Peinture populaire du Congo

Publié le 2005-02-23 | Le Nouvelliste

Présentation Le mouvement pictural se constitue en RD Congo à partir des années vingt du XXe siècle. Il résulterait du passage de la pratique de décoration de parois de cases (en milieu rural) à « la peinture de chevalet » (en milieu urbain). Cette thèse, qui rappelle une proposition formulée en 1948 pour expliquer l'avènement de l'art naïf en Haïti, est illustrée par la rencontre, considérée comme fondatrice, d'un Belge, agent de l'administration, Georges Thiry et d'un décorateur de case, Albert Lubaki, en 1926. Aux environs de 1930 déjà, des articles de revues et des catalogues d'expositions célèbrent les noms de Lubaki et de Djilatendo. Le mouvement s'amplifie avec la mise à la disposition de nouveaux artistes du matériel, des lieux de travail accompagnés de la promotion internationale de leurs oeuvres. Ainsi, la période des précurseurs (Lubaki, Tshyela Ntendu, Masalay, Ngoma) est suivie d'un mouvement d'organisation de l'espace de production plastique se traduisant par la création d'«écoles», comme celle de Lubumbashi impulsée par Pierre Romain-Desfossés (d'où est issu Pili Pili) et celles de Kinshasa (l'École du Stanley-Pool, l'École Alhadeff, l'Académie des Beaux-arts...). Le domaine de la création picturale s'est alors structuré en deux tendances distinctes, celle des « académiciens » et celle des populaires, rappelant la dichotomie art naïf ou primitif/art moderne ou sophistiqué en Haïti. La peinture populaire du Congo prend un tournant significatif dans les années soixante-dix: les peintres s'affirment comme créateurs d'un discours politique sur le présent. Ces artistes qui se veulent être des porte-parole, des griots, des dénonciateurs, des moralistes assurent leur présence dans la ville par le biais de la publicité : ils exécutent des banderoles et des enseignes peintes sur les devantures des magasins, ils décorent les bars, les salons de coiffure, etc. Autant d'activités qui fleurissent aussi en Haïti mais qui semblent relever de la compétence d'une catégorie bien spécifique de praticiens. D'où, au Congo, une forte imprégnation de la peinture populaire de chevalet par la peinture publicitaire, qui lui fournit, avec la bande dessinée, certaines de ses principales caractéristiques formelles. La présente exposition propose un parcours qui débute avec deux figures majeures: Pili Pili et Moke. L'enchaînement se fait avec des oeuvres consacrées à la célébration de la peinture et à l'autocélébration des peintres, puis au portrait, mettant ainsi en relief la fonction de valorisation sociale de l'art mobilisée tant pour les peintres eux-mêmes que pour leurs commanditaires. La figure mythique de Mami Wata, centrale dans cette opération, est confrontée à certaines représentations de la femme et des rapports de sexe. La suite du parcours décline une série de thèmes historiques, sociales et politiques pour se terminer par un clin d'oeil sur le monde rural, le paysage et la danse. La peinture populaire congolaise d'aujourd'hui se donne à voir et à lire comme une chronique sociopolitique, surtout urbaine, non exempte de bonhomie et de malice. De là lui vient sa force et sa poésie.
Carlo A. Célius Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".