Sur la pertinence de la gouvernance éducative de Nesmy Manigat (1re partie)

Par Fritz DORVILIER, Ph.

Par Fritz DORVILIER, 
Docteur es Sciences sociales,
Professeur d’Université.
Par Fritz DORVILIER, Docteur es Sciences sociales, Professeur d’Université.
04 mars 2016 | Temps de lecture : 7 min
Par Fritz DORVILIER, Ph.D. Il y a environ quarante ans depuis qu’Haïti s’est lancée dans une ambitieuse réforme éducative sous la direction du compétent, volontariste et proactif ministre de l’Éducation nationale d’alors, Joseph C. Bernard. Ce dernier s’était donné d’opérer un virage vers la qualité pédagogique et l’utilité sociale de l’éducation. Ainsi voulait-il résoudre le double problème auquel faisait face le système éducatif du pays : le faible taux d’accès à l’éducation et la désuétude des contenus d’enseignement. Cependant, cette
CET ARTICLE EST RÉSERVÉ AUX INSCRITS

Inscrivez-vous gratuitement

Il vous reste 85% à découvrir. Inscrivez vous pour lire la suite de cet article.

Réagir à cet article

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

Pas de commentaire

Les commentaires sont ouverts à tous les inscrits. Ils font l'objet de modération. Ils seront supprimés s'ils sont jugés non conformes à la charte .

Réservé aux inscrits

Veuillez vous connecter ou créer un compte pour pouvoir commenter cet article.