Message à la Jeunesse

Publié le 2004-12-30 | Le Nouvelliste

Jeunes de mon Pays, Nous avons une pensée spéciale pour un des nôtres, Serge Beaulieu, fauché par la Camarde, le 12 Décembre 2004. Du haut de la Station de Radio Liberté, il passait des nuits à inonder d\'informations historiques diverses un auditoire tenu en éveil et en haleine; tantôt grave, tantôt humoriste, il passait de l\'aigre au doux et il y en avait en lui pour tous les goûts; dans ses brillants exposés. Et puis, il ouvrait la tribune au grand public, pour réagir aux commentaires ou rectifications des érudits ou se prêter à des éclaircissements sur des interventions diverses ou des questions qui lui étaient posées. Il s\'était autoproclamé Leader de la Majorité Nationale et il aimait circuler à pieds, coiffé de son béret rouge, pour attirer spontanément une foule de curieux et de badauds qui le saluaient aux cris de Bouboule! Bouboule! Il a droit à notre considération et sa mémoire ne doit pas être enfouie dans l\'indifférence de l\'anonymat ou dans les couches molles de l\'oubli. Que son vol soit léger vers l\'Eternité! Nous pensons aussi à nos populations sinistrées qui, sous l\'oeil de l\'Etat impuissant, se défendent encore des conséquences de tragédies dues à la dégradation de notre environnement; à ceux qui pour échapper à une vie cruelle s\'exposent à une mort encore plus horrible si, par chance, ils ne sont pas interceptés en pleine mer. Que d\'enfants de moins de 5 ans, menacés de malnutrition chronique, attendent d\'être sauvés des dommages irréparables des cellules cérébrales, pour ne pas être du nombre de ces \"crucifiés de naissance\" dont parle Régis Debray. Je sais que votre regard reste accroché au tableau de parents, passants, voisins, condisciples, camarades de promotion, collègues de travail, cambistes, victimes de balles perdues, d\'incendie de voitures, de violences de toutes sortes: vol, viol, enlèvements, pillages de magasins, de boutiques et même du mini commerce des petites marchandes de rue...en un mot, à la violence sans foi ni loi qui soulève l\'indignation générale et qui tient le Gouvernement en coupe réglée,sans condamnation possible, du fait de l\'incapacité ou du mauvais vouloir des dirigeants Une tel climat d\'insécurité heurte en vous les valeurs d\'ordre, de sérieux, de probité, de respect de la loi et vous laisse l\'impression d\'être victimes des mirages de la Démocratie. Alors, en rétrospective, vous remontez d\'un an dans le temps: Décembre 2003...Janvier 2004... Février 2004... Les images défilent dans votre imagination:. Violation de l\'Université comme des écoles. Parmi vous, des morts; des blessés, des traumatisés sont poursuivis jusqu\'à l\'intérieur des hôpitaux; même le Recteur n\'a été épargné. Vous sortez de votre Temple de lumière pour rejoindre les manifestants de rue en signe de protestation, décidés du même coup à combattre pour l\'avancement du Pays vers la Civilisation et à en faire une terre de justice et de dignité. Et le 29 Février 2004, vous criez Victoire! Un nouveau Gouvernement est mis en place. Mais l\'on a constaté une absence de vision ou de moyens d\'action chez les acteurs de l\'heure. L\'opposition s\'est livrée à une Communauté Internationale, qui avait son propre plan et qui a vite fait de l\'appliquer;sans elle, reléguée au banc de touche d\'où elle approuvait avec docilité et soumission, toutes les décisions prises en violation flagrante de la Charte fondamentale du pays, sans amendement ni mise en veilleuse d\'aucun de ses articles. Le rituel est resté le même et seuls diffèrent les acteurs. L\'Exécutif est transformé en mandarinat. Le Premier ministre, trop souvent en porte à faux avec son propre discours, n\'arrive pas à dégager sa bonne foi de l\'enchevêtrement des promesses et des contradictions quotidiennes de la mauvaise gouvernance,surtout quand il annonce une politique de saupoudrage en demandant aux maires de proposer chacun un projet pour sa commune. Il en est de même du bras de fer contre les militaires démobilisés d\'abord accueillis en \"combattants de la Liberté\" puis déclarés hors-la-loi. Comment ne pas penser à la réflexion célèbre de Clémenceau, parlant des anciens combattants français: \"Même morts, ils ont des droits sur moi.\" Pourtant, notre Police insuffisante, héroique parfois, attend d\'être renforcée par une armée de métier pour empêcher à l\'autorité de tourner en rond autour de l\'insécurité d\'un peuple aux abois. Ce paradoxe se reflète aussi dans le comportement de grands intellectuels et historiens, dépositaires de la pensée logique, qui organisent, à leur manière, la commémoration du bicentenaire de l\'Indépendance nationale, sous une occupation étrangère ou un protectorat qui ne porte pas son nom. Le souffle démocratique ne pénètre pas les institutions. Le langage du Premier ministre flaire la nervosité, l\'intolérance et l\'individualisme quand il invite tout un chacun à s\'occuper de ses propres affaires, en dehors du domaine politique. Constat d\'échec pour la Démocratie en HAITI. La mémoire de l\'échec engendre la méfiance du verbiage politique, vagabondage de l\'écorce cérébrale de ceux qui cultivent l\'amour du miroir rassurant. 2004 aura donc été l\'Année de tous les débordements, mais aussi de toutes les déceptions et de toutes les désillusions. Il n\'y a pas lieu de se féliciter de la solution de problèmes dus à des fautes, erreurs, ou omissions politiques , les unes plus graves que les autres, et qui n\'ont fait qu\'éloigner le Gouvernement de l\'objectif général d\'oeuvrer au bien-être de la Société. En toutes choses, il faut se référer à la loi. Des moyens illégaux ne peuvent aboutir qu\'à des résultats illégaux. Ce gouvernement de transition, créé en marge de la Constitution, ne peut être qu\'un Gouvernement d\'exception. Toutes les étapes du processus de sa formation sont taxées ou teintées d\'illégalité: il n\'est pas trop tard d\'y réfléchir, avant que l\'Histoire implacable n\'intervienne en toute impartialité. Vu sous cet angle, le Gouvernement devrait lui-même proclamer son statut, ce qui l\'habiliterait à prendre des Arrêtés, à partir de recommandations de commissions non factices, mais réelles, formées de personnalités qualifiées qui se pencheraient sur des mesures correctives urgentes à prendre au bénéfice de la collectivité telles la suppression des formalités irritantes d\'Exéquatur du Commissaure du Gouvernement qui annule le mandement exécutoire du Juge; la déclaration de caducité et l\'amendement de l\'article 35 du Code Fiscal relatif à l\'Impôt forfaitaire calculé sur la base de 50000 gourdes à 250000 gourdes (Décret 27 Septembre 1988) limitant à $ 6000 dollars US, au taux du jour, le chiffre d\'affaires des petits entrepreneurs. Des mesures urgentes viseraient aussi la détention préventive qui surcharge nos prisons (lieux profonds et voisins de l\'empire des ombres) au-delà des délais prescrits par la loi régissant la matière; la publicité blasphématoire des noms des justiciables qui, même accusés, sont présumés innocents jusqu\'à ce que la décision de leurs juges naturels ait acquis l\'autorité de la chose souverainement jugée ...A ce propos, j\'adresse mes sympathies à cette grande Dame de notre Société, connue pour son honorabilité à toute épreuve, qui a consacré toute sa carrière d\'écrivain à l\'éducation civique et à la promotion du Kombitisme national. Elle ne saurait être éclaboussée par la méchanceté des hommes. Il en est de même des membres du Clergé catholique menacés dans leur dignité sacerdotale pour s\'entendre ensuite excusés sur la base d\'absence de communication. Dans notre Société très composite à tendances diverses, doit s\'imposer le respect chacun l\'un de l\'autre dans la diversité de ses compétences. Qu\'on le veuille ou non, il faut un retournement de tendance, qu\'on le veuille ou non, la politique actuelle doit être changée. Jeunes de mon Pays, promesse de l\'Avenir, unis par un même destin, nourris dans une ambition uniformément partagée, vous êtes appelés à jouer un rôle emblématique, à la recherche d\'une conscience nationale qui fasse partie de votre identité et de votre fierté de citoyen. Au moment où nos politiciens sont occupés sans doute à mettre au point des discours à usage électoral, tombe, comme un couperet, la déclaration du Chancelier brésilien, après une brève visite dans le Pays: Il accorde un délai de six mois pour opérer le retrait de ses troupes de la MINUSTAH si la Communauté internationale ne respecte pas ses engagements vis-à-vis du Peuple haïtien. Ne faudrait-il pas que l\'on médite sur le sens profond de cet appel pour en dégager toute la portée et éviter les erreurs du passé-? La violence résulte de la germination de la misère et la justice sociale engendre la paix des coeurs. C\'est ainsi qu\'il faut interpréter le message du Chancelier qui nous indique aussi la voie de la dignité et de la Souveraineté par le Développement endogène. Je sens vibrer en vous toutes les fibres de votre être vers le changement auquel vous aspirez. Est-ce la vénalité qui nous amène à maintenir le Pays dans les profondeurs abyssales au point que seul un Protectorat pourra l\'en sortir, car \"ces nègres d\'HAITI ne peuvent inspirer que de la pitié et de la compassion? S\'ils n\'ont pu se battre jusqu\'au bout, c\'est que le nationalisme et le patriotisme n\'étaient pas au rendez-vous\". Jeunes de mon Pays, dès à present, \"apprenez à penser en hommes d\'action et à agir en hommes de pensée\", car il vous reviendra de prendre la relève et il ne faudra pas que l\'héritatage soit trop obéré. Il vous faudra tirer les leçons du passé pour avancer résolument vers les voies lumineuses de l\'Avenir. Les ambitions forcenées, l\'appât du pouvoir, la course à l\'or ou à l\'argent obnubilent des cerveaux que l\'on croirait plus équilibrés. Or, disait Louis Borno, il y a un siècle, \"Ce qui est en péril, c\'est l\'âme nationale elle-même. Oui, ce qui semble sur le point de disparaître entraînant après soi notre indépendance peut-être, c\'est toutes les hautes vertus qui, seules, font les peuples vraiment libres et vraiment dignes de la Liberté...!\" Où est l\'espoir? En vous et en vous seulement, si, vous aussi, vous ne devenez des soumis, des serviteurs serviles ou des laudateurs répondant par des salves d\'applaudissements aux insultes du maître et seigneur étranger. . Jean Ziegler a été au Mali, au bord du fleuve Niger, pour revenir avec une formule de souhaits que les Bambara emploient depuis la nuit des temps: \"Que tes propres voeux soient exaucés\". Je n\'ai jamais lu, dit-il, de définition plus belle et plus précise de la Démocratie. \"La Démocratie n\'existe vraiment que lorsque tous les êtres qui composent la communauté peuvent exprimer leurs voeux intimes librement et collectivement ... et qu\'ils parviennent à transformer en institutions et en lois ce qu\'ils perçoivent comme étant le sens individuel et collectif de leur existence.\" Que donc vos propres voeux soient exaucés, jeunes de mon Pays, à l\'occasion de l\'an 2005!
Dr Volvick Rémy Joseph, av Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".