L’Haïtienne Monique Clesca intronisée Tambara de Mirriah au Niger

Publié le 2015-12-30 | lenouvelliste.com

Dimanche 29 novembre 2015. La ville de Mirriah a fait sa toilette. Les rues et ruelles grouillaient du monde. Du palais du chef de canton au stade où se tiendra la cérémonie d'intronisation des cavaliers, notamment des princes et des nobles, avec leurs chevaux harnachés, souhaitent la bienvenue aux invités venus de tous les coins du Niger et du Nigeria voisin : C'est l'intronisation du 84e chef de la lignée des «tsosebaki», son Altesse Elhadji Moutari Moussa chef de canton de Mirriah; un grand jour de fête tant entendu par les populations de cette localité de l'est du Niger dans la région de Zinder à environ 920 kilomètres de Niamey, la capitale du Niger. Ce royaume de Tsoste Baki, qui a son origine au Yemen en Arabie, a une histoire de plus de deux mille (2000) ans. Avant de devenir Chef de canton, Son Altesse a eu une longue carrière dans l’administration publique servant son pays en tant que Préfet, député national, et Président de l’Assemblée nationale du Niger. Cette cérémonie a été couplée avec l'intronisation de la représentante au Niger du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA) au Niger depuis 3 ans et demi, Madame Monique Clesca, au prestigieux titre de «Tambara» du canton de Mirriah «pour ses efforts inlassables dans la lutte pour l'amélioration de la santé des femmes et des filles nigériennes», annonça le maître de cérémonie du haut de sa tribune; une annonce accueillie par un flot d'applaudissements et des youyou provenant des différents hangars installés pour la circonstance. De par son titre, « Tambara » signifie amazone, une femme battante qui fait montre d’esprit créatif et combatif. Elle est cette Nigérienne, qui met tout en œuvre pour écarter toutes formes de marginalisation et de discrimination entravant son développement et son épanouissement physique et intellectuel. C'est aussi une conseillère du chef et également la porte-parole des femmes qui transmet directement au chef les doléances des femmes dont elle est la représentante. Le cérémonial de l'intronisation de Madame Monique Clesca a commencé après l'arrivée au stade du chef de canton de Mirriah qui a pris place au milieu du stade sous un hangar spécial entouré de cavaliers et des guerriers traditionnels, redoutés et invulnérables munis de leurs fusils traditionnels qui, à travers un langage propre à eux, annoncent la grandeur de l'événement. Une femme habillée en boubou traditionnel multicolore, une proche de la chefferie de Mirriah, avança jusqu'à la tribune officielle accompagnée d'autres femmes, des notables et des griots pour demander à Monique Clesca de les suivre jusqu'au milieu de l'arène. C'est à cet endroit que la représentante de UNFPA s'est assise sur une chaise pour le cérémonial de son intronisation dans un rythme de musique traditionnel et des youyou. Les nobles lui posèrent un long boubou blanc transparent avec une capuche et une broderie symbolisant la royauté. Après le cérémonial, Monique, entourée des femmes et des griots, passa à la tribune officielle pour saluer les honorables chefs traditionnels présents et les autorités administratives notamment le ministre d'État à la Présidence Bazoum Mohamed, le gouverneur de la région de Zinder, le représentant du Président de la République fédérale du Nigeria et de plusieurs autres invités de marque. Avant de recevoir cet honneur, en avril 2014, Madame CLESCA avait été intronisée en tant que « Magaram » de la cour du Chef de Canton de Nguiguimi, dans la région de Diffa au Sud-Est du Niger. La Magaram est une ministre conseillère pour les affaires de femmes et enfants de la cour du chef traditionnel.
Souleymane Saddi Maâzou Chargé de communication UNFPA Niger
Auteur


Réagir à cet article