PLEINS FEUX SUR LES CAYES !!!

Cayens, allons aux Cayes (2)

Publié le 2005-01-28 | Le Nouvelliste

Depuis l'année 1978 où la belle équipe de la BHOLAGUIRA apporta son aide au Maire Jacques Legagneur en organisant elle-même les festivités carnavalesques aux Cayes , la population rigaudine a perdu le goût de ces belles festivités organisées avec art, savoir, ordre et méthode. Expliquons pour la jeune génération ce que fut la BHOLAGUIRA. Ce mot n'est rien qu'un sigle formé à partir des noms de certains anciens Cayens, jeunes entrepreneurs de la ville à l'époque, qui avaient un sens poussé de leurs responsabilités citoyennes .Ils étaient des amis . Ils avaient presque tous un négoce, grand ou petit, en ville. Ils se rencontraient chaque soir autour d'une table et discutaient de tout et de rien, entre autres, des problèmes de la ville. La population fut informée de l'existence de la BHOLAGUIRA le jour de l'inauguration de l'usine à glace qui devait pérenniser le nom. Cette usine, moderne, à la rue du Général Borgella fut la troisième aux Cayes, après la glaceco de monsieur Marcel Cooper. Celle-ci se trouvait à la rue Nicolas Geffrard, à côté de La Cayenne, plus précisément dans la maison occupée actuellement par l'agence pharmaceutique 4 C. L'autre, LA GLACIERE, de Louis Pétion Théard (TITITE), occupait la maison où fonctionne aujourd'hui le bar restaurant qui conserve le nom de la GLACIERE. La BHOLAGUIRA charria vers elle toute la clientèle à cause de la qualité de la glace qu'elle produisait. Elle avait d'autres projets pour les Cayes . Mais elle n'eut pas une longue vie. Elle fut ainsi composée : B, pour Berret; Gérard Berret , HO, pour Holland; Maxon Holland, LA, pour Larosilière , Henri Larosilière ; Gui , pour Guichon , René Guichon ; RA, pour Raymond , Farnès Raymond . C'est cette équipe de jeunes Cayens qui a eu le privilège d'offrir à la ville les dernières grandes festivités carnavalesques d'envergure, hautes en couleurs et riches en art. Maxon Holland était un virtuose de la peinture. D'ailleurs, en plus de son magasin sur la grand-rue, il tenait aussi une galerie d'art chez lui, aux Gabions, CHIC SHOP. A lui souvent se joignait EDDY REMARAIS, un autre grand maître de la peinture artistique. Ils ont travaillé plus d'un mois durant, jour et nuit, pour offrir ce régal aux gens difficiles et délicats qui vivaient aux Cayes, à ce moment-là. Depuis, c'est la débâcle en musique et en carnavals. Avec la disparition des groupes les New Stars et les Lionceaux ; avec l'âge que prenait le maestro Destinoble Barrateau qui a entraîné le déclin de l'orchestre Panorama, ce titan des méringues carnavalesques qui, derrière son sax , frémissait les fans avec des solos très prisés à l'époque. La dissolution, vers cette même époque , du comité gérant de l'orchestre Méridional que soutenaient Hugue B. Verret, Ancelme Joseph, Colonel Abel Jérôme etc, a porté le coup de grâce à cet orchestre qui agonise encore. Ce sont autant de causes qui expliquent cette chute vertigineuse des festivités carnavalesques aux Cayes. On dirait même qu'elles étaient plongées dans le néant pour ne plus refaire surface. Heureusement, il y avait une nouvelle génération de musiciens. D'autres jeunes gens se sont réunis et se sont mis à chanter pour les Cayes. Même s'il manque parfois de profondeur à leurs textes. Même s'il manque parfois de mélodie à leur rythme, ils ont quand même le mérite d'avoir choisi ce chemin tracé par leurs aînés au lieu de celui de la drogue et de délinquance. A regarder la Commission Communale d'aujourd'hui dans sa composition avec Me France Etienne, M. Roche Bernadin et Madame Rameau Sylvie ; à entendre les membres du comité chargé d'organiser les festivités carnavalesques cette année, ils nous rappellent étrangement l'équipe de la BHOLAGUIRA. La section culturelle dirigée par Madame Rameau Sylvie a établi le contact avec beaucoup d'aînés qui ont oeuvré dans le domaine autrefois. Elle les interroge. Elle se fait conseiller. Elle remue les cendres du passé et caresse l'idée de nous faire revivre certains masques de jadis : « Rois Diables, Assotor, Madan Yass, Ermila mi corazòn, Jambes de bois, le Juif Errant, Lucifer, Loup-garou, Ti Bibiline, Ti Bobine Kare, Tèt san Kò, Bese Pise, Bèf, Trese Riban ect. Madame Rameau et toute la section culturelle peuvent gagner cette gageure. Elle n'est pas au-dessus de leurs capacités. Avec son entregent, son affabilité, son esprit ouvert, elle peut conquérir même les plus sceptiques pour faire de ces festivités carnavalesques une réussite, pourvu que le ministère de tutelle les mette en mesure. Le citoyen Ernst Aïs, avec la Caribbean T-Shirt, s'est joint au comité, et ensemble, ils se proposent de faire de ces festivités carnavalesques une vraie fête de la culture et de l'histoire avec dix-huit mini-chars allégoriques représentant chacun une des dix-huit communes du département du Sud. Chaque char traiterait une tranche d'histoire, de l'époque précolombienne jusqu'à aujourd'hui. Un atelier fabricant les différents types de masques a déjà vu le jour et travaille d'arrache-pied pour les fournir en quantités suffisantes et à temps. Dans tout cela, la jeunesse n'a pas été oubliée. Le délégué départemental, Mme Laura C. Banatte, s'en est chargé personnellement. Un carnaval des étudiants est également prévu pour le vendredi 4. Et le samedi 5 février, ce sera le défilé carnavalesque départemental dans la métropole avec les mini-chars allégoriques et les représentations de toutes les communes du Sud. Quant à nous autres Cayens résidant à Port-au-Prince, imposons-nous le devoir d'aller danser les carnavals aux Cayes, loin des crépitements des balles aveugles et assassines de la Capitale. Nous avons raison et intérêt de nous montrer régionalistes. C'est plus tranquille chez nous. C'est plus quiet aussi. Profitons-en pour faire un peu de tourisme interne. La mer calme est là, ainsi que nos rivières qui s'y jettent : l'Islet, la Ravine du Sud et la plage de Gelée, la Presqu'Ile des Icaques. Et Port-Salut qui est devenue une promenade avec ce ruban de bitume lisse déposée sur la chaussée. Ce trajet est devenu plus qu'un charme. C'est une source d'inspiration poétique pour ceux qui ont l'âme poète. C'est un rêve pour les romantiques .Allons voir tout ça! Allons nous détendre à l'ombre des cocotiers et des amandiers de nos plages. C'est moins cher que partout ailleurs. C'est en quelque sorte notre meilleure contribution à la réussite de ces festivités carnavalesques. Allons nous amuser et revoir notre coin de terre bien-aimée, les Cayes chérie !
WILLIAM J. L. GUILLAUME Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".