« Initiation à la littérature haïtienne contemporaine »

Publié le 2015-05-27 | lenouvelliste.com

Dans l’ouvrage « Initiation à la littérature haïtienne contemporaine », publié chez C3 éditions, Rachel Price Vorbe recense dix-huit écrivains haïtiens qui ont imposé, au cours de ces 30 dernières années, une marque indélébile à la littérature haïtienne. Des auteurs triés par goût ou affinités, par affection ou sympathie. Des auteurs-phares, piliers de la riche production littéraire haïtienne, réservoir d’œuvres méritoires qui tiennent compte de notre présence incontestée sur la scène internationale et qui sont produites en anglais, en français et en créole. Une liste non exhaustive, si l’on tient compte de la grouillante vie littéraire, débordante d’imagination et qui se veut véhicule du merveilleux et du rêve. La journaliste littéraire Rachel Price Vorbe présente quelques grandes figures de proue de la littérature haïtienne. Ces auteurs, quelque peu méconnus, affectionnent le roman pour exprimer la pensée du temps, et s'inspirent des contextes qui les ont vu naître. Dans cette étude proposée, on sent en Rachel Price Vorbe une lectrice pointilleuse, qui construit, l’œil objectif et méthodique, un discours critique basé sur des œuvres d’auteurs –vivants ou morts– qui restent attachés à leur terre natale. Elle lie, comme pour rappeler ces paroles du monstre René Depestre qui estime que « la littérature est au bouche à bouche avec l’histoire », les romans haïtiens au climat sociopolitique qui conditionne la naissance des œuvres. Elle signale, par conséquent, le passé lugubre de la dictature, prétexte à l’évolution d’une littérature qui regroupe, selon l’avis de certains critiques, des écrivains « du dehors » et du dedans. Tentés de chambouler le régime totalitaire et despotique de Papa Doc, ces écrivains fuyaient, pour des raisons politiques ou économiques, le régime des « Tontons Macoutes » pour s’installer dans la diaspora. Rachèle Price Vorbe salue à cet effet le talent d’une brochette d’auteurs qui boudent et déplorent, hors de nos frontières, ce régime fasciste qui muselait la parole revendicative, qui réduisait au silence ou exécutait toutes les têtes de la révolte. Elle mentionne Marie-Célie Agnant (1953- ), Louis-Philippe Dalembert, Edwidge Danticat, René Depestre, Dany Laferrière, Jean Métellus, sans oublier feu Marie Vieux Chauvet, grande romancière féministe. Les écrivains « du dedans », ceux qui baignent dans l’ambiance locale, enrichissent eux aussi la production littéraire contemporaine. Ils répondent aux noms de Kettly Mars, de Lyonel Trouillot, de Gary Victor, de Yanick Lahens. Entrés au panthéon littéraire du XXe siècle, ces romanciers arrachent de l’oubli ce triste vécu qui colle encore à la mémoire. Rachèle Price Vorbe pose un regard neuf, judicieux et curieux sur les œuvres qui ont accompagné le succès de ces auteurs qui, réputés internationalement, portent le flambeau de cette riche littérature. « Initiation à la littérature haïtienne contemporaine » : un ouvrage utile.


Réagir à cet article