MENFP : une Inspection générale pour mieux contrôler le système éducatif

À moins d’un mois de la réouverture des classes, le ministre de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, Nesmy Manigat, a fait le point sur la création de l’Inspection générale de l’administration de l’Education nationale et de la Formation professionnelle (IGAENF). Cette structure déconcentrée, directement rattachée au MENFP, a pour mission principale d’évaluer, de contrôler et d’assurer le suivi des politiques publiques relatives à l’enseignement et à la formation professionnelle.

Publié le 2015-08-11 | lenouvelliste.com

Pour l’année académique 2015-2016 qui rouvrira ses portes le 7 septembre 2015, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle continue de prendre un ensemble de mesures pour pallier les problèmes liés à la faiblesse du système éducatif haïtien. La création de l’Inspection générale de l’administration de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle en est une autre. « C’est une structure qui nous donnera la possibilité au ministère d’avoir un meilleur contrôle dans le cadre de la mise en application de nouvelles politiques du MENFP en matière d’éducation», a dit le ministre Nesmy Manigat soulignant que toute politique de changement doit être suivie et accompagnée en vue de diminuer les risques liés aux dynamiques interne et externe. « Avec cette structure, le MENFP sera plus en mesure de contrôler les contraintes de son environnement en vue de prendre les bonnes décisions visant l’amélioration de la qualité de l’éducation dans le pays. » Nesmy Manigat explique que la réforme actuelle du système éducatif, engagée avec les 12 mesures, suppose la mise en place d’outils susceptibles devant conclure à une meilleure gouvernance du secteur. La création de l’inspection générale est « une grande première pour Haïti qui vient de rejoindre, par cette structure, les bonnes pratiques managériales de tout système d’éducation qui vise le contrôle de qualité et de performance. « L’ IGAENF permettra de mieux orienter la gouvernance du système éducatif et permettra aux responsables du MENFP de prendre les meilleures décisions en vue d’arriver à une éducation de qualité pour les fils et filles du pays», a-t-il jouté. Contrairement à l’inspection classique du MENFP qui a pour principale mission de suivre le fonctionnement des écoles publiques dans les différents départements du pays, cette inspection générale aura un regard plus critique sur le fonctionnement d’abord de l’inspection classique et ensuite sur les différentes politiques du ministère en matière d’éducation. C’est une structure qui a, selon M. Manigat, une vision élargie du système éducatif alors que l’inspection classique a une vision « parcellaire et territoriale des écoles publiques du pays ». De manière spécifique, cette structure remplira trois fonctions spécifiques : tout d’abord, elle aura comme travail d’assurer le bon usage des crédits publics mobilisés pour le fonctionnement du système éducatif, notamment pour les activités d’enseignement et de formation professionnelle; elle conseillera ensuite et proposera des actions sur toutes les questions que lui confie le MENFP, et enfin, elle fournira chaque année, au ministre, avant la rentrée scolaire, un rapport sur le service public de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Plus loin, Nesmy Manigat a précisé que l’Inspection générale a compétence sur l’ensemble des directions et services de l’administration du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle. Elle contrôle et évalue tous les organismes recevant des fonds publics au titre de l’éducation et de la formation professionnelle en liaison, le cas échéant, avec d’autres organismes publics chargés du contrôle. Cette inspection pourra, selon le ministre, intervenir sur des aspects administratifs et pédagogiques en vue d’analyser les politiques du ministère en matière d’éducation. Selon l’article 6 de l’arrêté créant l’Inspection générale, les inspecteurs généraux sont recrutés parmi les hauts fonctionnaires de la Fonction publique haïtienne, justifiant 10 années de service. Ces inspecteurs généraux, qui appartiennent à un corps classé en catégorie A, sont titulaires au moins d’une maîtrise ou son équivalent et relève du statut général de la fonction publique. « Considérant qu’il est du devoir de l’État d’améliorer la qualité de l’éducation et la gouvernance du système éducatif aux niveaux du préscolaires, du fondamental et du secondaire, cette structure sera un atout considérable dans la réorganisation du fonctionnement des écoles de la République en rapport aux 12 mesures de réforme du système, suivies de l’arrêté présidentiel du 2 septembre 2014 », a expliqué le ministre Nesmy Manigat.


Réagir à cet article