, de la Jeunesse et des Sports'' un plan global de développement du sport national. - Identifier avec les fédérations, les problèmes urgents de l'heure en matière de structuration, de formation, d'organisation de compétitions régulières et d'allocation d'aide. - Déterminer les priorités et identifier les moyens à utiliser ou encor les actions à entreprendre pour réaliser un plan d'action d'urgence. - Mettre en place une direction technique nationale chargée de renforcer et de promouvoir les disciplines sportives avec les fédérations et le COH. - Réaliser des assisses intitulées "Etats Généraux des disciplines sportives par l'adoption d'un plan, d'un programme quinquennal. C'est le moment de faire bouger enfin les choses dans le bon sens. Nous pouvons aider à trouver des solutions durables aux problèmes de l'heure. Mais n'acceptons plus que la Secrétairerie d'Etat de la Jeunesse et des Sports en tant que pouvoir public continue à être occupée par des médiocres, des gens de peu d'expérience ou carrément nuls. Partons désormais en guerre contre eux pour que le budget alloué à la jeunesse et aux sports ne se gaspille pas follement dans des projets irréalistes et mal conçus. Il est grand temps que nous ayons la ferme conviction que l'éducation physique et des sports est une nécessité incontournable qui seule, nous permettrait de replacer l'idéal olympique dans la ligne philosophique du Baron Pierre de Coubertin : Citius Altius, Fortius, plus vite, plus haut, plus fort. C'est aussi le moment de regarder l'horizon nouveau avec une nette perception des embûches à éviter, des obstacles à surmonter sans négliger d'évaluer le chemin déjà parcouru par le comité Olympique Haïtien, les Fédérations et Associations Sportives, la Secrétairerie d'Etat de la Jeunesse et des Sports qui avait connu une période de progrès à l'époque d'Evans Lescouflair. Les erreurs grossières commises par ses successeurs se doivent d'être corrigées en évitant les actions individuelles qui peuvent compliquer davantage la situation. Recherchons dans la concertation et le dialogue l'aval du grand monde sportif haïtien qui peut largement contribuer à la relance du sport national. Et ce sera pour le bien être de tous qui souhaitent renforcer les fiables structures existantes, appliquer un programme national d'Education physique et des sports, faire face aux obstacles infranchissables, identifier les immenses besoins de ce secteur d'activités qui représente une entreprise humaine, politique, économique et sociale importante. Un train de mesures de redressement et de relance sportive, c'est ce qu'il nous faut aujourd'hui pour repenser sur des bases scientifiques l'organisation sportive haïtienne. Les problèmes sont énormes, nous devons le reconnaître. Mais rien n'est insurmontable dans la vie. Aucune embûche n'est incontournable si la volonté de vaincre est présente. Efforçons-nous à mettre en application, dans les faits et non pas seulement sur le papier cette devise du "Comité Olympique Haïtien". "Le sport fait l'homme et l'homme fait la nation". Et c'est là que nous parviendrons à prendre conscience de nos retards, de nos inconséquences, de nos erreurs, de nos manquements, de nos insuffisances pour cesser de nous accepter comme un cas spécial ou unique dans la zone même lorsque trop d'écart nous sépare du reste du monde en matière sportive.
Paul Yves Fausner Maître en Sciences du Développement Dirigeant Sportif / Ceinture Noire 4ème Dan Assistant Directeur Technique / Fédération Nationale de Karaté d'Haïti / Professeur à l'Université. Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".