Rodney Saint-Éloi élu à l’Académie des lettres du Québec

Publié le 2015-10-30 | Le Nouvelliste

Dieulermesson PETIT FRERE L’éditeur et écrivain haïtiano-québécois, Rodney Saint-Éloi vient d’être élu membre de l’Académie des lettres du Québec. La nouvelle a été annoncée le 18 août 2015 sur le site de l’Académie. L’auteur de « Je suis la fille du baobab brûlé » (2015), son tout dernier recueil de poèmes paru chez Mémoire d’encrier, y est admis aux côtés de quatre autres hommes et une femme de lettres. Il s’agit donc de la poétesse Martine Audet, l’éditeur et poète Paul Bélanger, le dramaturge et scénariste Michel Marc Bouchard ainsi que le poète, essayiste et éditeur acadien Serge Patrice Thibodeau. « Par leur expérience et le rayonnement de leurs activités, ils participeront au mandat de l’Académie afin de valoriser la langue, la culture et la littérature françaises ici et dans la francophonie », lit-on sur le site de l’Académie. Auteur d’une dizaine de livres de poésie, Rodney Saint-Éloi est né à Cavaillon, la ville indigo du Sud d’Haïti. Mais c’est à Port-au-Prince, cette « main faite pour la tendresse du jasmin », la ville « sept carrefours », devenue de nos jours le « cadastre des tourments » qu’il a appris à connaître « le bon usage des rues, le paysage des silences et l’amitié des lauriers », comme il l’écrit dans son « Récitatif au pays des ombres » (2011). Fondateur à Port-au-Prince de la maison d’édition Mémoire qui a fait connaître nombre d’écrivains importants de la littérature haïtienne contemporaine, dont Lyonel Trouillot, Gary Augustin et Yanick Lahens, il a aussi créé le magazine « Cultura » et la revue d’art et de littérature « Boutures ». C’est en 2001 qu’il a fait du Québec sa terre d’accueil, donc d’adoption. Là, deux années plus tard, soit en 2003, il crée les éditions Mémoire d’encrier, qui deviendront, en l’espace d’un cillement, un véritable carrefour d’échanges et de solidarités entre divers continents. Toujours attaché à son pays natal, il y revient à chaque fois, la tête pleine de projets qui témoignent de son engagement à son endroit. Ainsi, en 2013, il a organisé, en Haïti, sous la présidence de l’académicien Dany Laferrière, à l’occasion des dix ans de Mémoire d’encrier, Les rencontres québécoises en Haïti –événement ayant amené une cinquantaine de personnalités du monde littéraire québécois pour célébrer la littérature et la culture. Et deux ans plus tard, soit en avril 2015, il revient avec « Les nuits amérindiennes » pour nous rappeler à tous que « nous sommes tous des Indiens d’Amérique ». Les écrivains Joséphine Bacon et Yanick Lahens étaient donc les présidentes d’honneur de cette activité. Sélectionné pour le prix du Gouverneur général en 2013 pour « Jacques Roche, je t’écris cette lettre », Rodney Saint-Éloi fait figure d’un écrivain et éditeur engagé. La cérémonie de réception du Cavaillonnais à l’Académie fondée en 1944 aura lieu le 9 novembre 2015.
Ses derniers articles

Réagir à cet article