Fédération des amis de la nature/Boutilliers

Sensibiliser sur la dégradation de l\'environnement

Publié le 2004-12-29 | Le Nouvelliste

La Fédération des Amis de la Nature (FAN) a organisé le samedi 18 décembre 2004, à l\'intention de plusieurs journalistes de différents médias à Port-au-Prince, une visite d\'observation environnementale dans les régions de Boutilliers et de Kenscoff. Cette visite s\'inscrivait dans le cadre de la formation sur l\'environnement initiée par la FAN depuis quelque temps, et qui vise à fournir aux travailleurs de la presse des informations pertinentes sur les problèmes de notre environnement. La motivation, la sensibilisation de la population par l\'éducation sur ce sujet d\'importance passe nécessairement par là. En effet, après cinq (5) sessions de formation continue où plus d\'une dizaine de journalistes ont vu défiler experts, spécialistes, théoriciens et techniciens de l\'environnement, qui leur ont inculqué de manière théorique des notions de base indispensables à la sauvegarde de notre environnement (immédiat), il était donc venu le temps de passer à une phase pratique. Et c\'était fait. Des constats de situations de protection et de destruction de l\'environnement à partir des théories organisées ont pu être dressés pendant tout l\'itinéraire indiqué. Visites de reboisement à succès, de carrières de sable de zones, d\'extraction de roches, de réserves écolo, rencontres d\'informations avec quelques personnalités concernées des régions. C\'était une journée bien remplie en compagnie de Pierre Chauvet et de Mireille Dupuy de la FAN. Ginette Burgenen, Arabela Adams, Elizabeth Deetjen avaient tout mis en oeuvre pour assurer la coordination nécessaire à la réussite de cette tournée environnementale à Boutilliers qui était riche en enseignements passionnants. Comme une séance de formation sur le terrain Au volant de sa Jeep Toyota que Florence Sergile (gestionnaire en Ressources Naturelles) aura qualifiée justement de \" superbe ambulance \", Pierre Chauvet a attiré l\'attention de toute l\'équipe sur des points de détails très significatifs: le captage de la source Tête-de-l\'eau au niveau de Pèlerin, la verdure des arbres dans les hauteurs de Pétion-Ville, la terre desséchée qui se brûle en zones désertiques, les carreaux de terre reboisés, les pins qui lâchent leur humus afin de se reproduire, l\'appauvrissement de la biodiversité en Haïti, la pollution, la déforestation. «Haïti est un pays essentiellement agricole où toutes les productions agricoles sont importées. Quel contraste!», s\'est-il étonné en nous invitant à réfléchir à ce sujet en préconisant l\'existence d\'un plan national d\'agriculture qui tiendrait compte du fait que nos paysans sont plutôt réfractaires à la modernité. Rien n\'a échappé au principal formateur qui croit que la société doit s\'organiser pour que les gens n\'aient pas à détruire l\'environnement pour survivre. Sur la route menant à Boutilliers, on a pu sentir l\'effet de l\'humidité permettant une meilleure végétation dans la région. Le reboisement est pour beaucoup dans ce constat qui a comme réveillé dans les consciences le cas du Morne l\'Hôpital qui ne demande pas mieux, après avoir expérimenté les meilleurs programmes de reboisement folklorique. Sans effets. « Les pins poussent vite, une fois plantés avant la saison pluviale. Ils sont propices au reboisement, mais aussi pour le charbon qui sert de combustible», a fait remarquer M. Chauvet qui a déploré le fait qu\'en 200 ans, les Haïtiens ont plutôt investi dans les plaines et non dans les mornes. Tandis que chaque morne est comme un château qui cumule les eaux de pluie et les déverse dans les plaines. Non à la grisaille... « En Haïti, on ne paie pas d\'impôt locatif pour les maisons non peintes, même si elles sont habitées depuis des lustres. Cela nuit proprement à l\'environnement et crée la grisaille», avait souligné au passage un résident de la zone de Boutilliers qui a requis l\'anonymat. On a pu découvrir avec lui la capacité de reproduction des pins dans la rocaille en créant un micro-climat propice aux oiseaux de différentes espèces. Selon une opinion émise par Mireille Dupuy, « l\'homme moderne est le plus grand prédateur de l\'environnement». Pour mémoire, elle a rappelé que la FAN avait longtemps recommandé qu\'on change les dry cleaning en fours à gaz pour assurer la protection de l\'environnement. Et M. Chauvet de renchérir: « Les bouteilles de jus en plastique une fois percées pourraient être recyclées pour servir de sachets à planter des arbustes en perspective d\'une Haïti verte». On était tous d\'avis que la banlieue de Pétion-Ville se construit sans une véritable allure urbaine, et que l\'Haïtien modifie tellement son environnement qu\'on voit de moins en moins de variétés naturelles. Pour une nouvelle politique de l\'environnement « Afin de définir, d\'élaborer et d\'éxécuter un sérieux programme qui favorise la sauvegarde et la protection de l\'environnement, topographes, ingénieurs, idéologues, société civile, etc. doivent se concerter», a souligné Pierre Chauvet qui croit que l\'exemple de Boutilliers est à suivre en ce qui a trait à la vue admirable à donner au pays de manière durable. La terre sur le flanc de la montagne, les ravines opportunistes qui sont à la base des éboulements et causent d\'énormes cônes de déjection préjudiciables à l\'environnement naturel, la pratique de survie des paysans dans les mornes, la politique environnementale archaïque et sans effets positifs déterminants, tout cela nous met en face de la dégradation de notre environnement. Une nouvelle approche des logements sociaux et d\'autres mesures d\'accompagnement définies dans une nouvelle politique environnementale viendraient arrêter le pays dans sa course à la bidonvillisation. Et rendre possible la planification et la gestion urbaine à très long terme. «La pollution s\'accroche sur Port-au-Prince, il faut une solution durable à ce problème», a fait remarquer M. Chauvet qui, observant la capitale du promontoire de Boutilliers, a indexé à son compte «un signe évident relatif que l\'union ne fait plus la force en Haïti». Vingt-quatre (24) antennes érigées sur un site. Chacune a sa génératrice, alors que la ville baigne constamment dans le noir, sans électricité. Des pratiques urbaines à proscrire \"L\'utilisation de fougères, de la mousse, et de la \"bab pan-yol\" comme objet de décor en saison de Noël est à proscrire pour la protection de l\'environnement\", estime M. Chauvet. Ce point de vue est partagé par Mireille Dupuy qui propose comme alternative les plantes vivantes permettant de faire l\'économie de ces investissements consentis généralement dans l\'achat d\'arbres de Noël importés. «Le Programme \"Haïti Verte\" de la FAN vise la conservation du sol et la sauvegarde de l\'environnement», a précisé Mme Dupuy. Wynn Farm: une importante réserve écologique En dernier lieu, nous nous sommes rendus à la résidence, entourée d\'un mur de verdure, de la promotrice du programme «Konbit pepinyè lakay», responsable de la Wynn Farm, Jenny Wynn, qui entend aider la ville des Gonaïves à se reboiser. Travailleuse infatigable de l\'environnement, Mme Wynn achète à longueur de journée des noyaux d\'avocats à une (1) gourde l\'unité pour la réalisation de son projet de reboisement dans la Cité de l\'Indépendance. On sait ce que recouvre en toute transparence cette initiative qui pourrait changer les clichés véhiculés sur la ville sinistrée. En pleine année du Bicentenaire. La réserve écologique que constitue la riche pépinière composée d\'engrais organique (compost) qui ne peut se désintégrer est porteuse. «Tout ce que la nature nous donne, nous devons la lui rendre pour la reconstitution de son micro-organisme. Le cycle de vie même en dépend», a indiqué cette femme de coeur qui tente de déclencher une nouvelle façon de protéger notre environnement naturel. Les plantes sont choisies pour les Gonaïves à partir des résultats d\'une étude de terrain. Il s\'agit du benzolive, de l\'avocatier et du jumpa qui sont communs à la vallée. Douze mille (12.000) avocatiers et dix mille (10.000) jumpa et benzolives sont prévus. Yvon Joseph, garde-forestier, assure le maintien des plantules. Jenny Wynn a fait état du phénomène de la greffe des plantes d\'une même famille, de la technique d\'utilisation des flacons de coca et du recyclage des bouteilles en plastique et du papier pour charbon, son réchaud-miracle. A domicile, elle procède, comme dans une factorie écolo, au recyclage des pièces de tuyau PVC utilisées pour la fabrication de briques de charbon. La journée d\'observation environnementale s\'est terminée avec la visite d\'un réservoir de la FAN inauguré en septembre 1994. Il fait partie d\'un ensemble de deux cent-cinquante répartis dans les différentes communes de Pétion-Ville dont Fermathe, Kenscoff, Laboule, Boutiliers, etc. Une belle initiative en tout cas qui vise à sensibiliser l\'opinion à travers les médias sur la protection de l\'environnement.
Robenson Bernard Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".