Carnaval 2005

Dan Tanm sé Kinam ! Mon passé est à moi

Publié le 2005-02-17 | Le Nouvelliste

Un thème, qui, sans en avoir l'air , comporte une profonde signification et semble transmettre, d'une façon spéciale, un message à tous ceux qui vivent sur la terre de Jean-Jacques Dessalines le Grand, d'Alexandre Pétion le Panaméricaniste et d'Henry Christophe le Génial Batisseur de la citadelle perchée sur le Bonnet à Lévêque près du Cap-Haitien. En effet, les passionnés d'Histoire d'Haiti ont été sûrement très heureux de partager le slogan Dan Tanm Sé Kinam dont la traduction française est: Mon passé est à moi. Ce pathétique rappel de notre passé a permis, dans une large mesure, une merveilleuse union de ces milliers de carnavaliers qui, dans une sorte de réconciliation même temporaire, sont descendus dans les rues de Jacmel, de Pétion-Ville, et enfin de Port-au-Prince les 6-7-8 Février 2005, pour vivre ensemble des heures de joie, de plaisir et de bonheur, mais également pour saluer dans la chaleur de l'alcool, et une très forte ambiance musicale, les Majestueuses Reines carnavalesques montées sur des chars allégoriques construites par des gens de l'Art : en les observant, on a l'impression que les concepteurs se sont inspirés du slogan: Mon passé est à moi; ce qui revient à dire que personne ne peut m'empêcher de servir avec fierté les Indiens qui ont marqué mon histoire, personne, et les évènements malheureux que nous connaissons ne peuvent nous faire oublier que nous fûmes, dans le passé, un peuple qui chantait, dansait, buvait, en compagnie de ces touristes, se mêlant aisément aux Nègres d'Haiti durant les 3 jours gras; toutes races confondues distribuaient: baisers, accolades, chaudes poignées de main, et en 2005, Mon passé est à moi, a voulu faire comprendre, que le souvenir de nos grandes heures d'union est un présent à chaque fois que l'occasion se présente pour l'haitien qui comprend pourquoi Bache Touré écrivait: « Je vous remercie mon Dieu de m'avoir crée Noir ». Mon passé est à moi, c'est mon bien inaliénable, oui, dans mon coeur, j'ai l'amour du beau, je ne saurai le perdre, je veux l'exprimer par les bandes à pieds faisant escorte aux ensembles musicaux distributeurs de gaieté. Mon passé est à moi encore en 2005, par la richesse de nos airs folkloriques , qui nous ont fait revivre le carnaval d'autrefois, le tambour aux accents puissants à réclamer ses droits face à cette marée humaine en délire pour répéter les paroles de feu Antoine Rodolphe Hérard, le talentueux reporter à la voix d'or des années 46 et 50, sans oublier Pomero des années 60 qui, sur les ondes de la 4VRD, s'écriait peuple en folie! chanter! danser! Joyeux carnaval. Et, quand j'ai vu Mme Magalie Comeau Denis se joindre à la foule, pour esquisser avec grace quelques pas de danse folklorique, je me suis dit: Mon passé est à moi. Mme Le ministre de la culture réédite le geste de feu Jean Brierre, Sous-Secrétaire d'Etat du Tourisme se mêler au Peuple célébrant le Carnaval de 1949, prélude aux festivités devant marquer le bicentenaire de la fondation de Port-au-Prince. Brierre, dont je fus le jeune ami, m'a raconté que le président Dumarsais Estimé eut à lui dire:« Mon ami, je vous ai admiré en vous regardant danser TITATO en pleine rue, vous êtes un homme libre». Quant à Roland Lataillade, le puissant sous-secrétaire d'Etat de l'Intérieur sous le gouvernement du président Magloire, le Mardi Gras de 1952, il n'a pu s'empêcher de quitter le balcon présidentiel du Bi-Centenaire pour danser joyeusement dans la rue « Paul Magloire: Kanpé oh Kanpé non! Linglinsou papa koté ou té yé sa ouè « Les gouts et les couleurs ne se disputent pas, c'est pourquoi, à mon humble avis, ce carnaval de février 2005, a été une réussite. Durant les 3 jours gras, grâce à la volonté du gouvernement de la République, à l'action courageuse du comité d'organisation, et de la forte présence des forces de l'ordre, les carnavaliers ont oublié leur peine, leur souffrance tant physique que morale, pour rire aux éclats, s'adonner à des vivats spontanés, et enfin connaitre le délire, dans Port-au-Prince la Capitale du pays, transformée en un vaste amphithéâtre.
Ary Balmir Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".